Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 20:48

Avec un peu de retard, voici le récapitulatif du challenge écoutons un livre du mois de novembre.

Enna :

L'ossobawin - Daniel Poliquin

Blood orange

La déesse des mouches à feu - Geneviève Pettersen

Sylire :

Rien n'est noir - Claire Berest

L'ossobawin - Daniel Poliquin

Géraldine :

Des chauves souris des singes et des hommes, de Paule Constant

Voici venir les rêveurs, d'Imbolo Mbue

 

Rendez-vous le 28 décembre pour les lectures de décembre.

Si vous souhaitez participer au challenge, il n'y a pas à s'inscrire mais seulement laisser un lien vers votre billet : ici. Je fais un billet récapitulatif chaque mois.

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 00:13

Editions de la Bagnole - récit théatral - 2014 - 96 pages

Une femme est au chevet de sa mère mourante. Cette dernière veut revoir son fils qu'elle n'a pas vu depuis vingt ans mais le fils refuse de se déplacer. La fille n'a pas le courage de dire vérité à sa mère et tente de convaincre son frère avant qu'il ne soit trop tard.

Comment un fils peut-il refuser cette dernière faveur à sa mère et surtout pourquoi ? Nous le découvrons, la gorge serrée, au fur et à mesure que l'histoire nous est contée. En tant que mère, je n'ai pas eu de mal à me glisser dans la peau de cette femme qui ne mérite pas cette dernière épreuve de la vie.

Le récit, très court, se lit d'une traite, ce qui renforce l'émotion ressentie. La délivrance est la troisième partie d'une trilogie. Je ne le savais pas en commençant ma lecture mais cela ne m'a nullement dérangée car l'histoire se tient par elle-même. En commençant ma lecture, j'ai eu peur d'être perturbée par le style mais cela n'a pas été du tout le cas, bien au contraire. La litanie de cette mère m'a atteinte droit au cœur tout comme la douleur de sa fille. Il est question de domination masculine et de violence familiale. Une violence banalisée mais non moins révoltante.

Un extrait, pour vous donner une idée du style :

"Si tu ne viens pas au chevet de maman ce sera comme si elle mourait seule.

Elle ne dira pas je meurs en tenant les mains de mes filles.

Elle dira.

Elle dira je meurs sans mon fils.

Et ce sera comme si nous n’existions pas."

Un très beau texte.

Une lecture commune avec Enna, pour le mois québécois.

Lu dans le cadre de Québec en novembre, organisé par Karine et Yueyin

 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 19:44
Finitude - Octobre 2020 - 220 pages

Pierre vient de perdre un poste haut placé dans un grand groupe d'édition, après avoir refusé de faire un "rapport" sur une personne accusée de malversations et qu'il croit innocente. Désormais au chômage, Pierre accepte un poste de VRP qui lui fait parcourir la France pour faire la promotion de livres et d'encyclopédies. Il visite essentiellement les libraires et les bibliothèques. Ce poste est moins passionnant que le précédent mais lui fait voir du pays et rencontrer des gens. Le temps passé en voiture lui permet de réfléchir à l'évolution du monde du livre avec la disparition des petites maisons d'éditions, avalées peu à peu (à son grand regret) par des grands groupes.

Pierre Lombard est un personnage attachant. Il ne manque pas d'humour, se lie facilement et pratique l'autodérision. J'ai pris plaisir à le suivre le long des routes de France, partageant ses réflexions. Je n'ai pas réussi à replacer le roman dans le temps. Il me semble que cela fait belle lurette qu'on ne vend plus d'encyclopédies papier.

La description du monde du livre est assez pessimiste et désabusée. Aux côtés de quelques passionnés de littérature, nous découvrons des gestionnaires peu soucieux de la qualité des ouvrages qu'ils proposent.  Plus généralement, il est question du rapport de l'homme au travail. J'ai trouvé certaines réflexions très justes, comme celle-ci, par exemple, qui peut s'appliquer à n'importe quel métier :

"Patience devant les clients énervés, Patience devant les responsables de rayons surmenés. Patience devant les décontenancés, patience devant les pleutres, les séducteurs, les indifférents, les vulgaires, les arrogants. S'il se laisse à les mépriser, il méprisera sa relation à la vente. S'il méprise son travail, il se méprisera. Se méprisant, il vivra tout cela avec dégoût. Alors, il ne lui restera que ses yeux pour pleurer".

On peut lire, sur la quatrième de couverture, que Christian Estèbe a été libraire puis représentant en librairie et qu'il est aujourd'hui bouquiniste à Marseille. Son personnage principal, Pierre Lombard, a un parcours assez proche. L'auteur semble bien connaitre son sujet. Amoureux des livres et des mots il partage avec nous sa passion.

"Passer de l'écrit vain, à l'écrit vrai, lever le voile des mots d'usage, des mots d'usure. Comment gratter les mots. Ecrire pour retrouver en soi ce qui parle à soi, donc à tous. Etroite est la passerelle, et il faut être un peu funambule pour tirer l'or de cette vieille matière corrompue que sont les mots." 

Voilà un roman intelligent, à l'écriture soignée et non dénué d'humour. Bien qu'il n'y ait pas de réelle intrigue (juste un petit rebondissement à la fin), l'histoire est assez prenante.

Une belle découverte !

 

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2020 5 06 /11 /novembre /2020 00:36

Lu par Richard Léger - publié en 1987 -Prise de parole - 164 pages

L'histoire se passe en dans un petit village de l'Ontario, Sioux Junction. Thomas Obomsawin, un peintre métis connu dans le monde entier, attend son procès. Il est accusé d'incendie criminel. Le narrateur, son troisième biographe, nous raconte son étonnante histoire, en la remplaçant dans dans le contexte de Sioux Junction, le village natal du peintre. Le narrateur nous présente l'histoire du village en remontant à ses origines. Nous assistons également au procès pour le moins "folklorique".

Résumer ce livre est très réducteur car l'histoire, foisonnante, est peuplée de personnages tous aussi truculents les uns que les autres, à commencer par Thomas, que l'on apprend à connaitre au fil du roman. Quel curieux personnage et quelle vie étonnante ! La ville de Sioux Juction, moribonde quand commence le procès, revient à la vie avec l'arrivée sur place du juge, des avocats et des témoins, sans parler des curieux. Cela fait l'affaire de l'hôtel (miteux) de la ville, théâtre de soirées mémorables. Le dénouement, qui nous offre quelques surprises, est particulièrement réussi.

J'ai passé un excellent moment avec ce roman plein de fantaisie et plus profond qu'on pourrait le croire. L'auteur aborde la question de l'identité et des relations entre blancs amérindiens. Il nous offre également une réflexion sur la langue (je devrais dire les langues) mais aussi de l'art. Le lecteur est formidable et interprète les dialogues pittoresques avec une langue qui l'est tout autant (surtout pour les non-initiés). Ce coin du canada francophone utilise un français agrémenté d'expressions typiques très imagées. Je me suis régalée.

Une très belle découverte !

Une lecture commune avec Enna

Lecture audio téléchargée sur le site Radio-canada

Lu dans le cadre de Québec en novembre, organisé par Karine et Yueyin

(rubrique : Balade à Toronto – Jean Leloup Un livre d’un auteur canadien, mais pas québécois)

 

Ecoutons un livre - 2020

 

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2020 7 01 /11 /novembre /2020 15:03

Québec en novembre est un rendez-vous que j'aime beaucoup et auquel je participe depuis plusieurs années.

Pour tout savoir de ce challenge animé par Karine et Yueyin,  rendez-vous sur leurs blogs respectifs.

Vous pouvez aussi écouter Karine (vidéo ci-dessous) et son irrésistible accent québécois !

 

Yueyin et Karine nous proposent 15 titres de chansons québécoises qui seront à associer aux titres de nos livres. 

Voici mon programme (à date) et les dates prévisionnelles des billets :

06/11  "L'Obomsawin" - Daniel Poliquin (Ecoute commune avec Enna)

12/11 : "La délivrance" de Jennifer Tremblay

17/11 : Anne... La maison aux pignons verts - Lucy Maud Montgomery

22/11 : Le Fleuve - Sylvie Drapeau

Il n'est pas impossible que je parvienne à lire d'autres titres. 

Si vous peinez à trouver des titres québécois et que vous aimez lire audio, sachez que des titres gratuits sont à disposition sur le site Radio-Canada. J'en ai lu plusieurs et le choix est bon et varié.

Bon mois québécois à toutes et à tous !

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 10:44

Audiolib 2020 (Stock) - 5 h 51 - lu par l'autrice

Je ne connaissais pas grand chose de Frida Kahlo quand j'ai commencé cette écoute. Je savais qu'elle était mexicaine et peintre, je visualisais quelques uns de ses tableaux mais je n'avais jamais eu la curiosité de me documenter à son sujet. C'est donc avec beaucoup d'intérêt que j'ai écouté cette biographie, lue avec un  talent de conteuse par l'autrice. Claire Berest met en avant, d'après ce que j'ai retenu du livre, deux aspects de la vie de Frida : le combat contre la douleur d'un corps brisé et une passion dévorante pour le peintre Diego Riviera. 

A l'âge de six ans, Frida contracte la poliomyélite, qui lui laisse comme séquelle une jambe atrophiée. Comme si cela ne suffisait pas, elle est victime d'un grave accident d'autobus à l'âge de dix-huit ans. Polytraumatisée, elle reste de longs mois à l'hôpital et garde de nombreuses séquelles physiques. Une blessure à l'abdomen est la cause de plusieurs fausses couches. Elle ne parvient pas à mener une grossesse à terme, ce qui constitue un des drames de sa vie. De ses souffrances, Frida fait des tableaux, parfois allongée sur son lit d'hôpital. Elle a subi de multiples opérations.

La colonne brisée - 1940

" Son dos, son cou, ses orteils, un pied, une jambe, son sexe. Tout a mal. Tout crie. Chaque morceau d’elle réclame d’être considéré en priorité dans la souffrance, comme une portée d’enfants égocentriques piaille à qui mieux mieux pour voler l’attention de la mère." 

Il ne faudrait pas réduire Frida à sa douleur. C'est une femme passionnée qui aime la fête et se montre joyeuse. Elle se donne corps et âme à l'homme qu'elle aime. Leur relation n'est pas exclusive. Chacun a des aventures. Frieda en souffre mais Diego a été clair dès le départ. Leur relation est chaotique, Frieda est trop amoureuse pour accepter les frasques de son homme. Le peintre sait toutefois la soutenir quand elle en a besoin. Ce n'est pas un amour à sens unique même si Frieda attend de Diego plus qu'il n'a envie de donner.

"Tu sais pourquoi je pleure ? Parce que j'ai été victime de deux horribles accidents dans ma vie, Diego, le premier c'est le tramway. L'autre c'est quand je t'ai rencontré".

 

C'est un curieux couple quand on les regarde :

"Parce qu'il est laid, Diego, d'une laideur franche et amusée d'elle-même. Une laideur gustative qui ouvre l'appétit ; on a envie de mordre ce gros ventre, d'en avoir la gorge pleine, les dents sales, de lécher les doigts puissants, de passer la langue sur ses yeux trop prononcés, trop éloignés, sans couleur claire."

Les femmes ont beaucoup de mal à se faire une place dans le milieu artistique de l'époque mais Frieda ne souffre pas que son époux soit mis en avant. Son admiration pour lui n'a pas de limite. Tous deux voyagent à l'étranger, elle est "Madame Riviera". Ce n'est que plus tard dans sa vie qu'elle sera reconnue à sa juste valeur en tant que peintre.

"Elle ne peint pas pour être aimée. Elle est transparente, c'est-à-dire qu'elle ouvre grand la fenêtre vers l'intérieur".

Frieda a une personnalité très forte. Elle est dotée d'une grande originalité. Ses vêtements et bijoux reflètent son exubérance. Elle cultive son côté androgyne comme le montrent certains autoportraits, qui accentuent cette particularité. Frida est très coquette tout en ne s'épilant pas, par exemple.

Autoportrait au Collier d’Épines et Colibri, 1940

Découvrant Frida Kahlo, je ne saurai vous dire si cette biographie est fidèle et complète mais j'ai beaucoup aimé découvrir l'artiste et la femme, au travers de la plume de Claire Berest. J'ai trouvé de nombreux points communs entre "Rien n'est noir" et "Gabriële", que Claire Berest a écrit avec sa soeur Anne. Les deux ouvrages constituent de très beaux portraits de femme, dans un contexte artistique et historique fort bien reconstitué. 

La plume sensuelle et colorée de Claire Berest a su me séduire et me donner envie de lire d'autres ouvrages sur l'artiste.

Ecoutons un livre

 

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 00:10

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2020 2 27 /10 /octobre /2020 09:42

Quai Voltaire - aout 2020 - 377 pages

"Ce soir, ils ne chanteront pas. Ils ont soixante-six ans, ils sont beaucoup trop vieux pour se convaincre que leurs chances sont bougrement bonnes, et que ce putain de monde s'intéresse un tant soi peu à leurs espoirs et à leurs rêves, en supposant qu'il leur en reste."

Nous sommes sur l'île de Martha's Vineyard, dans l'état du Massachusetts, en 2015. Lincoln Moser s'apprête à recevoir, dans sa maison familiale, Teddy et Mickey, ses copains d'université. En mai 1971, les trois garçons s'étaient retrouvés sur cette même île avec une quatrième personne nommée Jacy Calloway. Ils venaient de finir leurs études. Tous étaient secrètement amoureux de la jeune fille mais elle sortait avec un autre garçon, avec lequel elle projetait de se marier. Les quelques jours passés ensemble s'étaient terminés de façon brutale, Jacy avait quitté l'île sans explication. Nous comprenons que le mystère de sa disparition reste entier. 

Paysage de Martha's Vineyard

Nous revenons quarante ans en arrière. Les trois amis font leurs études à l'Université de Minerva, dans le Connecticut. Ils sont boursiers et, pour arrondir les fins de mois, travaillent au restaurant d'une résidence qui loge des étudiantes. C'est dans ce cadre qu'ils font la connaissance de Jacy Calloway, une belle jeune fille pleine de peps. L'insouciance de leur jeunesse est toutefois pondérée par la guerre du Vietnam, qui résonne comme une menace pour les jeunes garçons. Certains d'entre eux, tirés au sort, seront appelés pour combattre auprès des soldats professionnels.

En 2015, sur l'île de Martha's Vineyard, alors que les trois amis se remémorent le passé et profitent du moment présent, Lincoln enquête discrètement sur la disparition de leur amie. Le roman prend alors la dimension d'un thriller et je dois dire que mon intérêt a monté d'un cran. Et si l'un des amis avait quelque chose à voir avec la disparition de Jacy ? 

Ma lecture de ce roman a connu deux phases distinctes. Un léger ennui m'a accompagnée durant la première moitié. Je ne parvenais pas à m'intéresser vraiment aux jeunes gens. En revanche, j'ai dévoré la seconde partie, portée par l'intrigue. Je n'avais jamais lu Richard Russo mais cela faisait partie de mes projets. Au final, je suis contente d'avoir choisi ce titre dans la sélection "Masse critique" consacrée aux romans de la rentrée. J'ai bien aimé la façon dont l'auteur nous présente la complexité de ses personnages. "Retour à Martha's Vineyard", sans être plombant, est par ailleurs un roman assez nostalgique sur la jeunesse perdue et la vie qui passe à toute allure. 

Richard Russo est un auteur que je relirai avec intérêt mais en choisissant une période où j'ai du temps devant moi.

Lu dans le cadre d'une opération "Masse critique" de Babelio

 

Une partie du roman se passe dans le Connecticut, l'autre dans le Massachussets

 

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 21:58

Audiolib 2020 (Seuil) - Lu par Marie du Bled - 11 h 

"Un marais n’est pas un marécage. Le marais, c’est un espace de lumière, où l’herbe pousse dans l’eau, et l’eau se déverse dans le ciel. Des ruisseaux paresseux charrient le disque du soleil jusqu’à la mer, et des échassiers s’en envolent avec une grâce inattendue – comme s’ils n’étaient pas faits pour rejoindre les airs – dans le vacarme d’un millier d’oies des neiges."

Nous sommes à Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Kya vit avec sa famille dans le marais, en marge de la population. Ils logent dans une cabane qui offre le confort minimal. Alors qu'elle a six ans, la mère de Kya abandonne le foyer. Ses frères et sœurs fuient également les lieux dès qu'ils le peuvent et de façon définitive. La petite fille vit seule avec son père quelques temps, avant que ce dernier ne disparaisse. Kya, livrée à elle-même, devient "la fille du marais".

"Comme tous les autres, il avait entendu parler de la Fille des marais et, au fil des ans, l'avait parfois croisée, soit dans son bateau, glissant au fil de l'eau comme si elle ne faisait qu'un avec les courants, soit se précipitant hors de l'épicerie comme un raton laveur s'éloigne d'une poubelle."

 

source instagram /Delia Owens

Grâce à quelques rencontres providentielles et portée par sa force de caractère, la petite fille grandit et s'ouvre aux trésors naturels qui l'entourent. Un jeune garçon, Hate, lui apprend à lire et à compter. Le garçon lui rend visite le plus souvent possible et lui apporte des livres de sciences naturelles, qu'elle dévore. Au fil des années, leur relation devient plus intime mais Hate finit par l'abandonner aussi, au grand désespoir de Kya.

La jeune fille continue à étudier la flore et la faune du marais et consigne ses observations par écrit. Elle dessine également. Elle n'oublie par Hate mais se laisse embarquer dans une autre relation qui va qui lui occasionner de gros ennuis avec la justice. Le récit, qui se déroule sur deux époques, 1952 et 1969, finit par se rejoindre dans la dernière partie du livre. 

J'avais très envie de lire ce roman dont (presque) tout le monde chante les louanges. Je ne peux que me ranger du côté des avis dithyrambiques. Ce roman possède de grandes qualités. Le personnage principal, Kya, est extrêmement attachant. Il y de bons sentiments mais c'est avant tout un texte intelligent et plein finesse. Ce roman possède également une dimension écologique, sans être moralisateur.  La construction tient suffisamment en haleine pour que l'on ne s'ennuie pas une minute. Cerise sur le gâteau, la fin est très réussie.

Je ne regrette pas d'avoir opté pour la version audio. La lectrice incarne parfaitement la jeune Kya et parvient à nous faire vibrer pour ce très beau texte.

Une totale réussite !

 

Quelques mots sur l'autrice (source Babelio) :

Diplômée en zoologie et biologie et titulaire d'un doctorat en comportement animal, elle part s’installer avec son mari, chercheur et biologiste comme elle, au Botswana en 1974. Ensemble, ils étudient les différentes espèces de mammifères de la région. Ils publient trois livres de non-fiction. Delia Owens publie également de nombreux articles scientifiques en menant ses recherches sur les espèces animales en danger. Elle monte des projets de sauvegarde de grande ampleur. "Là où chantent les écrevisses" ("Where the Crawdads Sing", 2018) est son premier roman.

Challenge écoutons un livre
challenge 50 romans - 50 états : la Caroline du Nord

 

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 23:28

Lu par Léovanie RAUD - 2019

Olivier Norek est un nom que l'on voit sur les blogs autant que dans les librairies. Il me fallait donc un jour ou l'autre faire connaissance avec sa plume même si, pour être honnête, le polar n'est pas mon genre de prédilection. 

Bien souvent, pour mener leurs enquêtes, les auteurs font appel à des inspecteurs un peu cabossés ou atypiques. C'est le cas de Noémie Chastain, capitaine en PJ parisienne, qui a été défigurée par un coup de de feu en pleine tête. Après son arrêt de travail (par crainte qu'elle ne soit pas en mesure d'assurer pleinement son poste) sa hiérarchie l'a mutée pour une mission plus ou moins bidon dans un commissariat de province où il ne se passe pas grand chose habituellement.

Coup de chance pour Noémie, une affaire vient bousculer l'équipe apathique du commissariat. Une "cold case" concernant des enfants disparus refait surface et Noémie Chastain met un point d'honneur à la résoudre. Mais voilà, tout le monde n'a pas intérêt à ce que cette affaire soit résolue...

Cette enquête m'a fait passer un bon moment. Le personnage de Noémie Chastain est attachant.

L'avis d'Enna

Merci à l'amie qui m'a prêté ce livre !

Partager cet article

Repost0