Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Prochaines sessions :

1er juin : lecture commune de "Un jour" - David Nicholls

Pour contacter le blogoclub : lecturecommune@yahoo.f

Pour en savoir plus sur le blogoclub :

http://www.sylire.com/article-26682108.html

 

1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 06:00

Editions POL février 2016 - 546 pages

Depuis "Un roman russe" (ma première rencontre avec l'auteur), je lis systématiquement les ouvrages publiés par Emmanuel Carrère. Je suis fascinée par la plume de l'écrivain-journaliste, autant que par les thèmes qu'il évoque. Je me suis régalée à la lecture de "Il est avantageux d'avoir où aller", dans lequel il nous fait partager ses thèmes de prédilection.

Il ne s'agit pas d'un roman (l'auteur a abandonné ce genre littéraire) mais d'un recueil d'articles de journaux parus entre 1990 et 2015. Ces articles se suivent mais ne se ressemblent pas. Le contraste est d'ailleurs parfois saisissant.  Un exemple : neuf chroniques érotiques pour un magasine italien sont suivies d'un article sur la mort d'enfants au Skri Lanka, lors du Tsunami de 2004. Tout un registre d'émotions nous traverse lors de la lecture de ce recueil. J'ai préféré étaler la lecture sur un mois, un lisant au maximum trois articles chaque jour.

Plusieurs billets sont en lien avec la Russie post-communiste. Il faut savoir que l'auteur a des racines russes et que sa mère, historienne, est une éminente spécialiste de l'URSS. Parmi  les articles "russes" on trouve un billet sur Limonov, personnage emblématique auquel l'auteur a consacré un roman. J'ai bien aimé également la note d'intention d'un projet de film russe, qui n'est pas allé jusqu'au bout, mais dont l'idée était intéressante. Dans le registre russe, il est également question d'un ancien prisonnier roumain de la seconde guerre mondiale qu'on a retrouvé dans un hospice russe, 50 ans après la fin de la guerre.

L'article qui m'a le plus marqué est celui consacré aux relations entre une photographe professionnelle et une jeune "paumée". La photographe a suivi la jeune femme dénommée Julie,  pendant de nombreuses années. Elle réalisait des clichés de Julie, qu'elle exposait. Emmanuel Carrère raconte la triste vie de la jeune femme et sa déchéance progressive. La photographe lui vient parfois en aide mais leur relation reste professionnelle. L'auteur fait ressortir ce que cette relation a de dérangeant. Il nous fait réfléchir à la question suivante : faut-il photographier la misère ?

Dans plusieurs articles, l'auteur évoque ses livres de chevets ou les auteurs qu'il admire. Parmi ces billets, j'ai adoré celui consacré à "L'homme Dé". Emmanuel Carrère a mené une enquête sur l'auteur de ce livre culte, enquête qui l'a conduit jusqu'au Etats-Unis. 

Vers la fin du roman, dans un article intitulé "Ressemblance" l'auteur nous éclaire sur son choix d'être "présent" dans ses récits. Partant du principe qu'il est impossible pour un auteur de non-fiction de de faire preuve d'une totale neutralité,  il trouve plus honnête de faire entendre sa voix et de livrer le "making off" du récit. Personnellement, j'apprécie cette démarche chez Emmanuel Carrère. Il parvient à créer avec le lecteur une sorte d'intimité très singulière. 

Je ne vais pas vous résumer chacun des articles de ce livre, il y en a 33...

Je suis triste d'avoir fini ce recueil mais impatiente de découvrir le prochain livre d'Emmanuel Carrère (dans quelle aventure va t'il nous embarquer ?)

Lu dans le cadre du blogoclub consacré à Emmanuel Carrère

Les billets des autres blogoparticipants :

D'autres vies que la mienne - Gambadou

La classe de neige  - Amandine

Limonov : Florence

Un roman russe : Praline

Ce livre est dans ma PAL depuis juin 2016, ce qui me pemet de participer au challenge d'Antigone.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Géraldine 27/03/2017 23:30

J'ai 3 romans de Carrère dans ma PAL, aussi, je viendrai vers ses nouveautés quand j'aurais achevé ces 3 romans. Donc impossible de dire quand !!!

sylire 29/03/2017 15:28

Si tu en as trois dans ta Pal, tu fais bien d'attendre !

Antigone 07/03/2017 19:45

Ce doit être vraiment intéressant à lire, effectivement, et en même temps assez décalé... ;) Je me rends compte que je n'ai jamais rien lu de lui encore, pfiou toutes ces lacunes !!

sylire 29/03/2017 15:14

@antigone : c'est un auteur qui ne plaît pas à tout le monde. Mais quand on accroche, on devient inconditionnel.

krol 05/03/2017 18:32

C'est vrai qu'Emmanuel Carrère écrit des choses très diverses. J'aime son écriture.

sylire 05/03/2017 22:50

@Krol : il ne plait pas à tout le monde, ce que je peux comprendre. Mais le contenu de ses écrits et riche et varié, c'est incontestable.

Lou 05/03/2017 08:16

Merci pour ce billet, voilà un auteur que je croise depuis longtemps et dont j'ai même deux livres dans ma PAL. Il serait temps de découvrir "Bravoure", si je ne me trompe pas de titre (roman très anglais).

sylire 05/03/2017 18:18

J'y

sylire 05/03/2017 18:18

@Lou : "Bravoure" est un de ses romans (que je n'ai pas lus, mais n'y compte bien).

Valérie 02/03/2017 21:13

Je pense que je finirai par le lire. Il n'écrira vraiment plus de roman, c'est super triste pour le lecteur!

sylire 02/03/2017 21:28

@Valérie : je pense qu'il pourrait te plaire.
C'est triste qu'il n'écrive plus de roman mais ses livres se lisent comme des romans, donc il y a moindre mal.