Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Prochaines sessions :

1er juin : lecture commune de "Un jour" - David Nicholls

Pour contacter le blogoclub : lecturecommune@yahoo.f

Pour en savoir plus sur le blogoclub :

http://www.sylire.com/article-26682108.html

 

25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 00:01
janvier 2016 - 262 pages
janvier 2016 - 262 pages

Une bombe est tombée sur une ferme, nous sommes en guerre. Les seuls rescapés sont une jeune femme et un porcelet. La femme a perdu son enfant, le porcelet a vu mourir sa mère. Les deux êtres vont faire un bout de chemin côte à côte, la femme nourrit le jeune animal. Puis ce sera une daine qui prendra soin de lui. La chance lui sourit, il aurait dû mourir dix fois mais il s'en est toujours sorti. La rencontre avec un jeune adolescent blessé va être de nouveau une belle opportunité puisqu'il va naître une seconde fois, enfin, d'une certaine façon.... Ce résumé de la première partie doit vous paraître un peu étrange mais vous l'aurez compris nous sommes dans le registre du conte, donc tout est possible. Je dois dire que cette partie, originale et prenante est ma préférée.

Dans la seconde partie, en lien avec la première, nous faisons la connaissance de Babel, un jeune garçon sauvage et peu civilisé, qui a perdu la mémoire. Par chance, il a été recueilli par une femme qui l'a pris sous son aile. Nul ne sait d'où il vient. Peu à peu, grâce aux rencontres qu'il fait, Babel se civilise, tout en gardant la fraîcheur de celui qui a découvert le monde sur le tard et continue à s'en émerveiller. Il représente la bonté et la joie de vivre quand tout autour de lui respire la cruauté et la haine.

Sylvie Germain nous présente un monde violent, irrespectueux des animaux et de la nature. Un pays imaginaire, qui fait miroir au nôtre et dans lequel les hommes s’entre-tuent et se font du mal. J'ai trouvé le propos (hélàs) juste mais je dois dire que j'ai regretté, par moments, que le discours philosophique éclipse un peu trop l'histoire. En dehors de Babel (qui devient Abel), je suis restée à distance des personnages.

Ce n'est pas le livre de Sylvie Germain que je préfère, mais c'est une lecture intéressante et d'actualité.

L'avis de Jostein

Lu dans le cadre d'un partenariat avec Albin Michel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Géraldine 02/02/2016 19:21

Dire que je n'ai toujours rien lu de cette auteure, et pourtant, ce n'est pas faute de la voir sur la blogo.
Malgré tes quelques bémols, ce titre me tente bien, de par son sujet qui m'est de plus en plus cher.

Emma 28/01/2016 16:22

Je n'ai encore jamais lu Sylvie Germain mais si je me lance un jour, je ne pense pas commencer par celui-ci.

gambadou 26/01/2016 21:27

J'aime bien cette auteure, mais effectivement celui-là à l'air très spécial !

sylire 27/01/2016 07:11

@Gambadou : il y a toujours un côté étrange dans les romans de Sylvie Germain et dans celui-ci il faut reconnaître qu'elle s'est lâchée de ce côté-là.

jerome 26/01/2016 12:26

Jamais lu Sylvie Germain. Comme tant d'autres finalement ;)

sylire 27/01/2016 07:09

@Jérôme : c'est ce que je découvre, oui. Si tu veux tenter, je te conseille "Magnus" qui a obtenu le Prix Goncourt des Lycéens en 2005.

zazy 25/01/2016 18:01

J'ai entendu, sur France Inter, de bons commentaires, alors je l'ai retenu

sylire 26/01/2016 07:14

@Zazy : les commentaires de la presse sont très bons. Je suis impatiente de lire ceux des blogueurs. Il n'y en a pas beaucoup pour encore.