Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Prochaines sessions :

1er juin : lecture commune de "Un jour" - David Nicholls

Pour contacter le blogoclub : lecturecommune@yahoo.f

Pour en savoir plus sur le blogoclub :

http://www.sylire.com/article-26682108.html

 

22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 23:35
Arléa - 267 pages - janvier 2015
Arléa - 267 pages - janvier 2015

"Quand je suis fatiguée d’ici, des gens et des choses d’ici, c’est là-bas que je retourne. À la maison. Cette maison qui n’existe pas, qui n’existe plus. C’est un jeu, délicieux et cruel, comme tous les véritables jeux. On peut le pratiquer partout, dans la foule du métro, ou prisonnier d’un long voyage en train, ou quand, au coeur de la nuit, on se réveille dans l’étonnement triste de sa vie. Alors, on s’en va, on retourne à la maison. La sienne. La maison secrète. Chacun en a une. Pour moi, c’est la maison-guerre".

Une femme vieillissante nommée Marie (même prénom que l'auteure) se souvient d'une année qui a été déterminante dans sa vie. Il s'agit de l'année 1943. Marie avait quatre ou cinq ans, son père était prisonnier en Allemagne quand sa mère a fait le choix de la confier pour quelques temps à des personnes de confiance, à la campagne. Des années après, le souvenir de cette année très particulière est intact. L'adulte qu'elle est devenue s'adresse à l'enfant qu'elle était, par le biais de la deuxième personne du singulier. Ce procédé n'est pas sans rappeler "la femme de l'allemand", autre roman de Marie Sizun qui explore également le monde de l'enfance et la relation fusionnelle entre une mère et son enfant.

Je connais Marie Sizun depuis ses débuts, je l'ai rencontrée à de nombreuses reprises. Je lis systématiquement ses romans quand ils paraissent, en croisant les doigts pour qu'ils me séduisent car je n'aime pas faire de la peine à un auteur que je le connais. Pour "La maison-guerre", aucun risque de décevoir l'auteur car j'ai beaucoup aimé ce roman. J'y ai retrouvé les qualités que j'avais tant appréciées dans "le père de la petite" et dans "la femme de l'allemand". Marie Sizun a le don de se mettre dans la peau des enfants pour retranscrire leur façon de vivre les événements, réussissant à faire abstraction de sa perception d'adulte. Dans la première partie de "la maison-guerre", nous sommes dans la tête et même dans le corps de cette petite fille, que l'intuition plus que les faits amène à la compréhension de ce qu'elle vit. Les non-dits, des regards gênés, les expressions de visage des adultes, rien n'échappe à cette petite fille vive et intelligente.

Marie Sizun m'a confié qu'elle s'était totalement immergée dans cette histoire au moment de l'écriture, au point d'avoir eu l'impression, une fois le livre fini, que cette histoire était la sienne. Ce n'est pas le cas, bien que certains éléments du roman proviennent de sa propre histoire. Il s'agit principalement de la maison, un personnage à part entière, sinon le personnage principal. Cette maison a donc existé. Marie Sizun y séjournait, régulièrement, étant enfant. Sa mère la confiait des membres de la famille, pour de courts séjours. Elle a donc fait revivre cette demeure et son jardin, en écrivant une histoire qui est en lien avec la shoah, thème qu'elle n'avait pas encore traité jusqu'ici et qu'elle souhait évoquer.

C'est le cœur serré que j'ai lu cette histoire très émouvante, ne faisant qu'une avec cette petite fille qui, l'espace de quelques mois, verra sa vie basculer. Rassurez-vous, ce livre n'est pas que triste, grâce à cette maison et grâce à la magie de l'enfance.

Un très beau "Marie Sizun".

Elles sont de mon avis : Mimi-Pinson - Titou - Malika

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marie Sizun 09/06/2015 18:10

Merci chere Sylire! Bravo à la chroniqueuse !

marie Sizun 09/06/2015 18:07

Merci chère Sylire ! Bravo à la chroniqueuse !

sylire 09/06/2015 18:29

Merci Marie !

somaja 28/05/2015 10:20

Encore une auteur que je n'ai jamais lue. Ce que tu dis de l'écriture et le l'émotion qui ressort de cette lecture me tente bien.

sylire 09/06/2015 18:29

@somaja : c'est une plume à découvrir.

jerome 27/05/2015 13:57

Comme Saxaoul, je ne connais pas Marie Sizun, mais je dois reconnaître que tu me donnes envie de la découvrir.

sylire 09/06/2015 18:27

@Jérôme : tu peux commencer par celui-ci ou par "la femme de l'allemand", qui a obtenu le prix des lectrices de Elle.

Alex-Mot-à-Mots 26/05/2015 16:15

Une auteure que j'apprécie.

sylire 09/06/2015 18:28

@alex : tout comme moi.