Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 06:19
Actes Sud 2016 - 432 pages - traduit de l'anglais (Australie) par : France CAMUS-PICHON
Actes Sud 2016 - 432 pages - traduit de l'anglais (Australie) par : France CAMUS-PICHON

En se fiant à la couverture de ce livre, on pourrait imaginer une tout autre histoire que celle que nous propose Richard Flanagan. Certes, une très belle femme joue un rôle important dans l’existence du personnage central mais ce n'est pas pas sur leur histoire d'amour qu'est centré le roman.

Au début du livre, nous faisons la connaissance de Dorrigan Evans, jeune médecin militaire plein d'avenir. Dorrigan fréquente une jeune fille de bonne éducation mais n'est pas réellement amoureux. Avant d'être fait prisonnier par les japonais, le jeune médecin s'éprend de la jeune épouse de son oncle, la sublime Amy. Il a désormais deux femmes dans sa vie (il épousera l'une d'entre elles après la guerre, je ne vous dirai pas laquelle).

Changement d'ambiance, nous retrouvons Dorrigan dans l'enfer d'un camp de prisonniers australiens. Les hommes dont il a la charge sont traités comme des esclaves pour ne pas dire des bêtes de somme. Dorrigan se montre juste et généreux. Il tente au mieux de préserver la santé et la dignité des soldats, ce qui se révèle de plus en plus compliqué. Les japonais sont composés d'une minorité de sadiques et d'une majorité de "suiveurs" qui obéissent aux ordres de l'empereur avec dévouement et fidélité. Ils estiment de pas avoir la possibilité d'agir autrement puisque l'ordre leur a été donné de construire une ligne de chemin de fer, coûte que coûte. L'absurdité de ce camp est révoltant, les conditions de vie des soldats inimaginables.

"Des rangées de prisonniers gisaient tels des insectes mourants tombés d’un étrange essaim, non pas alignés mais dans un curieux désordre, autant de cigales dont le thorax se soulevait à intervalles réguliers sur les lattes de bambou, avec leurs énormes yeux vides et sans éclats, et pour tout signe extérieur de vie cette cage thoracique décharnée qui se soulevait et retombait".

Le style de Flanagan est flamboyant. Certaines scènes sont insoutenables et pourtant, grâce à l'écriture, d'une incroyable beauté. L'histoire se met en place assez lentement mais, une fois les cinquante premières pages passées, on ne peut plus lâcher le roman. Avec intelligence et sans manichéisme, Richard Flanagan nous raconte la vie d'un homme, confronté au meilleur et au pire de l'être humain. Nous le découvrons dans tous les aspects de sa vie, publique et privée.

Pour écrire cette histoire (qui l'a occupé dix ans de sa vie), l'auteur s'est inspiré de la vie de son père, qui a travaillé dans ce camp de prisonnier.

Je conclurai par ce passage qui résume ce que je retiendrai de ce roman :

"Le monde ne changeait pas, la violence avait toujours existé et ne serait jamais éradiquée, les hommes mourraient sous la botte, victimes de la poigne et des atrocités d'autres hommes jusqu'à la fin des temps, et toute l'histoire humaine était celle de la violence".

L'avis de Leiloona - Culturelle

La route étroite vers le nord lointain - Richard Flanagan

Lu dans le cadre du Prix Relay Des voyageurs

Le site Facebook : https://www.facebook.com/prixrelay

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Une ribambelle 26/04/2016 21:30

Effectivement la couverture nous entraîne vers une autre atmosphère.
Ce roman n'est-il pas trop sombre ?

sylire 26/04/2016 22:34

@Une ribambelle : la partie centrale du livre est très sombre mais tout le roman n'est pas ainsi. Je ne te cacherai pas toutefois que ce qu'on retient de ce livre n'est pas le plus léger.

Valérie 08/04/2016 14:47

C'est vraie que la couverture est trompeuse. Je n'ai pas réussi à le finir.

sylire 21/04/2016 13:49

Tu t'es arrêtée à quel niveau Valérie ?

zazy 07/04/2016 22:12

Livre apprécié que j'ai noté

Leiloona 07/04/2016 15:17

Une écriture flamboyante, oui, c'est bien ça ! ♥

Kathel 07/04/2016 08:08

Tout comme Alex, il m'est tombé très vite des mains... le style est tout de même particulier au début, non ? En plus, les atrocités que je pressentais à venir m'ont arrêtée...

sylire 07/04/2016 13:43

@Kathel : j'ai eu un peu de mal au début moi aussi. Quant aux atrocités, il faut s'accrocher parfois, oui. Mais hélas, ce livre est très réaliste. Mon enthousiasme à été crescendo au fil de la lecture.