Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 23:43
2016 -279 pages
2016 -279 pages

Quand j'ai su que Pierre Lemaitre avait publié un nouveau roman, j'ai imaginé dans un premier temps qu'il pouvait s'agir de la suite de "Au revoir là-haut", que j'attends avec impatience. J'ai bien vite compris que je faisais fausse route mais j'ai tout de même souhaité découvrir "Trois jours et une vie", sans mettre la barre trop haut pour ne pas être déçue.

Dès le premier chapitre, j'ai savouré le bonheur de retrouver l'écriture de Pierre Lemaitre. Le romancier nous plonge cette fois dans un petit village de province entouré de forêts, où tout le monde se connait. Dans les quartiers, on surveille autant les enfants des autres que les siens. Aussi, quand le petit Rémi, six ans, disparaît une heure ou deux, ce n'est pas la panique. Ses parents imaginent qu'il joue avec un camarade un peu plus âgé, comme Antoine, le plus proche voisin. Mais Antoine, comme les autres, rentre seul à la maison et prétend ne pas avoir vu l'enfant. En tant que lecteur, nous savons qu'Antoine était dans la forêt avec Rémi et qu'il a une bonne raison de mentir. En effet, il a tué le garçonnet, pas tout à fait par accident...

Cette scène se produit dès le début du roman. La question de "qui est le meurtrier ? " ne se pose donc pas. Pourtant, l'auteur parvient à nous garder sous pression jusqu'au bout, aidé par un événement imprévisible qui va ralentir l'enquête...

Ce qui fait l'intérêt de ce roman, outre le suspens qui nous tient en haleine, c'est qu'il nous place dans la peau d'un jeune meurtrier rongé par la culpabilité, qui attend dans l'angoisse que les policiers trouvent l'indice qui le démasquera... ou pas. J'ai bien aimé également l'étude des mœurs assez féroce de ce village de province.

"Trois jour et une vie" n'est pas comparable avec le chef-d'oeuvre qui a obtenu le Prix Goncourt mais c'est un roman qui vaut largement la peine d'être lu. Je le conseille !

Les avis divergents de : Clara - Noukette - Jérôme - Sandrine

Je remercie les Editions Albin Michel pour l'envoi de ce livre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dasola 23/04/2016 08:22

Bonjour Sylire, moi aussi je conseille ce roman même si ce n'est pas un coup de coeur en ce qui me concerne. La conclusion, un peu abrupte confirme que les adultes sont plus coupables que l'enfant. Je n'arrive pas à trouver Antoine antipathique et pourtant... Bonne journée.

sylire 24/04/2016 09:03

@Dasola : moi non plus je ne trouve pas Antoine antipathique. Si on enlève ce qui s'est passé (et il était bien jeune) il est même très attachant.

Alex-Mot-à-Mots 22/04/2016 11:49

Une lecture sympathique, mais un peu au-dessous de ce à quoi l'auteur nous avait habitué.

sylire 24/04/2016 09:08

@Alex : je dirais plutôt : différent...

antigone 21/04/2016 20:26

J'ai vu un autre avis positif hier... toi aussi tu as aimé donc après tous ces avis mitigés, tant mieux il me ferait presque envie !! ;)

sylire 21/04/2016 21:40

@Antigone : il y a eu une vague d'avis mitigés et voilà que les avis positifs sortent, oui.

Géraldine 21/04/2016 19:11

Comme je n'ai pas encore lu le fameux chef d'oeuvre su-cité, je pourrais lire celui ci qui ne devrait pas me décevoir. Le sujet, en fait, me tente plus que celui d'au revoir là-haut !

sylire 21/04/2016 21:38

@Géraldine : alors vas-y ! Je ne pense pas que tu seras déçue.

Gwenaelle 21/04/2016 09:36

Bon, là je fais ma mijaurée, parce que l'histoire ne me tente pas du tout...

sylire 21/04/2016 13:45

@Gwenaëlle : à vrai dire, c'est le nom de l'auteur plus que la quatrième de couverture qui m'a donné envie de me plonger dans cette histoire. Je ne le regrette pas.