Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 00:20
Une Jeunesse - Patrick Modiano (blogoclub)

.

Très belle photo d'Olivier Roller, que j'ai empruntée à "Libération Livres". (en cliquant sur la photo, vous accederez à l'article).

Une Jeunesse - Patrick Modiano (blogoclub)

.

Au programme de ce blogoclub du premier mars, une lecture libre autour de Patrick Modiano, qui a obtenu le Prix Nobel de littérature 2014 pour : "L'art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l'occupation".

 J'ai proposé aux blogueurs qui le souhaitaient, de s'associer au blogoclub pour cette lecture. Il y aura donc peut-être un peu plus de participants que d'habitude. 

 

Une Jeunesse - Patrick Modiano (blogoclub)

.

J'ai acheté ce roman il y a quelques années à une foire aux livres organisée par ma bibliothèque, me disant qu'un jour ou l'autre, j'aurais peut-être envie de relire Modiano. Les romans de cet auteur ne m'avaient pas complètement transportée à l'époque où je les avais lus. J'étais curieuse de savoir si, avec deux (si ce n'est trois) décennies de plus, mon ressenti serait différent.

Le roman s'ouvre sur un anniversaire, celui d'Odile, 35 ans, mariée avec Louis. Puis, nous remontons le temps, Odile et son mari ont dix-neuf ans. Ils sont aussi paumés l'un que l'autre et ne pouvaient que s'entendre. Un peu naïfs, ils se laissent porter par la vie avec une sorte de nonchalance qui les rend attachants. Tous deux prennent des risques en fréquentant des gens assez louches mais ne semblent pas spécialement inquiets de ce qui pourrait leur arriver. Par chance pour eux (mais peut-être pas pour le lecteur), ils traversent leur jeunesse sans encombre.

J'ai oublié de préciser un détail qui a son importance quand on lit Modiano, nous sommes à Paris. Aucune date n'est donnée mais j'ai imaginé un Paris des années 50 ou 60. Un Paris en noir et blanc, un peu désuet, où le temps s'écoule lentement.

Il ne se passe pas grand-chose dans ce livre, c'est un roman d'atmosphère. En repensant à ma lecture, une quinzaine de jours après l'avoir finie, c'est l'ambiance qui me revient, plus que l'histoire. Il est question du temps d'avant, celui de la jeunesse, qui passe très vite. Ce qui fait dire à Odile, qui fête ses trente-cinq ans, qu'elle a presque l'âge d'être grand-mère. 

Les dernières phrases du livre m'ont interpellée. Je les ai lues plusieurs fois car elles semblent résumer le message que veut faire passer Modiano avec cette histoire (le couple a quitté Paris et les embrouilles pour le Sud de la France) : 

"Un matin qu'ils suivaient la Corniche, entre Nice et Villefranche, Louis éprouva une curieuse sensation de légereté et d'hébétude, et il aurait voulu savoir si Odile la partageait.

Quelque chose, dont il se demanda plus tard si ce n'était pas tout simplement sa jeunesse, quelque chose qui lui avait pesé jusque-là se détachait de lui, comme un morceau de rocher tombe lentement vers la mer et disparaît dans une gerbe d'écume".

Ce roman m'avait plutôt semblé nostalgique de ce que l'on appelle "la jeunesse", cette période de la vie où l'insouciance et la légereté permettent de vivre au jour le jour, sans trop se poser de questions. Dans l'extrait que je viens de citer, à l'inverse, la jeunesse serait un poids dont il serait bon de se libérer pour être heureux.  Ne serait-ce pas un peu des deux ? C'est peut-être ce qu'a voulu dire Modiano et cela me semble assez juste.

Alors, ai-je aimé ces retrouvailles avec Modiano ?

J'ai passé un bon moment, un peu hors du temps, mais je garde tout de même une préférence pour les romans aux histoires plus consistantes.

Je dédie ce billet à Galéa, grande admiratrice de Modiano.

Une Jeunesse - Patrick Modiano (blogoclub)

.

Les avis des autres participants  :

Rue des boutiques obscures : Enna - Valérie - Philisine - Nathalie

L'herbe des nuits : Titine - Claudialucia - Juliette

Dora Bruner - Gambadou - Mimi Pinson - Itzama

Dans le café de la jeunesse perdue : Lisa -  Florence

Un pedigree : Lisa - Galéa

Accident nocture : Denis

Dimanches d'août : Hélène - Praline

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier : Claire-Jeanne

 

Le 1er juin, le thème choisi est "un auteur de langue allemande". Chacun suggère un titre et nous procédons au vote du titre qui sera retenu. Si vous souhaitez participer au blogoclub, merci d'envoyer un mail à lecturecommune@yahoo.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by sylire
commenter cet article

commentaires

Géraldine 09/03/2015 15:09

Hum hum... je n'ai toujours pas lu de Modiano. Faudrait que je m'y colle un de ces, ne serait-ce que pour la culture. Pourtant, j'ai un de ses romans dans ma PAL...

sylire 11/03/2015 20:53

@Géraldine : tu as raté l'occasion avec la lecture commune, ça t'aurait motivé de le sortir de ta PAL.

claire jeanne 05/03/2015 10:20

Bonjour, voilà mon billet pour "Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier" ; jusqu'à présent j'aimais "moyen" la littérature "modianesque" ; celui-ci m'a permis d'entrapercevoir ce que ses fans lui trouvent ! Donc merci !
http://les2bouquineuses.canalblog.com/archives/2015/03/01/31485130.html

sylire 05/03/2015 13:08

@Claire Jeanne : c'est intéressant ce que tu dis là. C'est vrai qu'après avoir lu les billets, on comprend mieux ce qu'est la littérature modianesque et pourquoi elle plaît.

claudialucia 02/03/2015 21:59

J'ai l'impression que Modiano livre beaucoup de lui-même dans sa recherche du temps perdu d'après ses entretiens. D'où cette ambivalence entre la nostalgie de la jeunesse et le fait d'en être prisonnier. J'aime beaucoup l'atmosphère dont tu parles mais moi aussi je préfère les romans plus ancrés dans la vie.

sylire 02/03/2015 22:10

Je n'ai pas lu ses entretiens mais si j'ai un moment j'essayerai de le faire car cette réflexion sur la jeunesse m'intéresse.

Itzamna 02/03/2015 21:27

Bonjour, Comme il y avait beaucoup de rdv bloguesques ce 1er mars, j'ai un peu étalé mes lectures et donc mes billets. Je viens de publier celui sur Dora Bruder, un récit que j'ai beaucoup aimé, et ce malgré le style de Modiano qui m'a parfois (souvent ?) agacée. Il m'en reste cependant de très belles impressions. Un ouvrage très réussi sur la mémoire et l'oubli.
http://itzamna-librairie.blogspot.fr/2015/03/dora-bruder-patrick-modiano.html

sylire 02/03/2015 22:10

Je file voir ton billet...

jerome 02/03/2015 13:18

Un Modiano que je n'ai pas lu mais je comprends ce que tu veux dire en parlant de roman d'atmosphère ;)

sylire 02/03/2015 21:47

A chaque fois que je lis le mot atmosphère, j'ai envie de dire "Atmosphère, atmosphère, est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère, moi".
Moi peut-être pas mais les romans de Modiano, oui !