Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 00:40

Gallimard 2016 - 227 pages - août 2016

L'histoire commence par le meurtre de deux enfants par leur nounou. Une scène assez horrible, que j'appréhendais. Elle ne dure heureusement pas trop longtemps. Puis, nous remontons le temps pour comprendre ce qui a bien pu se passer pour que la nounou en arrive là. Nous assistons tout d'abord aux recherches de la perle rare. Elle se présente sous les traits d'une jeune femme blonde qui a de bonnes références et paraît bien sous tous rapports. Très vite, les parents se félicitent de leur choix. Leur nounou, véritable Mary Poppins, est parfaite et suscite l'envie de leurs amis. Il faudra attendre quelques mois avant qu'un malaise ne s'installe et aille crescendo.

Si le rapport employeur-employé est intéressant à analyser dans ce contexte particulier de la garde d'enfant à domicile, j'ai trouvé que l'auteur allait trop loin dans le sensationnel pour que l'histoire soit crédible. Pour tuer deux enfants et se donner la mort ensuite, il faut avoir avoir basculé dans une forme de folie. S'il est très important de ne pas se tromper en choisissant une nounou, je pense pas que le risque le plus important soit d'embaucher une déséquilibrée mentale (surtout quand elle a des références, comme c'est le cas ici). En revanche, il existe un risque de tomber sur une personne qui néglige ou maltraite les enfants parce qu'elle n'est pas faite pour cela. Nous ne sommes pas dans ce cas de figure dans ce roman.

J'ai vu dans cette histoire une démonstration visant à prouver que les parents ont une responsabilité dans ce qui arrive, parce qu'ils n'ont pas voulu voir que la nounou n'allait pas bien. Il est vrai que la relation n'était pas saine et qu'ils auraient dû se méfier davantage mais quand on a le nez dans le guidon, fatigué et stressé, il est parfois difficile de prendre du recul pour analyser une situation. Les enfants étaient attachés à leur nounou et recruter quelqu'un d'autre, c'était peut-être prendre le risque de tomber sur pire (on sait ce qu'on perd, on ne sait pas ce qu'on gagne). Ils ne pouvaient pas, bien entendu, imaginer une telle tragédie. J'ai du mal à leur jeter la pierre et notamment à cette mère qui essaye de mener de front sa carrière professionnelle et la maternité. 

Il y a un autre aspect du roman qui m'a dérangée. L'auteur sous-entend que les parents auraient dû s'intéresser aux conditions de vie de leur employée de maison. Mais quid du respect de la vie privée ? On ne peut pas à la fois leur reprocher d'avoir été trop proche de la nounou et pas assez. Par ailleurs, lorsque l'on a les moyens d'embaucher une nounou à domicile, cette personne a bien souvent un statut social moins élevé que le sien. Une jalousie peut naître de cette situation mais les parents n'y peuvent pas grand chose sauf s'ils ne paient pas leur employée au tarif en vigueur. Je n'ai pas eu l'impression que c'était le cas ici. L'employée faisait largement plus que ce qui lui était demandé mais de sa propre initiative.

C'est un livre prenant, bien construit, très fluide dans la narration. Je lui reconnais beaucoup de qualités littéraires (il n'a pas eu le Goncourt pour rien) mais vous l'avez compris, il m'a dérangée et interpellée. Si je me suis mise dans la peau de ces parents, c'est peut-être parce que je sais à quel point il est difficile de concilier vie familiale et professionnelle quand on a un travail prenant. Je ne considère pas que ces parents soient fautifs mais plutôt qu'ils ont été manipulés et victimes d'une grande malchance. 

Plutôt que de culpabiliser les parents, j'aurais préféré que l'auteure mette en cause notre société qui n'est pas capable d'organiser des modes de gardes adaptés aux cadres et sûrs (de type crèches). Je pense également que les entreprises françaises ne tiennent pas suffisamment compte de la vie de famille de leurs salariés, notamment des cadres. Les scandinaves sont beaucoup mieux organisés que nous, par exemple.

Mon billet est très long, mais le sujet me tient à coeur.

Un roman dérangeant, sans nul doute, mais pas pour les raisons que j'imaginais avant de l'ouvrir. 

Ce roman vient d'obtenir le Prix Goncourt 2016. Bravo à Leila Slimani.

Les avis de mimi - Keisha - Clara - Valerie

Challenge rentrée 2016 11/18

Partager cet article

Repost 0

commentaires

laurielit 25/11/2016 15:18

Intéressant ta vision des choses...je comprends mais je n'ai pas trop senti cela. En tout état de cause j'ai largement excusé les parents en fait. Je peux comprendre la spirale et surtout la dépendance + la galère de voir chercher qqn d'autre. Moi franchement je n'ai tjs pas compris le geste, pourquoi, dans quel état elle était, comment les faits se sont déroulés. Une déception...

dasola 15/11/2016 16:34

Bonjour Sylire, le sujet ne me tente pas du tout. Bonne fin d'après-midi.

sylire 16/11/2016 21:04

@Dasola : je peux comprendre... Bonne soirée !

zazy 14/11/2016 19:36

Dans son premier roman, Leïla Slimani aborde également un sujet fort dérangeant. Lire que j'ai beaucoup apprévcié

Sylire 14/11/2016 20:58

@Zazy : je n'ai pas lu son premier roman mais je me rappelle des billets et critiques presse.

Antigone 12/11/2016 21:43

Ayant été longtemps moi même baby sitter j'ai un peu peur de le lire... parce que cela risque de me chambouler un peu je crois...

sylire 13/11/2016 20:24

@Antigone : Je ne peux pas dire que j'ai été vraiment chamboulée. En revanche ce livre a soulevé beaucoup de questions, me concernant. C'est un roman dérangeant.

clara 09/11/2016 09:24

Oui idem pour moi.