Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 20:46

Août 1997 -368 pages

Pour le mois belge, j'avais lancé, au moment de sa préparation, l'idée d'une lecture commune autour d'Henri Bauchau. J'aime me frotter de temps en temps à des lectures exigeantes mais Je ne pouvais pas imaginer que celle-ci tomberait à un moment où ma concentration ne serait pas idéale. J'ai tout de même sorti ce livre de ma pile à lire et, si j'ai eu plusieurs petits coups de mou, je n'ai pas flanché. J'en suis ravie car c'est une lecture passionnante, qui m'a permis de renouer avec un auteur que j'aime beaucoup, tout en  me plongeant dans la mythologie grecque.

Un petit mot tout d'abord sur Henri Bauchau, de nationalité belge et de langue française. L'auteur est né en 1913 et mort en 2012, à l'âge de 98 ans. On commençait presque à le croire éternel. Poète, romancier, dramaturge et psychanalyste, Il laisse derrière lui une oeuvre impressionnante (recueils de poésie, essais, pièces de théâtre, journaux et romans).

Henri Bauchau

"Antigone" fait partie d'une trilogie consacrée aux récits hérités de la tradition grecque. J'ai lu le premier opus "Œdipe sur la route" il y a quelques années. J'étais persuadée qu'Antigone était le second de la trilogie mais je viens de découvrir que c'est le troisième. Je n'ai pas eu l'impression qu'il me manquait des éléments de compréhension, ce qui me fait dire qu'il est possible de lire les ouvrages indépendamment les uns des autres. Je ne suis pas une spécialiste de la mythologie grecque et je n'ai pas fait d'études de lettres. Je ne vais donc pas me lancer dans une analyse de l'oeuvre mais je vais tenter de vous dire ce que j'en ai compris et comment j'ai vécu cette lecture.

Antigone est la fille d’Œdipe et de Jocaste. A la mort de leur père, ses deux frères (des jumeaux) Etéocle et Polynice se disputent le trône de Thèbes. Antigone, qui a accompagné Œdipe jusqu'à sa mort, est de retour à Thèbes après 10 ans d'errance sur la route. Elle s'est donné pour objectif de raisonner ses frères afin de les empêcher de se battre l'un contre l'autre.

Antigone, assoiffée de justice, consacre son temps aux autres. Elle recueille et soigne les malades, n'hésitant pas à mendier pour leur acheter de la nourriture et des médicaments. La jeune femme ne veut pas s'immiscer dans les jeux politiques et mise sur sa capacité à convaincre ses frères de ne pas se battre. Sa stratégie échouera et son intervention amènera finalement Thèbes aux mains de son oncle Créon, qui n'a pas la volonté d'apporter à la ville la paix et la justice. Sa lutte est presque perdue d'avance mais Antigone se battra jusqu'au bout, avec un certain entêtement il faut bien le dire. 

"C'est aussi tellement toi, Antigone, cette confiance intarissable dans l'action de la vérité, dont on ne sait si elle est magnifique ou seulement idiote. Crois-tu qu'on peut sans délirer, espérer comme tu fais ? Est-ce que tu penses que les jumeaux te comprendront et que même s'ils te comprennent, cela les fera sortir de leur passions ?"

J'ai beaucoup aimé Antigone, si humaine et altruiste. Son plan a échoué mais elle a tout tenté, tout donné, y compris sa vie. J'ai aimé également les personnages secondaires : la soeur d'Antigone, Ismène, si douce et raisonnable, ses amis masculins qui la soutiennent et font office d'anges gardiens...

Nous retrouvons dans cette "Antigone" la passion de Bauchau pour les arts (Antigone est douée pour la sculpture). L'auteur utilise ses connaissances dans les domaines de la psychologie et de la psychanalyse. Il nous démontre que l'amour-haine entre les deux frères provient de leur petite enfance et des relations avec leur mère. 

Henri Bauchau nous offre de beaux portraits de femmes qui évoluent dans une société patriarcale où la gent féminine a la place que veut bien lui laisser l'homme. L'Antigone de Bauchau est une rebelle, féministe avant l'heure. l'écrivain met l'accent, à plusieurs reprises, sur les disparités hommes-femmes. Il fait dire par exemple à Ismène :

"Je dis oui à mon enfant, Antigone, c'est un bonheur mais à cause de lui je ne suis plus libre. Créon a le pouvoir de te tuer et moi je vais devoir me taire, comme font les femmes depuis toujours, les femmes qui ont des enfants."

"Antigone" est un roman foisonnant, riche et parfois exigeant. La plume et le talent de Bauchau m'ont permis de rester captivée jusqu'au bout même si, je le reconnais, cette lecture m'a demandé un petit effort.

Si vous souhaitez allez à la rencontre de Bauchau je vous conseille également "Le boulevard périphérique"ou l'enfant bleu.

Le billet de Marylin

Chez Antigone

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
J'ai adoré cette Antigone ainsi que la trilogie de Bauchau, c'est absolument magnifique !
Répondre
G
J'ai fait pas mal d'efforts ces derniers temps, soit pour finir des livres ardus soit pour finir des livres nuls. Je sais que ce genre de livre n'est pas fait du tout pour ma concentration difficile. J'ai honte de le dire, mais je n'ai jamais lu aucune version d'Antigone !
Répondre
S
@Géraldine : n'ai pas honte, j'étais dans le même cas que toi...
L
J"adore cet auteur, j'aime tout ce qu'il écrit. On se sent bien en sa compagnie
Répondre
L
J"adore cet auteur, j'aime tput ce qu'il écrit. On se sent bien en sa compagnie
Répondre
S
@Luocine : je suis bien d'accord. C'est un auteur que je relirai avec grand plaisir.
G
Un auteur dont j'apprécie beaucoup la philosophie
Répondre
S
@Gambadou : tout comme moi !