Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 00:43
Traduit de l'américain par Isabelle Stoianov - lu par Cachou Kirsch - 11 h 35
Traduit de l'américain par Isabelle Stoianov - lu par Cachou Kirsch - 11 h 35

D'après une enquête réalisée aux Etats-Unis en 1990 sur les livres qui ont changé la vie de leurs lecteurs, "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" arriverait en seconde position après la bible. Il a été publié en 1960 au cœur de la lutte pour les droits civiques des noirs américains.

Scout nous raconte trois années de son enfance dans une petite ville d'Alabama, au sud des Etats-Unis. A l'époque du récit, elle vit avec son père, Atticus Finch, et son frère Jem, un peu plus âgé qu'elle. Leur mère est décédée. Atticus, homme intègre et d'une grande tolérance, tente d'enseigner à ses enfants les valeurs auxquelles il croit, dans une ville où les habitants sont bourrés de préjugés. L'exercice de son métier l'amène à être nommé commis d'office pour défendre un noir accusé d'avoir violé une blanche. Les mentalités et le racisme sont tels dans la ville, que Scout et son frère sont montrés du doigt dans tout le village comme étant les enfants de « l'ami des nègres ».

Dans la première partie, l'histoire se met en place. Le temps s'écoule doucement, peut-être un peu trop pour les lecteurs. Cela dit, le récit de la jeune Scout ne manque pas de piment et nous fait passer le temps très agréablement. La deuxième partie, plus dynamique, est consacrée principalement à la période du procès. Nous vivons au rythme de l’événement qui déchaîne les passions dans la ville de Maycomb. Atticus Finch n'exclue pas ses enfants du procès, ce serait de toute façon impossible vu son retentissement dans la ville. Propulsés prématurément dans le monde des adultes, la vie des enfants bascule.

Ce livre est pour moi une relecture. Je me souvenais bien des deux premières parties mais j'avais plus ou moins oublié le dénouement, qui relie adroitement les deux parties. Les enfants reçoivent une ultime leçon de tolérance et d'humilité.

Le contexte culturel et historique de cette histoire est passionnant mais ce qui a surtout retenu mon attention à la relecture, c'est l'éducation des enfants. Quel père merveilleux, cet Atticus Finch et quel homme exemplaire.

La version audio est réussie. Cachou Kirsch (dont j'avais apprécié la lecture du "goût des pépins de pommes") a un timbre de voix qui colle bien avec la jeunesse de la narratrice. Elle utilise l'accent des noirs américains quand ces derniers s'expriment, rendant plus vivant encore le récit.

Une belle interprétation audio du roman culte d'Harper Lee.

Une lecture commune avec Enna (Je crois qu'elle a aimé...)

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur - Harper Lee (audio)

Lu dans le cadre du Prix Audiolib 2016

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jackie Brown 18/03/2016 15:39

"Elle utilise l'accent des noirs américains quand ces derniers s'expriment". Je me demande à quoi ça peut ressembler puisque la lecture est en français.

Violette 18/03/2016 09:29

hum, toujours pas lu le livre! et j'ai écouté Va et poste une sentinelle (peu convaincue!), je vais donc d'abord LIRE ce roman avant de l'écouter...

gambadou 17/03/2016 21:51

J'ai beaucoup aimé ce livre, mais c'est vrai qu'il nécessiterait peut-être une relecture !

Antigone 17/03/2016 20:48

Un roman à découvrir encore pour moi. Sinon, nous avons parlé des livres audios, j'y arriverai... un jour peut-être ?

sylire 17/03/2016 21:01

@Antigone : il faut avoir des moments de solitude pour lire audio. Je ne l'aurais pas fait quand mes enfants étaient plus jeunes.

Valérie 16/03/2016 20:55

Je crois que je fais partie des très rares à ne pas comprendre le succès de ce roman.

sylire 17/03/2016 21:00

@Valérie : effectivement, c'est rare. Pour l'apprécier à sa juste valeur, il faut le remettre dans ce contexte, me semble-t'il.