Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 23:21

Audiolib 2018 (Le nouvel Attila) - 4 h 46 - lu par l'auteure

"Elle ressent à nouveau la tristesse de cette première année en France. Mais elle sent aussi une joie timide qui pointe doucement le bout de son nez : la joie de la réconciliation. Enfin, elle déterre ses racines dans ce terreau qui ne sent plus le passé mais l’avenir" 

Le hasard m'a fait lire, au dernier trimestre 2018, deux ouvrages assez proches et tous deux d'inspiration autobiographique. Le premier ouvrage, "les exilés meurent aussi d'amour" d'Abnousse Shalmani", raconte, au travers des yeux d'une enfant née en France, l'histoire de sa famille exilée à Paris, juste avant sa naissance, dans le milieu des années 80.

Dans Marx et la poupée, il s'agit également de l'histoire d'une famille arrivée en France après la révolution islamique mais l'enfant que nous suivons avait 6 ans quand elle a quitté l'Iran. Elle a donc connu directement le déchirement d'être arrachée à une culture, la difficulté de s'approprier une nouvelle langue mais aussi la chute sociale de ses parents, que l'on voit quitter une belle maison dans un quartier chic pour s'entasser à trois dans une chambre de bonne.  

La narration est originale, le style très oriental. Plusieurs genres se mélangent habilement : la poésie, le théâtre, le conte, le roman autobiographique, voire documentaire. Le récit n'est pas linéaire dans le temps. Nous sommes parfois de retour en Iran, en pleine révolution islamique ou quand le père de famille a pu y retourner, seul. Nous retrouvons également l'Iran bien plus tard, quand l'enfant, devenue adulte, retrouve sa famille dans la capitale iranienne.

Maryam Madjidi raconte fort bien la difficulté de faire cohabiter la culture d'origine et celle que l'on doit s'approprier pour s'intégrer. La petite fille de "Marx et la poupée" ne parvient à apprendre la langue du pays d'accueil qu'en tournant le dos à sa langue maternelle.  Ce n'est que bien plus tard qu'elle parviendra à  réconcilier les deux langues en réapprenant la langue persane. Aujourd'hui, elle enseigne le français à des mineurs étrangers isolés. 

La version audio est idéale pour ce texte car elle nous permet d'avoir un petit aperçu de la langue persane au travers de quelques phrases et mots disséminés tout au long du roman.

Une belle découverte.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Géraldine 13/01/2019 13:05

Je me suis tellement éloignée , ces derniers temps, des prix littéraires que ce titre m'était complètement inconnu. Il est néanmoins bien tentant. je verrai à la bib' !

sylire 13/01/2019 21:23

@Géraldine : tant qu'à faire, essaye de mettre la main sur la version audio.

gambadou 10/01/2019 20:12

Une lecture que j'avais beaucoup aimé

sylire 13/01/2019 21:22

@Gambadou : c'est un ouvrage qui a bien marché dans la blogo (et ailleurs également).

Enna 09/01/2019 23:29

J'ai beaucoup aimé la version audio, j'ai trouvé ce texte passionnant avec son style original!

sylire 13/01/2019 21:22

@Enna : clairement, la version audio apporte un plus.

PatiVore 08/01/2019 20:13

Un roman que j'avais beaucoup aimé !

sylire 13/01/2019 21:21

@Pativore : il a fait l'unanimité, je crois.

Alex-Mot-à-Mots 08/01/2019 12:54

Une lecture que j'avais beaucoup aimé et dont je garde un excellent souvenir.

sylire 13/01/2019 21:21

@Alex : c'est un livre qui a plu a de nombreux lecteurs, je crois.