Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

26 janvier 2020 7 26 /01 /janvier /2020 20:36

Folio - 160 pages

"Nous avons tous un petit jardin secret que l'on atteint par des routes bordées d'acacias, de sureaux et de songes. Il ressemble à ces petits cimetières que l'on trouve à la sortie des villages, il protège nos plus beaux souvenirs, ce que nous avons de plus précieux. Dans ces jardins saute et gambade notre enfance, défilent tous les chagrins d'une vie."

J'ai découvert René Frégni il y a une quinzaine d'années. Depuis, j'ai lu une dizaine de ses titres (il m'en reste encore à découvrir). Chaque fois, c'est un grand plaisir de lecture. René Frégni écrit des fictions (plus exactement des polars) mais également des récits autobiographiques dans lesquels il raconte sa vie à Manosque, son amour des femmes, son admiration pour la nature... C'est dans le registre autobiographique que je le préfère.

"Je me souviens de tous mes rêves" est un de ses récits intimes. Le livre s'ouvre sur septembre et se termine en février. Je ne crois pas qu'il y ait de référence à une année précise. Disons que c'est celle où il a perdu son chat. Il avait sauvé l'animal d'une mort certaine, dix ans plus tôt, dans la prison des Baumettes où il animait un atelier d'écriture. L'auteur tenait beaucoup à "Baumette" qui était devenu, au fil du temps, son compagnon d'écriture.

L'auteur évoque diverses rencontres : un clochard, un homme qui fait des bulles sous sa fenêtre, un autre qui prend des photos pour immortaliser ce qui est jeté... Il consacre un long chapitre au libraire de Banon qui a créé "Les bleuets", cette belle librairie perdue au milieu de nulle part, dans le Lubéron. Il est aussi question d'Isabelle, la femme qu'il aime. Chaque histoire est l'occasion d'une réflexion sur la société ou sur la nature.

"...Quand j'allume la télé c'est encore plus terrifiant. Des torrents de boue envahissent les villes, midi et soir, et les terroristes sont partout.

Quand je vais chez Isabelle, le mercredi et le dimanche, je découvre une planète dont personne ne parle. Elle n'est pas médiatique, pas scandaleuse, elle ne fait pas peur. Elle est discrète et profonde. La plupart des gens veulent avoir peur. Autour de la petite ferme d'Isabelle, ils ne verraient que silence et ennui. Au bout d'une heure, ils seraient en manque de catastrophes et s'enfuiraient chez eux, retrouver un monde en flammes."

Les femmes, c'est la grande passion de René Frégni. Sa mère, sa fille Marilou et son amoureuse Isabelle sont très présentes dans ses récits, au point qu'on a l'impression de les connaître personnellement quand on lit l'auteur régulièrement. Dans le présent récit, l'auteur rend visite à Marilou à Montpellier, où elle fait ses études. Il passe de longs moments avec Isabelle dans son jardin et rend visite à sa mère décédée, pendant la nuit, quand il rêve.

"Je ne choisis pas mes rêves, ils m'apportent ce qui me manque le plus. Enfant, dans les pensions et les tristes colonies de vacances, j'attendais ma mère, tous les jours. Elle était vivante et elle ne venait pas. Maintenant elle est morte et elle vient chaque nuit."

René Frégni sait nous émouvoir mais aussi nous faire rire. J'ai particulièrement aimé l’anecdote des "seins de la femme du facteur", dont il reçoit une photo par la poste (je n'en dirai pas plus mais c'est une histoire vraiment  très amusante). Un autre épisode m'a bien fait rire : la prestation de père-noël dans un costume à 6 euros dégoté à la farfouille (avec la barbe qui ne tient pas et le pantalon trop court).

Vous l'avez compris, je me suis régalée avec ce récit poétique qui fait passer du rire aux larmes, de la mélancolie à la joie de vivre. Si vous ne connaissez pas la plume de René Frégni, vous passez à côté d'un auteur talentueux et attachant.

Une très belle lecture.

L'objectif Pal, c'est chez Antigone

Ce livre dormait depuis près de deux ans dans ma Pile à Lire.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Karine 22/02/2020 23:43

Je ne suis pas certaine d'avoir envie d'autobiographie ou d'autofiction pour le moment... mais je tenterai plutôt l'auteur.

eimelle 15/02/2020 11:32

à noter dans les "à découvrir!"

sylire 15/02/2020 14:35

@Eimelle : tout à fait !
Avec les coups de coeur d'Antigone, c'est ce que je fais.

Stephie 15/02/2020 11:28

Je crois en avoir lu un de lui au tout début de mes aventures bloguesques, mais lequel ? Ton billet me donne envie de retenter le coup !

sylire 15/02/2020 14:35

@Stephie : bonne idée !

Kathel 15/02/2020 08:24

Je n'ai toujours pas lu cet auteur, mais enfin, qu'est-ce que j'attends ? ;-)

sylire 15/02/2020 14:34

@Kathel : il a un style bien à lui, je ne peux que te conseiller de le découvrir. Toi qui aime les polars, tu pourrais en tenter un ?

Emma 10/02/2020 18:47

Evidemment comme je te lis depuis de nombreuses années, j'ai déjà croisé sur ton blog cet auteur plusieurs fois, j'en ai en attente Les nuits d'Alice, l'as tu lu ?

sylire 15/02/2020 14:33

@Emma : non, je n'ai pas lu les nuits d'Alice... mais j'y compte bien !