Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

8 septembre 2018 6 08 /09 /septembre /2018 23:11

Editions Hervé Chopin - 30 août 2018 - 222 pages

Jacques est un sexagénaire qui peine à trouver un sens à a vie. Il n'assume pas son âge et ne sait que faire de son statut de retraité. Seule, la relation privilégiée qu'il entretient avec sa jeune nièce Adèle lui donne envie de se lever le matin :  "Adèle avait la trentaine hédoniste, la paresse inventive et le même goût que tonton pour la musique de son adolescence à lui".

Mais attention, il ne faudrait pas croire que Jacques se laisse aller ! Il tente vraiment de sortir de son train-train. Par exemple, il a l'idée farfelue (et très amusante pour le lecteur) de séduire Christine Angot, qu'il a croisée plusieurs fois dans son quartier. Il ne la trouve pas spécialement attirante mais bon, c'est une sorte de défi. Et comme il se lance lui-même dans l'écriture (enfin il essaye !), Angot est, en quelque sorte, une future collègue.

La première partie du roman est vraiment très amusante. Jacques a un grand sens de l'autodérision et n'est pas du genre à s’apitoyer sur son sort. J'ai beaucoup souri et même éclaté de rire à plusieurs reprises. Le ton devient moins joyeux quand la nièce préférée de Jacques assiste au concert des Eagles Of Death Metal le 13 novembre 2015. L'humour se teinte de noir, mais il subsiste, bien dosé.

Dans la seconde partie du roman, "Une si brève arrière saison" apporte un éclairage intéressant sur le statut de victime. Il est question notamment des personnes qui n'ont pas été blessées dans leur chair durant les attentats mais dont les blessures, d'ordre psychologique, empêchent de vivre normalement : "Dans les conversations avec ses amis... se dessinait une hiérarchie inattendue des rescapés du Bataclan". Ceux qui étaient parvenus à s'enfuir le plus tôt...devenaient des victimes de deuxième ordre, comme si la durée de l'exposition au péril de mort relevait d'une quelconque vertu".

J'ai passé un très bon moment en compagnie de ce roman à la fois drôle, tragique et intelligent (ce n'est pas si simple de faire cohabiter tout cela dans un roman). Je ne suis pas certaine qu'il soit très médiatisé. Ce serait pourtant dommage que ce titre passe inaperçu car c'est un roman qui vaut plus que le détour.

A découvrir !

6 / 6

Voilà, j'ai lu 1 % de la rentrée littéraire. En route pour les 2 %

Partager cet article

Repost0

commentaires

Moustafette 11/09/2018 21:25

La première partie me plairait bien, faut vraiment s'ennuyer pour vouloir séduire CA, quel boulot j'imagine...

sylire 12/09/2018 21:47

@Moustafette : c'est bien mon avis pour C.A. :-)

zazy 09/09/2018 22:06

J'espère également qu'il croisera ma route

gambadou 09/09/2018 18:08

Il y a tellement de livres de la rentrée ! du coup je note celui-ci

sylire 09/09/2018 18:26

@Gambadou : j'espère qu'il croisera ta route.

Violette 09/09/2018 15:45

effectivement, passé inaperçu chez moi:) ça me tente bien, moi!

sylire 09/09/2018 18:25

@Violette : tant mieux !

Emma 09/09/2018 10:15

Pas trop tentée pour l'instant, en tous cas pas pour maintenant.

sylire 09/09/2018 18:25

@Emma : il y en a tant qui surgissent au moment de la rentrée qu'il et difficile de tout noter.