Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 23:31

Le tripode - août 2018 - 288 pages

"Le sillon" n'est pas un livre facile à résumer. Se situant à mi-chemin entre le roman et l'essai, on peut le qualifier de "docufiction". L'auteure, ancienne journaliste à Charlie Hebdo, s'est inspirée d'une année passée à Istanbul pour se lancer dans l'écriture de cet ouvrage. Comme la narratrice du roman, la journaliste avait tout à découvrir de cette ville et ses habitants. Dès le début du roman, nous entrons en immersion dans la ville. Au fil des déambulations diurnes et nocturnes de la narratrice, nous découvrons la géographie d'Istambul, son histoire. Assez vite, nous sentons le climat de tension qui y règne et la violence perpétrée par l'état.

La narratrice s'intéresse au journaliste arménien Hrant Dink, qui a été assassiné en 2007 par un jeune adolescent turque, qui n'a sans doute pas agit seul. Le journaliste était menacé, son idéal de paix dérangeait l'état. Sans mener à proprement parler d'enquête, la jeune femme échange avec les turques, se rend sur la tombe du journaliste, lit ses textes. Elle s'intéresse à la cause des arméniens et à celle des opposants du régime en place.

J'ai lu "Le sillon" avec quelques difficultés, manquant de références géo-politiques pour tout comprendre. Je suis toutefois ressortie de ma lecture moins ignorante qu'en y entrant (c'est déjà cela). La narratrice exprime le regret que la France, trop nombriliste, ne s'intéresse pas beaucoup à la Turquie . En ce qui me concerne, il est certain que je serai désormais plus attentive à ce qui s'y passe. Je dois dire par ailleurs que Valérie Manteau m'a donné envie de visiter un jour cette ville, qui me paraît aussi belle qu'attachante.

Une lecture assez exigeante.

.

9/12

Partager cet article

Repost0

commentaires

Moustafette 19/10/2018 21:24

A défaut , il y a jusqu'au 21 le festival des autres mondes au Roudour avec expo peinture de la journaliste emprisonnée Zehra Dogan dont j'ai déjà parlée. Peut-être es tu allée au salon du livre organisé à l'occasion le week-end dernier ?
Ce livre me tente bien.

sylire 20/10/2018 20:19

@Moustafette : non, je n'y suis pas allée. J'avais autre chose de prévu. Mon temps libre est assez réduit, hélàs.

Noukette 17/10/2018 15:41

Pas certaine d'y trouver mon compte je dois dire...

sylire 20/10/2018 20:18

@Noukette : il faut être motivé pour le lire, j'aurai donc du mal à insister.

Mireille Le Fustec 17/10/2018 13:35

Tu me donnes très envie de le lire. Depuis Asli Erdogan je suis un peu les arrestations arbitraires des écrivains et journalistes turcs.

sylire 20/10/2018 20:17

@Mireille : ce roman a toutes les chances de te plaire, alors.

Aifelle 17/10/2018 07:24

Une ville qui doit être très belle, mais il ne fait pas bon y vivre depuis quelques temps .. surtout lorsque l'on est journaliste.

sylire 17/10/2018 13:07

@Aifelle : effectivement :-(

Alex-Mot-à-Mots 16/10/2018 13:00

Malgré une lecture exigeante, l'auteure a su te faire aimer cette ville.

sylire 16/10/2018 20:56

@Alex : oui, on peut résumer les choses ainsi.