Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 21:39

Audiolib 2016 (grasset) - 5 h 40

C'est la deuxième fois que j'évoque "Petit pays" sur ce blog. 

Voici mon billet sur la version papier :

Gabriel est un jeune garçon d'une dizaine d'années qui coulait une enfance heureuse au Burundi avant que la situation politique de son pays ne se dégrade. Nous sommes dans les années 90. Né d'un père français et d'une mère d'origine rwandaise, Gabriel habite dans l'impasse d'un quartier résidentiel. Avec ses copains, il joue dans l'impasse quand il ne vole pas des mangues dans les jardins des voisins. La vie est douce pour le petit métis. Quand ses parents se séparent, c'est un premier choc mais le grand choc de son enfance sera la guerre civile au Rwanda puis au Burundi. Il apprendra alors qu'il est tutsi. Jusque-là, il ne connaissait même pas ce mot.
Ce roman, écrit dans une langue chaude et colorée, ma enchantée. La description des paysages, des odeurs, des couleurs de l'Afrique est particulièrement réussie. Avec une plume truculente et rythmée, Gael Faye nous raconte ses aventures de petit métis. On peut faire le rapprochement avec Le petit Nicolas mais également avec l'enfance de Dany Laferrière. J'ai plusieurs fois éclaté de rire (une histoire rocambolesque de vélo volé est à mourir de rire). J'ai bien aimé, également, le rapport aux livres du jeune garçon. Quand ses parents se se séparent et que la vie a perd de sa saveur, il se console dans la lecture d'ouvrages que lui prête une de ses voisines. 
La dernière partie du roman est une véritable douche froide. Le contraste entre l'innocence de l'enfance et l'horreur de la guerre civile est saisissant. L'enfant est confronté brutalement à une extrême violence. Gabriel avait bien remarqué que son petit monde était en pleine évolution mais comment aurait-il pu imaginer que ce havre de paix deviendrait un enfer et que ses jeunes amis se transformeraient en meurtriers ? Toute l'absurdité des guerre ethniques nous apparaît au travers des yeux de cet enfant.

Un premier roman particulièrement réussi.

Et maintenant, voici mon ressenti sur la version audio : 

Selon moi, la version audio n'est pas à la hauteur du roman papier. C'est l'auteur lui-même qui lit son texte, ce qui est rarement une bonne idée. Comme c'est un rappeur, on aurait pu imaginer qu'il donne à son texte une totalité originale et particulière. Hélas, J'ai trouvé son interprétation assez plate et décevante. Pour tout vous dire, j'ai abandonné mon écoute au tiers pour ne pas gâcher la bonne impression que m'avait fait le texte en version papier.

Dommage pour la version audio mais je confirme que c'est un très bon roman !

Lu dans le cadre du Prix Audiolib 2017

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laure 15/04/2017 17:07

Entièrement d'accord ! Je n'ai pas terminé non plus, quelle déception ...

sylire 15/04/2017 18:26

@Laure : oui, c'est décevant et en même temps, c'est toujours risqué de faire lire un texte pour son auteur.

Estellecalim 05/04/2017 18:50

Alors là, je suis entièrement d'accord avec toi !! Mon billet arrive demain et est plus bavard que le tien, mais je dis la même chose. Et comme je me suis arrêtée au premier tiers sans avoir envie d'y retourner, je crois que je vais faire comme toi et ne pas le finir pour ne pas gâcher ;)

sylire 15/04/2017 18:24

Estelle : visiblement, la plupart de ceux qui l'avaient lu papier sont déçus.

enna 03/04/2017 09:17

je n'avais pas lu la version papier avant alors je n'avais pas de point de comparaison et j'ai beaucoup aimé la version audio. ça joue peut-être, tu es peut-être déçue par rapport à la lecture que t'en étais faite?

sylire 15/04/2017 18:23

@Enna : oui, j'imaginais une lecture à la "Alain Mabanckou".

Violette 02/04/2017 21:10

oh zut, c'est fou ça ! A ne garder qu'"en papier" alors ;)

Alex-Mot-à-Mots 31/03/2017 13:40

J'imagine ta déception, et comprends ton abandon.

sylire 01/04/2017 21:53

@Alex : tout le monde ne partage pas mon avis sur cette version audio. Je suis contente pour l'auteur.