Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 23:39
Audiolib 2015 (Albin Michel) - lu par M. Spinhayer - 15 h 32
Audiolib 2015 (Albin Michel) - lu par M. Spinhayer - 15 h 32

.

Nous sommes en Mongolie, en compagnie d'un commissaire de police au nom imprononçable mais qu'à force d'entendre, j'ai fini par enregistrer. Il s'agit de Yeruldelgger, un homme meurtri, qui ne s'est pas remis de la mort de sa petite fille, assassinée parce qu'il ne voulait pas lâcher une enquête qui dérangeait en plus haut lieu. La découverte du corps d'une autre fillette ravive les plaies non refermées. C'est donc très motivé qu'il se lance à la recherche du coupable de ce terrible meurtre, tout en menant parallèlement une autre enquête (non moins atroce) suite à la découverte simultanée de trois chinois morts et émasculés, et de deux prostituées pendues.

Yeruldelgger est un homme intègre et entier. A ses côtés, oeuvent deux femmes policiers, courageuses et loyales. Les deux enquêtes sont longues et compliquées et Yeruldelgger n'est pas aidé par certains de ses collègues, qui jouent un drôle de jeu. Le commissaire finira toutefois par élucider ses deux enquêtes mais la fin ouverte laisse à penser que Monsieur Yeruldelgger n'a pas fini son travail.

S'il n'avait pas fait partie d'un prix, je n'aurai sans doute pas lu ce polar de plus de 600 pages pour la simple et bonne raison que je suis très difficile en matière de roman policier et que j'avais lu ici ou là que celui-ci comportait des scènes violentes. Si j'ai réussi à prendre sur moi, c'est grâce au contexte géo-politique et culturel du roman. Il est en effet largement question de la Mongolie, sous différentes facettes. Nous découvrons par exemple que dans la capitale, Oulan Batar, une frange de la population vit dans les égouts (comme à New York). De la Mongolie, j'avais en tête les grands espaces et les yourtes mais pas la misère des villes.

En ce qui concerne la version audio, après une période d'adaptation à l’intonation de l'auteur, je l'ai trouvée réussie. C'est un lecteur que je réécouterai avec plaisir.

Pour conclure, je dirai que j'ai apprécié mon écoute, mais pas au point d'avoir envie de me plonger dans la prochaine enquête du commissaire Yeruldelgger.

Les avis de : Sandrine - Saxaoul - Enna - Laure

Lu dans le cadre du Prix Audiolib 2015
Lu dans le cadre du Prix Audiolib 2015

.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Emma 30/05/2015 15:11

Je fais partie de ceux qui ont beaucoup aimé, par contre je pensais que tu n'aimerais pas du tout (entre le genre de celui-ci et la violence) et tu y as tout de même trouvé des éléments positifs :)

Valérie 28/05/2015 16:44

Je ne lirai pas la suite non plus.

somaja 28/05/2015 10:25

J'aime beaucoup les polars et de plus en plus ceux qui ancrent leur histoire dans un contexte social et politique particulier ou qui permettent de découvrir des pays. Celui-ci a le mérite apparemment de faire voyager en Mongolie. Pour les scènes gores, je n'ai rien contre si elles apportent un plus à l'histoire et si elles ne sont pas juste là pour attirer un certain lectorat. Je note quand même ce policier au nom étrange.

gambadou 27/05/2015 21:08

moi qui ai du mal avec les policiers et encore plus avec les scènes de violence, je ne suis pas prête à me lancer dans 600 pages !

sylire 27/05/2015 21:39

J'avoue que je n'aurais pas tenté cette aventure sans le prix.

cathe 27/05/2015 17:31

Je vois que tu as quand même bien aimé ce polar un peu violent ;-) Très franchement le deuxième m'a un peu déçue... (voir mon billet)

sylire 27/05/2015 18:09

@ cathe : oui, le contexte geo-politique et culturel m'a permis de prendre sur moi pour les scènes violentes. J'ai lu ton billet sur la suite.