Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

3 mars 2018 6 03 /03 /mars /2018 09:33

Buchet Chastel - janvier 2018 - 160 pages

Ce petit livre traite d'un sujet assez peu évoqué en littérature, me semble t'il, le déni de grossesse. Nous sommes dans un petit village reculé de montagne. Une femme vient de mettre monde un enfant, dans une salle de bain, seule. Sous le choc, découvrant sa femme hébétée dans la salle de bain, son mari appelle un ami à la rescousse. C'est lui qui comprend ce qui se passe en découvrant la chose sanguinolente qui gigote dans la baignoire. Il conduit tout le monde à l'hôpital, l'enfant emmitouflé contre lui dans sa veste. Voilà pour les faits.

L'histoire nous est racontée par les différents protagonistes de l'histoire : le mari, la femme, l'ami, la sage-femme qui les accueille à l'hôpital, l'institutrice du village, les grands-parents de l'enfant... Ces différents points de vue nous permettent d'analyser le cataclysme produit par cette naissance inattendue. Le point de vue de la mère de l'enfant est particulièrement troublant. Nous comprenons, au travers du récit des faits, le mécanisme à la fois psychologique et physiologique du déni de grossesse. 

La construction du roman offre deux possibilités : lire chaque témoignage, l'un après l'autre, ou suivre l'ordre des pages. J'ai tenté la première option, mais je trouvais la lecture fastidieuse. J'ai donc suivi l'ordre des pages. L'écriture fait appel au langage oral. Chacun s'exprime à sa façon, ce qui rend la narration très vivante. L'histoire s'arrête au retour à la maison. Nous ne saurons donc pas comment le couple surmontera l'épreuve dans le temps. Le témoignage de l'institutrice nous met sur la piste d'un possible qui n'est heureusement pas une fatalité. On ne peut que croiser les doigts pour que la petite famille trouve son équilibre après ce démarrage chaotique.

Juste pour l'anecdote, j'ai lu ce livre dans l'avion (aller et retour Brest/Paris). Il faut croire que je ne suis pas trop superstitieuse vu le titre.

Un roman intéressant, qui fait le tour d'un sujet complexe en 160 pages.

Lu dans le cadre d'une opération "Masse critique" de Babelio

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 05/03/2018 12:49

Faire le tour d'un tel sujet en un si petit nombre de pages, quelle gageure.

Sylire 06/03/2018 11:56

@Alex : c'est ce que je me suis dit.

Moustafette 04/03/2018 00:44

C'est toujours étrange le discours que tiennent ces femmes...

sylire 04/03/2018 21:22

@Moustafette : le plus étonnant, je trouve, est que le foetus se loge de façon à être quasi-invisible de l'extérieur. Comme s'il obéissait à la mère.

zarline 03/03/2018 22:47

Le côté "langage oral" ne m'attire pas forcément mais c'est vrai que le sujet est original. Ca me fait penser, j'ai entendu hier aux news qu'un homme avait appelé les urgences au Pays de Galles car sa femme avait d'énormes douleurs, qu'elle semblait donner naissance à "quelque chose" mais qu'elle n'était pas enceinte bien qu'il ait admis qu'elle avait une grosse bosse sur le ventre.... Bon au final, c'est un joli bébé évidemment. La force du déni!

sylire 04/03/2018 21:21

@Zarline : le mari est aussi dans le déni au tout début mais il réalise plus vite que sa femme néanmoins.

zazy 03/03/2018 16:26

Un sujet peu utilisé en littérature, c'est vrai, alors, je le note

sylire 04/03/2018 21:20

@Zazy : il en vaut la peine.

Aifelle 03/03/2018 10:39

Ah oui, le titre dans un avion, ça craint ! Le thème n'est guère traité dans la littérature en effet, ce qui paraît le plus intéressant c'est la kaléidoscope des points de vue.

sylire 04/03/2018 21:20

@Aifelle : je me suis vraiment habituée à prendre l'avion. Il y a quelques années, j'aurais eu trop d'appréhension pour lire un tel titre dans un avion !
Effectivement, le côté polyphonique du roman est très intéressant et rend le roman très vivant.