Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 23:04
Denoel 2015 105 pages - traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Lili Sztajn
Denoel 2015 105 pages - traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Lili Sztajn

En exergue, cette dédicace, qui donne bien le ton : "ce livre est dédié aux femmes de partout, que leur vagins soient honorés, chéris et libres".

Eve Ensler a interrogé de nombreuses femmes sur le rapport qu'elles entretiennent avec leur vagin. Elle restitue le résultat de son enquête en choisissant la forme théâtrale. Je n'ai pas eu l'occasion de voir cette pièce mais d'avoir pu lire le texte est une consolation. Ne sachant pas à quoi m'attendre au niveau de la forme, j'avais un peur d'être déçue, je n'aime pas lire du théâtre. J'avais tort d'être inquiète, la lecture est fluide et ne pose aucun problème. Entre les monologues, l'auteure glisse des données techniques sur le sujet, aucunement ennuyeuses (statistiques, historiques...).

Attendez-vous à être bousculée car tout est dit et sans détour. Le vagin est exploré en long et large et en travers. Le ton est parfois léger mais pas toujours. Le viol fait hélas partie des expériences relatées par les femmes. Certains passages prennent l’allure d'inventaires à la Prévert quand les femmes répondent à des questions comme celle-ci : "si votre vagin pouvait parler, que dirait-il, en deux mots ?" ou encore : "un vagin ça sent quoi ?". Eve Ensler nous parle aussi d'un atelier du vagin, ou l'on apprend, avec un miroir de poche à connaître "l'endroit" en question.

Notre culture d'origine influe bien-entendu sur notre façon d'appréhender les choses mais évoquer cette partie du corps reste encore tabou pour la plupart d'entre nous. Si nous parvenons à échanger un peu avec les copines sur le sujet, osons-nous le faire avec nos filles ?

C'était osé et courageux se lancer dans ce projet d'écriture, le succès de la pièce démontre que le pari est réussi.

Les avis de Violette et Antigone

Lu dans le cadre d'un partenariat avec Les Éditions Denoël, que je remercie.

Partager cet article
Repost0

commentaires

W
Improve mood 6.
Répondre
A
Je crois que je suis assez mûre maintenant pour le lire.
Répondre
S
@Alex : je le pense aussi ;-)
G
J'ai beaucoup entendu parler de la pièce, mais je n'aurais pas eu l'idée de lire le texte. Tu m'intrigues et me donnes envie de le lire ...
Répondre
S
@Gambadou : je n'en aurais pas eu l'idée non plus car je ne savais pas que le texte avait été édité. Mais quand j'ai découvert ce titre, j'ai eu envie de tenter l'aventujre et j'ai bien fait.
A
Un livre qui a le mérite d'exister... et une pièce qui a fait avancer sur le sujet, mais j'ai été presque déçue par rapport à ce que j'en attendais, je me souviens. Cela dit, il faut continuer à briser des tabous, pour le bien des femmes, c'est important.
Répondre
S
@Antigone : contrairement à toi je n'ai pas été déçue, au contraire car j'avais peur que ce soit imbuvable en version livre. Mais pas du tout.
Quant au contenu, je trouve qu'il fait bien le tour de la question.
C
Je l'ai lu il y a bien longtemps, et j'avais trouvé certains passages un peu survolés. Mais il est à lire !
Répondre
S
@Clara : il y a sans doute plus à dire sur le sujet mais au moins son nombre de pages ne décourage pas.