Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

1 mars 2021 1 01 /03 /mars /2021 18:56

Voici le récapitulatif du challenge "écoutons un livre" du mois de février 2021

Enna :

Un mariage américain - Tayari Jones

Nickel Boys - Colson Whitehead 

Sylire :

Un mariage américain

Géraldine :

Un traitre à notre goût - John Le Carré

Les choses humaines - Karine Tuil

François portrait d'un absent -  Michaël Ferrier

 

Rendez-vous le 28 janvier pour les lectures de février.

Si vous souhaitez participer,  déposez vos liens au fil du mois : ici.  

Je publie un récapitulatif chaque fin de mois.

Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 00:08

Lizzie 2020 (plon 2019) - traduit de l'anglais par Karine Lalechère - 10 heures

Lu par Michelangelo Marchese - Sophie Frison - Maxime Van Santfoort

"– Je n’ai pas fait ce dont on m’a accusé.

– Je le sais. Personne ici ne pense que tu es coupable. Tu était juste le type de la mauvaise couleur au mauvais endroit au mauvais moment. On ne peut pas faire confiance à la police. C’est pour ça qu’il y a tant des nôtres derrière les barreaux."

Un mariage américain est un roman choral à trois voix. Nous suivons sur plusieurs années un couple noir, Celestrial et Roy. Alors que Roy est incarcéré injustement pour viol, son épouse Célestrial se rapproche d'André, son ami d'enfance. Leurs sentiments évoluent et quand Roy sort de prison, après avoir obtenu un non-lieu, la situation est particulièrement délicate pour tout le monde.

La situation de Roy inspire beaucoup de sympathie. L'injustice qui le frappe fait de lui une victime. Pour autant, ce statut ne lui donne pas tous les droits en sortant de prison. Pendant son absence, le monde a continué à tourner. Il va en faire l'amer constat.

La condition noire aux états unis est au centre de l'histoire mais le tour de force de l'auteur est de ne pas réduire les personnages à leur couleur de peau.  C'est un livre qui traite du mariage, de ce qu'il représente en termes d'engagement sur la durée. Et que l'on soit noir ou blanc, les problématiques sont les mêmes. 

Tout m'a plu dans ce roman  : sa construction, sa subtilité mais aussi la fin que je n'aurais pas imaginée autre. C'est une fin qui, sans être mièvre, rend leur dignité à tous les personnages. Ce livre a été décrit par Barack Obama comme "bouleversant", c'est dire si j'avais une forte attente en le lisant ! Je n'ai pas été déçue bien au contraire.

La version audio est très réussie.

Un très bon roman !

Le billet d'Enna

Lu dans le cadre de l'African-American History Month

organisé par Enna

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 10:36

Calmann Levy - 2020

"Ni mon amante ni mon amie, plutôt ma soeur d'affinités". 

Pour rendre hommage à celle qui, comme lui, aimait la mer et les voiliers, Yann Queffelec se remémore les souvenirs de leurs diverses rencontres. Il évoque également quelques épisodes marquants de la vie (trop courte mais bien remplie) de celle que l'on appelait "la petite fiancée de l'Atlantique".

Leur première rencontre est pour le moins pittoresque. Florence Arthaud, déjà connue du public, fait escale avec Pierre Bachelet (un ami avec lequel elle aimait naviguer) à côté du voilier de Yann Queffélec. L'écrivain, qui regarde peu la télévision, ne reconnait ni l'un, ni l'autre. C'est en découvrant par hasard leur photo dans un journal, qu'il comprend qu'il vient de faire la bringue, pendant une semaine, avec un chanteur et une célèbre navigatrice. Cette anecdote, très bien racontée, m'a beaucoup amusée. 

Avec finesse et bienveillance, l'écrivain nous présente une femme déterminée et courageuse mais vulnérable par certains côtés.  Il n'est pas facile de jouer le rôle de "précurseure" dans un milieu particulièrement machiste. J'ai appris, par exemple, qu'on appelait une navigatrice "un marin fendu" et que certains équipages n'acceptaient pas d'embarquer à bord ce "genre" de marin. Tout au long de sa carrière, Florence a affronté les éléments mais aussi les préjugés. Les sponsors ont trainé les pieds pour l'accompagner et ses collègues navigateurs ont mis de temps à la prendre au sérieux.

"On lui dit « bravo bravo » comme aux petits enfants quand elle monte sur l’estrade en s’excusant d’avoir battu ces messieurs, tous nés d’une femme au demeurant. On s’arrange pour qu’elle n’y monte pas deux fois. C’est la place des mecs, le podium, l’échelon supérieur."

Elle aimait faire la fête plus que de raison et n'hésitait pas à aller là on ne ne l'attendait pas (comme par exemple chanter en duo avec Pierre Bachelet). Elle est morte dans un accident d'hélicoptère après avoir risqué sa vie mille et une fois en mer. C'est une femme qui me fascinait et qui m'aurait certainement intimidée si j'avais eu la chance de la connaître.

Une biographie littéraire de Florence Arthaud à découvrir si vous aimez la mer et les personnages hors normes.

De personne physique elle est devenue personnage, une sphinge de mythologie comme Antigone ou Cordélia, symbole et mystère de la jeunesse au féminin."

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 00:09

 Depuis plusieurs années, je participe avec un très grand plaisir au Prix Audiolib. Cette année encore, je fais partie du Jury qui détermine les 5 titres qui seront soumis au vote du public courant juin (un grand merci à Hermine).

C'est une belle aventure chaque année et je dois dire que l'enthousiasme du jury 2021 me ravit particulièrement. Je sens que nous allons avoir de beaux échanges. 

Voici la sélection en image :

Les titres, auteurs et lecteurs :

- Betty de Tiffany McDaniel - lu par Audrey d’Hulstère
- Du côté des Indiens d’Isabelle Carré - lu par l’autrice
- Là où chantent les écrevisses de Delia Owens - lu par Marie du Bled
- La Soustraction des possibles de Joseph Incardona - lu par Damien Witecka
- Le Banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs de Mathias Énard - lu par Vincent Schmitt
- Le Consentement de Vanessa Springora - lu par Guila Clara Kessous
- Le Poète de Michael Connelly - lu par Benjamin Jungers
- Nickel Boys de Colson Whitehead - lu par Stéphane Boucher 
- Rhapsodie des oubliés de Sofia Aouine - lu par Ariane Ascaride

- Taqawan d’Éric Plamondon - lu par François-Éric Gendron

Parmi tous ces titres, j'ai déjà lu (et eu un coup de coeur) pour "La où chantent des écrevisses" de Delias Owens" (lu en audio).

J'ai lu en version papier, il y a très longtemps, "Le poète" de Michael Connelly. Je me souviens avoir aimé mais je ne me rappelle plus de l'histoire.

J'avais très envie de lire : "Betty", "Du côté des indiens", "Le consentement" et "Nickel Boys" donc c'est parfait. J'ai commencé par "Betty", celui qui me tentait le plus.

Quant aux autres titres, je suis curieuse de les découvrir !

Pour en savoir plus sur le Prix et la sélection, rendez-vous sur le site d'Audiolib.

Partager cet article
Repost0
10 février 2021 3 10 /02 /février /2021 00:48

Ma ville en bulles (First Editions) - septembre 2020 - 140 pages

"Et cetera, et cetera" est un ouvrage sur la langue française, à la fois ludique et didactique. Alternant texte et bulles, l'ouvrage nous permet de revisiter notre belle langue de façon distrayante. Je ne l'ai pas lu d'une traite mais en picorant de-ci de-là.

La première partie est consacrée aux origines de la langue française. Les influences sont nombreuses. Certaines sont très connues, d'autres plus surprenantes.

 

La deuxième partie se penche sur les évolutions en cours (n'en déplaise à certains, le français continue de s'enrichir !). Certaines modifications sont en relation avec l'évolution des mœurs, comme la féminisation des mots. D'autres suivent un processus de simplification (ce n'est pas nouveau, il y en a eu d'autres avant). 

Quelques pages sont également consacrées à la langue française dans le monde. Il est question, par exemple, du parlé québécois que j'ai découvert en lisant de la littérature québécoise (que j'apprécie beaucoup !).

 

J'aime bien la petite saynète ci-dessous qui montre que, si nous nous piochons dans la langue anglaise pour enrichir la nôtre, les anglais font de même.

 

La troisième partie nous présente quelques unes des nombreuses difficultés orthographiques de la langue française (les homophones, les accents mais aussi les "délires" qui font s'arracher les cheveux...).

 

La quatrième partie aborde quelques points de conjugaison. La disparition de certains temps semble inéluctable.

 

"Et cetera et cetera" est resté près de deux mois sur ma table de salon. J'avais beaucoup de plaisir à l'ouvrir et à le parcourir. C'est un bel objet, en plus d'être instructif.

Cet ouvrage a toute sa place dans une bibliothèque familiale (à lire avec les enfants pour leur faire découvrir les mystères de leur langue).

 

 

La BD de la semaine, c'est chez Stephie !

Partager cet article
Repost0
2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 20:45

2020 restera ancrée dans ma mémoire comme une une année très particulière. Comme tout le monde, la Covid-19 est venu bousculer mon quotidien. J'ai par ailleurs vécu, à titre personnel, des moments très difficiles en fin d'année. Je commence progressivement à lire et à bloguer mais je ne pense pas que je retrouverai de sitôt mon rythme habituel. 

Avec beaucoup de retard, voici le traditionnel bilan de mes lectures 2020 :

  Papier audio total
Français 12 13 25
Etranger 9 10 19
Total 21 23 44

 

J'ai lu au total 44 livres (contre 62 en 2019).  La proportion "papier" et "audio" est la même que l'an passé. Idem pour l'équilibre entre les auteurs français et étranger.

Voici quelques unes de mes lectures les plus marquantes :

La mère d'Eva - Silvia Ferreri 

Ce roman se penche sur l'identité de genre au travers du ressenti des parents et notamment de la mère. Un premier roman original et bouleversant !

L'homme qui savait les langues des serpents - andrus-kivirahk (lu en audio)

La quatrième de couverture m'avait un peu effrayée : parler la langue des serpents, tomber amoureuse d'un (vrai) ours, être une paysanne qui rêve du loup-garou, rencontrer des australopithèques qui élèvent des poux... Surprenant mais quel régal ce roman aux multiples dimensions !

Cent millions d'années et un jour - Jean-Baptiste Andrea (lu en audio)

J'ai dû me faire violence pour ne pas dévorer ce livre d'une traite tant l'histoire est prenante et les rebondissements inattendus. J'ai ralenti le rythme pour apprécier à sa juste valeur les descriptions de la nature. Dès les premières lignes, j'ai été émerveillée par l'écriture absolument somptueuse. 

Là où chantent les écrevisses - Delia Owens (lu en audio)

J'avais très envie de lire ce roman dont (presque) tout le monde chante les louanges. Je ne peux que me ranger du côté des avis dithyrambiques. On pourrait lui reprocher l'utilisation de "bons sentiments" mais c'est avant tout un texte intelligent et plein finesse. Ce roman possède également une dimension écologique, sans être moralisateur.  Une totale réussite !

Dans les angles morts - Elizabeth Brundage

Je ne peux vous que vous conseiller d'aller explorer les angles morts de cette histoire, de vous laisser surprendre par ses faux-semblants et ses zones d'ombres. C'est toute une époque que l'auteur fait revivre, celle des années 80, sans téléphones portables ni réseaux sociaux. 

Fille, femme, autre -Bernardine Evaristo

Onze femmes et une personne "non genrée" se succèdent et se croisent pour se présenter à nous.  Ces personnes sont fortes et courageuses mais ne cachent pas leurs faiblesses. Noires ou métis dans une Angleterre où la couleur noire n'est pas celle du désespoir, elles prennent (ou ont pris autrefois) leur destin en main. Chaque parcours est passionnant.  Une lecture exigeante mais fort intéressante.

Mais aussi...

Manderley for Ever - Tatiana de Rosnay

La belle lumière - Angélique Villeneuve

Je me souviens de tous les rêves - René Fregni

Moi ce que j'aime c'est les monstres - Emil Ferris (BD)

Salina - Laurent Gaude

Né d'aucune femme - Franck Bouysse 

...

Il est un peu tard pour vous souhaitez une belle année 2021 mais je le fais tout de même !

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 00:22

Voici le récapitulatif du challenge "écoutons un livre" du mois de janvier.

Comme vous pouvez le constater, je brille par mon absence. Je n'arrive pas à lire audio ces temps-ci. En espérant que cela revienne bien vite.

Géraldine :

L'énigme de la chambre 622 - Joel Dicker 

La dernière nuit au XVème siècle - Didier van Cauwelaert 

 

Enna :

La Chambre des merveilles - Julien Sandrel 

Fendre l'armure - Anna Gavalda 

Les choses humaines - Karine Tuil

Là où chantent les écrevisses - de Delia Owens

 

Rendez-vous le 28 janvier pour les lectures de janvier.

Si vous souhaitez participer,  vous n'avez pas à vous inscrire mais seulement à laisser le lien vers votre (vos) billet(s) : ici. Je publie un récapitulatif chaque mois.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2021 1 18 /01 /janvier /2021 00:22

Je n'ai pas eu le temps de faire mon bilan de 2020 car divers évènements sont venus bouleverser mon quotidien. Je mets toutefois en ligne ce petit jeu que je fais chaque année et que j'avais bien avancé début décembre. J'espère trouver le temps de me pencher sur le bilan de mes lectures 2020 d'ici fin janvier. J'ai aussi quelques livres lus qui n'ont pas été chroniqués et qui se rappellent à moi régulièrement.

Voici donc quelques unes de mes lectures de 2020 :

Décris-toi…

Fille, femme, autre (vraiment beaucoup aimé !)

 

Comment te sens-tu ?

Jours sans faim

 

 Décris où tu vis actuellement…

La mer et au-delà (non chroniqué pour encore)

 

 Si tu pouvais aller où tu veux, où irais-tu ? 

Manderley for ever 

 

Ton moyen de transport préféré ? 

Dans le même bateau 

 

Ton/ta meilleur(e) ami(e) est… 

Sauvage

 

Toi et tes ami(e)s vous êtes…

Là où chantent les écrevisses 

 

Comment est le temps ?

Rien n'est noir 

 

Quel est ton moment préféré de la journée ?

La belle lumière 

 

Qu’est la vie pour toi ? 

Bienvenue au club

 

Ta peur ?

Quitter le monde

 

Quel est le conseil que tu as à donner ?

Ne quittez pas !

 

La pensée du jour…

Ici n'est plus ici

 

Comment aimerais-tu mourir ? 

Beloved

 

Les conditions actuelles de ton âme ? 

Je me souviens de tous vos rêves 

 

Ton rêve ? 

Tangente vers l'est

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 00:58

La boite à bulles - 133 pages - Sept 2020

Hyppolyte, acteur fauché d'une troupe de théâtre, tombe amoureux d'une jeune fille appartenant à une ethnie voisine. Cette dernière lui demande une somme astronomique en échange de sa main. Elle ne le prend absolument pas au sérieux.

Rien n'arrête le jeune homme, qui a sept jours pour relever le défi. Il fait preuve d'imagination et fait fonctionner ses réseaux pour tenter de réunir la somme. Une de ses astuces est d'ouvrir un lieu de vie qu'il va nommer le Ting Tang Sap Sap. Il s'agira ensuite de le faire vivre et fructifier...

 

L'auteure (Anaële Hermans) fait la part belle au conte, par l'intermédiaire d'une "histoire dans l'histoire" particulièrement truculente (une des premières astuces d'Hyppolyte pour gagner de l'argent).

J'ai particulièrement apprécié l'humour qui se dégage de l'album. Il est fait référence, notamment, à une particularité africaine dont j'avais déjà entendu parler : "les parents à plaisanterie". La coutume veut qu'on se balance des noms d'oiseaux si l'on est "parents à plaisanterie". Ce véritable "sport national" ne manque pas de piquant.

Le lieu est fort bien restitué par des planches colorées qui décrivent avec moultes détails les décors. Nous sommes plongés dans l'ambiance d'un village africain dont les habitants, un peu nonchalants, sont toujours prêts à se rendre service. Les mœurs et le rythme de ce village sont si différents de ce que nous connaissons chez nous, que le dépaysement est complet.

Une lecture anti-morosité !

Lu dans le cadre d'une opération "Masse Critique" de Babelio

La bd de la semaine, c'est chez Noukette

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 21:14

Voici le récapitulatif du challenge "écoutons un livre" du mois de décembre.

Enna :

L'ombre de la baleine" - Camilla Grebe

Victime 2117 (T8) : Jussi Adler Olsen

Géraldine :

Vivre vite - Philippe Besson

 Sang Famille - Michel Bussi

Rendez-vous le 28 janvier pour les lectures de janvier.

Si vous souhaitez participer au challenge, il n'y a pas à s'inscrire mais seulement laisser un lien vers votre billet : ici. Je fais un billet récapitulatif chaque mois.

Partager cet article
Repost0