Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 00:02

Héloïse D'Ormesson - août 2017 - 543 pages

Gaelle Nohant nous offre une biographie romancée mais très documentée du poète Robert Desnos. Comme beaucoup d'entre vous je suppose, j'associais jusqu'ici Robert Desnos à la poésie enfantine. Je me souviens notamment du poème qui commence par «Une fourmi de dix-huit mètres, avec un chapeau sur la tête/ Ça n’existe pas/ Ça n’existe pas.» appris à l'école par mes enfants (ou par moi-même, ou peut-être les deux ?). Ce que je ne savais pas, en revanche, c'est que la poésie enfantine de Desnos avais un sens caché que nous découvrons dans cette biographie, parmi tant d'autres informations sur l'auteur (qui n'a pas écrit que pour les enfants, loin s'en faut).

La première partie, la plus ardue, replace Desnos dans la vie intellectuelle d'avant-guerre. Le poète faisait partie du clan des surréalistes dirigé (de façon autoritaire) par André Breton. Desnos prendra vite ses distances avec ce groupe en raison de sa proximité avec le parti communiste, que Desnos n'appréciait guère. Ma lecture de cette partie a été un peu fastidieuse en raison des nombreuses personnalités citées, que je ne connaissais pas toutes. J'ai nettement mieux apprécié la suite du roman, qui évoque l'époque de la guerre, période où le poète, très engagé, mène de front son travail de journaliste et homme de radio avec des missions pour la résistance. Courageux, déterminé, Desnos n'a pas peur d'exprimer haut et fort ses réticences vis à vis de l'occupant. Ce courage lui coûtera cher.

Nous découvrons également, au fil du roman, sa vie sentimentale et notamment sa liaison avec Youki, la dernière femme de sa vie. Cette dernière, très libre pour ne pas dire volage, lui donne du fil à retordre mais le comble de bonheur malgré tout. C'est la voix de Youki que nous entendons dans la dernière partie du roman. Robert a été dénoncé et arrêté puis déporté à Auschwitz. Cette partie du roman est éprouvante.

Il est impossible de résumer ce pavé sans faire de larges impasses. Je vous encourage à découvrir par vous même cette passionnante biographie, un peu ardue au démarrage mais vraiment passionnante. Robert Desnos est un homme attachant et talentueux que j'ai pris grand plaisir à découvrir. Gaëlle Nohant a fait un travail de recherche très fouillé et si parfois je me suis un peu égarée, je reconnais que c'est un ouvrage de grande qualité. Le contexte historique est passionnant, la montée du fascisme, l'occupation... tout cela dans un Paris aux multiples facettes.

Une belle biographie.

Les avis de Hélène - Valérie - Mimi (moins enthousiaste)

Desnos

 

Youki et Desnos

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Gwenaelle 16/01/2018 10:17

Ah voilà un livre qui doit être intéressant et enrichissant! Je le note.

sylire 17/01/2018 22:34

@Gwen : oui, très enrichissant ! Il devrait te plaire.

Moustafette 15/01/2018 15:23

Je me souviens que l'auteure a un talent de conteuse certain, je le note car j'apprécie les biographies romancées.

sylire 17/01/2018 22:34

@Moustafette : dans ce cas, il a toutes les chances de te plaire.

Alex-Mot-à-Mots 15/01/2018 14:10

Un roman qui m'était tombé des mains dès les premières pages. J'ai insisté, mais rien à faire.

sylire 17/01/2018 22:34

@Alex : je peux comprendre. J'ai eu peur au début mais j'ai réussi à passer un certain cap et après, ce n'était que du bonheur.

Saxaoul 14/01/2018 21:50

Je n'arrive pas à me décider à le lire. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais j'ai l'impression que je vais passer à côté.

sylire 17/01/2018 22:33

@Saxaoul : difficile d'être certaine que tu aimeras. Il faut un peu de motivation car le début n'est pas très accessible.

Valérie 14/01/2018 20:14

Mon gros coup de cœur de la rentrée de septembre. Je l'ai déjà offert deux fois!

Sylire 14/01/2018 20:30

@Valérie : c'est toi qui m'a donné envie de le lire.