Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Prochaines sessions :

1er juin : lecture commune de "Un jour" - David Nicholls

Pour contacter le blogoclub : lecturecommune@yahoo.f

Pour en savoir plus sur le blogoclub :

http://www.sylire.com/article-26682108.html

 

20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 07:49
Viviane Hamy - Parution : 07/05/2015 - ISBN : 9782878586138 - 88 pages
Viviane Hamy - Parution : 07/05/2015 - ISBN : 9782878586138 - 88 pages

Voici un billet rédigé par Valérie, blogueuse itinérante, que je reçois aujourd'hui avec grand plaisir.

Bien sûr, j’ai essayé. Tenté d’être ce que je ne pouvais. Arabe ? J’aurais fait un excellent arabe si seulement j’avais pu croire en mon miroir.

Karim Miské est l’auteur d’Arab Jazz, paru chez Viviane Hamy. Il nous raconte ici son enfance en la reliant sans cesse à cette idée d’appartenance. Appartenance au monde arabe ou occidental bien sûr, à cause de son métissage. Il décrit cette envie d’appartenir à l’autre culture, celle qui lui est la plus lointaine et donc la plus exotique puisqu’il vivait en France mais aussi l’impossibilité que ce soit totalement le cas puisqu’une partie de lui était profondément française. Il décrit ce grand-père qui, tout en l’aimant, ne lui a jamais tout à fait pardonné d’être l’enfant de l’étranger. Mais ce qu’il décrit aussi, c’est le moment où il a vécu avec sa mère en Albanie, où il a vraiment cru dur comme fer aux préceptes communistes, ne manquant pas de reprendre un soldat qui fumait des cigarettes américaines. Ce besoin de croire en un idéal plus grand que les hommes fut le sien et surtout celui de sa mère. On ne peut pas dire qu’on ait beaucoup écrit sur l’Albanie, pays dans lequel j’ai passé une journée il y a quelques années, ce qui inquiétait mes proches. Pour finir, Karim Miské s’interroge aussi sur l’appartenance au monde féminin ou masculin lorsqu’on est écolier, toutes ces questions, à la fois si différentes et si fondamentalement liées dans la construction de notre identité.

Ce livre touche, il exprime le refus de choisir, la liberté d’être tout, ce qui pour les autres, revient parfois à n’être rien. 

N’appartenir - Karim Miské (avis de Valérie)

.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sylire 20/06/2015 09:34

C'est marrant car j'ai aussi passé une journée en Albanie (pas tout à fait toute seule car j'étais dans un groupe), lors de mon séjour au Monténégro il y a quelques années. Mon mari et ma fille n'étaient pas tentés par la visite.
Ce livre a l'air intéressant et original. Viviane Hamy et une bonne maison d’édition que je devrais explorer davantage.

Valérie 20/06/2015 10:12

Je ne vais pas pouvoir te contredire, c'est effectivement une maison d'édition qui possède des pépites.