Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 18:53

Les frères Lehman - Stefano Massini - 839 pages - traduit de l'italien par Nathalie Bauer

Ce livre a attiré mon attention dans les sorties de la rentrée pour deux raisons. D'une part, parce que j'avais envie de découvrir un nouveau titre de l'éditeur après la très belle découverte de "l'écart". D'autre part, parce que le thème de roman, pour ce que j'avais pu en lire, avait tout pour me plaire. J'aime les romans qui évoquent l'histoire des Etats Unis et celui-ci recouvre plus de 150 ans de l'histoire économique des USA. 

Emmanuel et Mayer Lehman

L'histoire des Lehman en Amérique commence en 1844, quand le premier des frères quitte la Bavière, suivi de deux autres frères, pour ouvrir un magasin général dans un petit village d'Alabama. Les frères ont le sens des affaires et ne tarderont pas à s'intéresser au coton, grâce auquel ils se constitueront un début de fortune. L'un des frères quittera l'Alabama pour se rendre à New York, persuadé qu'il peut y gagner beaucoup d'argent. Il crée la banque Lehman brothers...

De l'argent ils en gagneront et beaucoup. Tout leur réussit. C'est ainsi qu'ils traversent sans trop dommage la crise de 29 et les deux guerres. Les fils succèdent aux pères. Malins, visionnaires Les Lehman ont toujours un coup d'avance. Ils prennent quelques coups de temps en temps mais rien de bien méchant jusqu'en 2008...

Que s'est-il donc passé pour qu'ils fassent faillite de façon aussi spectaculaire ? Au fond, c'est assez simple. Ils ont fait fi des règles de l'économie et spéculé sur du vent... entraînant dans leur chute de nombreuses familles américaines. 

Cette histoire m'a intéressée mais j'avoue avoir eu plusieurs passages à vide pendant ma lecture, surtout vers le milieu du roman. 839 pages, c'est beaucoup, même si le fait que le roman soit écrit en vers (libres) l'allège quelque peu.

Pour vous donner une idée du style, voici un extrait :

 Ce n'est sans doute pas pour rien
que les enfants jouent à faire semblant
d'être instituteurs, médecins ou peintres,
et qu'aucun
jamais
ne propose de "jouer à la banque" :
celui qui interprète le banquier
doit en effet rafler l'argent des autres
et les priver de goûter :
quel drôle de jeu est-ce là !

On s'habitue très vite aux vers libres, je n'ai donc pas été freinée par ce style particulier.

Si ce livre vous tente, je vous conseille d'avoir du temps devant vous. En effet, ce n'est pas un roman addictif, il demande de la concentration. J'ai mis trois semaines à en venir à bout et j'étais soulagée de passer à autre chose.

Un roman intéressant, mais loooong !

 

Challenge littéraire 2018 - chez Hérisson- 13 romans
50 ETATS - 50 ROMANS : Alabama

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Gwenaelle 18/01/2019 22:17

Il ne me tentait pas du tout, donc pas de regret en lisant ton billet.... ;-)

sylire 19/01/2019 16:47

@Gwen : effectivement...

Anne-Hélène 14/01/2019 16:10

Sur le même sujet, j'ai lu cet été "Gains" de Richard Power : fresque qui balaye le 19e et le 20e siècle sur l'histoire d'une entreprise (fictive) aux Etats Unis. J'avais bien aimé, mais c'était un gros livre, qui avait aussi demandé de la concentration ...

sylire 19/01/2019 16:47

@Anne-Hélène : j'ai tenté une fois de lire Richard Power. Je me souviens d'une lecture laborieuse.

Alex-Mot-à-Mots 14/01/2019 13:04

France Culture en diffusait des extraits l'année dernière. C'était passionnant, mais le nombre de pages ud bouquin m'avait rebuté.

sylire 19/01/2019 16:44

@Alex : l'occasion s'est présentée pour moi mais effectivement, le nombre de pages a de quoi faire peur.

keisha 14/01/2019 07:41

Il m'intéressait a priori, mais ce que tu en dis fait que je ne regrette rien.

sylire 19/01/2019 16:43

@Keisha : c'est une lecture particulière. Il faut être motivé.

Saxaoul 13/01/2019 16:06

Le côté pavé et l'écriture en vers me rebutent...

sylire 13/01/2019 21:31

@Saxaoul : franchement, je comprends.