Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

25 février 2019 1 25 /02 /février /2019 00:35

J'ai lu (Iconoclaste) - 141 pages 

"Mémé me manque. Ses silences, ses mots simples au Scrabble, sa maison enfouie sous les pommiers et son buffet d'avant-guerre. Ce texte est subjectif, partial, amoureux, ce n'est pas une enquête, ce n'est pas une biographie, c'est ce que j'ai vu, compris ou pas, ce que j'ai perdu et voulu retenir, une dernière fois."

Comme je comprends Philippe Torreton ! Moi aussi elle me manque ma mémé et son monde d'autrefois. J'essaye parfois de raconter à mes enfants cette vie simple d'antan, sans gaspillage, ni superflu. Comme le monde a évolué depuis ce temps où mes grand-parents étaient chez eux, vivant en semi-autarcie, tout comme la grand-mère de de l'auteur/acteur ! Écologiste avant l'heure mais sans le savoir, cette génération gardait précieusement tout ce qui pouvait servir et recyclait le moindre pochon de plastique.

"Les plastiques de ma grand-mère avaient peu de chance d'aller étouffer une tortue luth dans les mers chaudes, ils étaient retenus à vie chez elle".

C'est un très joli portrait, un hommage fort touchant à une femme simple et généreuse qui ne connaissait pas les câlins mais témoignait son affection de mille autres façons, dévouée, à l'écoute. Elle aurait donné sa chemise pour ses enfants et petits enfants. Elle avait si peu de besoins pour elle-même ! Philippe Torreton revendique son appartenance à ce milieu paysan, qu'il garde au fond de lui comme un bien précieux, des racines indestructibles.

J'ai dégusté ce texte, me replongeant avec nostalgie dans mes souvenirs, à chaque page ou presque. L'écriture est poétique et imagée. On l'imagine si bien cette mémé avec son tablier, ses grands mouchoirs à carreaux et son cœur gros comme cela...  C'est la gorge serrée et les larmes aux yeux que j'ai fini ma lecture.

Tu peux partir mémé, on va s'en sortir, ni riches, ni pauvres, on est là sur cette terre avec de quoi tenir dans ce monde difficile. 
On sait d'où l'on vient maintenant. 
On a un toit à jamais, une terre pour toujours. 
On peut mettre un doigt sur la carte mondiale des sentiments et se dire " je viens de là".

Un grand merci à mon amie de la campagne pour m'avoir offert ce livre... Nous avons les mêmes racines tout comme Philippe Torreton et bien d'autres de ma génération.

 

challenge organisé par Antigone

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Je n'ai pas exactement les mêmes racines, mais j'avais aimé ce roman qui rend hommage à cette grand-mère qui a les deux pieds sur terre.
Répondre
G
Je n'ai pas de tels souvenirs de mes grands parents...
Répondre
S
@Géraldine : tu en as peut etre d'autres ?
E
J'ai beaucoup aimé même si je n'ai pas connu une telle grand-mère, mais j'ai évidemment croisé de telles personnes lorsque j'étais petite, et du coup, il m'a aussi beaucoup touché.
Répondre
S
@Emma : il fait l'unanimité je crois.
J
Pourquoi pas, ça me changerait des romans américains bien noirs.
Répondre
S
@Jérôme : effectivement ! On est aux antipodes du roman noir !
A
Je n'ai pas eu ce genre de grand mère et bizarrement depuis le début ce titre ne m'attire pas... mais j'ai sans doute tort. Cela dit ton billet est très touchant à lire.
Répondre
S
@Antigone : merci !<br /> Je te le conseille. C'est vraiment une belle lecture. Et aussi une réflexion sur nos modes de vie en comparaison de ceux d'autrefois, le gaspillage et l'ecologie...