Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Prochaines sessions :

1er juin : lecture commune de "Un jour" - David Nicholls

Pour contacter le blogoclub : lecturecommune@yahoo.f

Pour en savoir plus sur le blogoclub :

http://www.sylire.com/article-26682108.html

 

30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 23:14
Albin Michel 2015 - 300 pages - traduit de l'anglais (Irlande) par Marina Boraso
Albin Michel 2015 - 300 pages - traduit de l'anglais (Irlande) par Marina Boraso

Barnabas se demande ce qui se passe quand il entend enfin son cri, deux mots qui le heurtent comme un caillou que l’on jette. Il faut qu’il les répète deux fois dans sa tête avant que son regard se porte au-dessus des arbres et découvre le noir du tourbillon, un ondoiement de fumée qui semble s’incliner pour le saluer. Au feu.

Après avoir passé plusieurs années à New York, Barnabas Kane, d'origine irlandaise, rentre au pays avec sa femme et son petit garçon, pour y tenir une ferme. Quelques temps plus tard, un drame vient mettre en péril l'équilibre trouvé par la famille. Un incendie (criminel ?) dévaste leur écurie. Toutes les vaches périssent et l'ouvrier agricole meurt brûlé vif à l'intérieur. Barnabas traverse une longue période d'apathie. Sa femme le tient à bout de bras.Quand enfin il retrouve de l'énergie, c'est pour se lancer dans un projet fou : reconstruire son écurie, alors qu'il n'a pas un sou devant lui. Sa ferme n'était pas assurée. Son projet est voué à l'échec mais il refuse de l'admettre.

Paul Lynch raconte l'inexorable descente aux enfers de la famille, liée à l'entêtement de Barnabas. Nous attendons le déclic lui donnera un peu de lucidité mais rien n'y fait. La fin est à à la fois belle et terriblement triste. Belle car sublimée par l'écriture de Paul Lynch et triste car Barnabas va hélas, jusqu'au au bout de sa folie.

Amoureux des paysages irlandais, ce livre est pour vous car si l'histoire a son importance, son cadre en a tout autant. Utilisant une langue riche et travaillée, Paul Lynch s'attache à décrire une Irlande verdoyante, au climat capricieux et aux habitants (trop) bien ancrés dans leurs traditions. J'ai mis un peu de temps à apprivoiser le style empreint de lyrisme de Paul Lynch mais la beauté de l'écriture a fini par m'emporter. Bravo à la traductrice également.

Une plume à découvrir.

Pour Laure, c'est un coup de coeur. Pour Cryssilda également

Gambadou a un avis très proche du mien.

3/6 challenge rentrée 2015
3/6 challenge rentrée 2015

Lu dans le cadre d'un partenariat avec Albin Michel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jerome 19/10/2015 15:22

Hello ! Je dois avouer que j’ai eu du mal à terminer ce livre, car j’ai vécu un drame familial presque similaire. Néanmoins, je recommande cet ouvrage.

Gwenaelle 05/10/2015 16:02

Ça a l'air beau, mais aussi très triste... du genre à déclencher un spleen à l'irlandaise? En tout cas, je le note!

sylire 09/10/2015 21:09

@Gwen : pas vraiment le spleen en fait mais l'entêtement de cet homme est assez hallucinant.

Alex-Mot-à-Mots 05/10/2015 15:00

Une lecture pour laquelle il faut se laisser emporter.

Laure 04/10/2015 21:53

Je suis contente que la beauté de son écriture ait pris le dessus :-)

sylire 09/10/2015 21:08

@Laure : nos avis sont très proches...

Fleur 03/10/2015 12:09

Comme toi, j'ai été séduite par cette langue si riche et poétique. J'ai adoré la façon dont Paul Lynch décrivait un silence ou un regard. On en parle dans l'émission d'octobre des Bibliomaniacs

sylire 04/10/2015 09:21

@Fleur : je vais écouter l'émission la semaine prochaine et je m'en réjouis car je suis une de vos fidèles auditrices !