Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 10:40

Audiolib 2019 (seuil 2018) - 3 h 40 - lu par Babacar M'baye Fall

Sous la forme d'un "psycho-récit", l'auteur nous plonge dans les pensées d'un tirailleur sénégalais, en pleine guerre 14-18. Le jeune Alfa a quitté l'Afrique avec son "presque frère", Mademba Diop, pour rejoindre la France et les tranchées. Malheureusement, les deux amis sont rapidement séparés.  Alfa, fou de chagrin et rempli de haine pour l’ennemi, sombre dans une forme de folie. 

"Par la vérité de Dieu, très souvent j'ai été inhumain. Je n'ai pas écouté mon ami, j'ai écouté mon ennemi".

David Diop parvient à retranscrire l'horreur absolue des tranchées mais aussi l'hypocrisie des hommes qui dirigent les opérations. 

"Des fous de rage, des fous de douleur, des fous furieux mais temporaires. 
Pas de fous en continu 
dès que l'attaque est finie, on doit ranger sa rage sa douleur et sa furie".

Il est également question du déracinement ressenti par Alfa, si loin de sa terre d'Afrique et de sa culture d'origine. Les retours en pensée dans son village natal sont des bouffées d'oxygène. Le lecteur que nous sommes est soulagé de quitter pour un temps la barbarie de la guerre. Nous constatons qu'Alfa n'est pas uniquement le fou des tranchées. Il serait probablement resté quelqu'un de bien si la guerre ne l'avait pas entraîné à dévoiler la part d'inhumanité qu'il ne savait pas détenir.

"Tant que l'homme n'est pas mort, il n'a pas fini d'être créé".

Ce roman a obtenu le Prix Goncourt des lycéens et je suis pas surprise de ce choix. Comme moi, les lycéens ont été happés par ce texte très fort et particulièrement bien écrit.

La version audio est à la hauteur du texte grâce au choix du lecteur. Son accent africain donne au récit une authenticité et un supplément d'âme. Babacar M'baye a su parfaitement retranscrire le ton incantatoire du récit, sa gravité mais aussi toute sa magie.

Il est difficile (et paradoxal) de dire d'un texte qu'il est poétique quand il décrit l'horreur mais c'est pourtant le cas ici.

A découvrir !

Les avis de Sandrine - Claire

 

Lu dans le cadre du Prix Audiolib 2019

Et dans le cadre de "Écoutons un livre"

Partager cet article

Repost0

commentaires

Géraldine 22/05/2019 12:37

On a beaucoup vu ce roman sur la blogo. Pourquoi pas, vu l'éloge qui en est fait à chaque fois. Un peu sur le même sujet, je te conseille la BD titrée : Le tirailleur. J'avais bcp aimé.

gambadou 15/05/2019 21:56

En général j'aime bien les prix Goncourt Lycéens. Je trouve qu'il ne cherche jamais la facilité. Tu confirmes

sylire 16/05/2019 19:58

@Gambadou : j'ai lu tous les Goncourt Lycéens de ces dernières années et je n'ai jamais été déçue.

Enna 14/05/2019 07:05

je suis moins enthousiaste que toi mais par contre je valide la version audio qui est vraiment bonne!

sylire 16/05/2019 19:57

@Enna : oui, elle est excellente. Je suis contente d'avoir découvert ce livre en audio.

Alex-Mot-à-Mots 13/05/2019 14:21

Je crains de ne pas pouvoir entrer dans la langue si particulière de l'auteur.

sylire 16/05/2019 19:56

@Ale : je peux comprendre

Laure 12/05/2019 22:02

J'ai beaucoup aimé ce livre, et je trouve que tu as raison, l'horreur décrite n'exclut pas le côté poétique du texte.

sylire 16/05/2019 19:56

@Laure : c'est une lecture très marquante et originale.