Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

3 juin 2020 3 03 /06 /juin /2020 19:58

Audiolib 2020 (Le tripode 2013) - 13 h 57 - lu par Emmanuel Dekoninck

Traduit de l'estonien par Jean-Pierre Minaudier

Ce titre est ma dernière lecture pour le Prix Audiolib 2020. J'ai gardé pour la fin le livre qui me semblait correspondre le moins à mes goûts. La quatrième de couverture m'avait un peu effrayée : parler la langue des serpents, tomber amoureuse d'un (vrai) ours, être une paysanne qui rêve du loup-garou, rencontrer des australopithèques qui élèvent des poux... Voilà un programme qui, de premier abord ne me tentait pas vraiment. Et pourtant, quel régal ce roman aux multiples dimensions !

L'homme qui savait la langue des serpents est un roman d'aventures. On ne s’ennuie pas une seconde, il se passe toujours quelque chose. C'est aussi une fable écologique, politique et philosophique. Tout en restant terre à terre, Andrus Kivirähk nous fait réfléchir à la religion, aux traditions et plus généralement à l'évolution de l'homme sur terre, dans l'espace et dans le temps.

"Le monde change, il y a des choses qui sombrent dans l’oubli, d’autres émergent. Les mots des serpents ont fait leur temps, un jour aussi viendra où ce monde moderne tombera dans l’oubli avec ses dieux et ses chevaliers, et les hommes trouveront quelque chose de nouveau."

J'ai beaucoup apprécié l'humour qui se dégage de ce texte (surtout dans la première partie, ma préférée). Passé l'effet de surprise, j'ai accepté qu'une femme tombe amoureuse d'un ours. Le parallèle entre l'homme et l'animal est à la fois troublant et amusant.

"Bien peu de femmes leur résistent, aux ours, ils sont si grands, si tendres, si gauches, si velus. Et puis ce sont des séducteurs nés, les femmes les attirent à ce point qu'ils ne perdent jamais une occasion de s'approcher de l'une d'entre elles pour leur grogner quelque chose à l'oreille.
Dans le temps, lorsque notre peuple vivait encore en majorité dans la forêt, il y avait sans arrêt des histoires de femmes qui s'acoquinaient avec des plantigrades, jusqu'à ce que le mari tombe sur les amoureux et chasse le grand brun".

J'ai accepté tout aussi facilement que les serpents soient les amis des hommes au point que tous partagent, durant l'hiver, le même terrier. L'amitié du personnage principal, Leemet, avec un jeune serpent femelle est très touchante. Je pourrais aussi vous parler des louves qui font office de vaches laitières et que l'on peut endormir grâce à la langue des serpents.

La deuxième partie du roman est plus sanglante et plus désespérée. Nous savons dès le début que le monde de Leemet va mourir et qu'il sera le dernier homme dans la forêt mais on ne peut s'empêcher d'espérer un miracle.

"L'homme qui savait la langue des serpents" m'a fait penser à "Dans la forêt"de Jean Hegland mais le processus d'évolution de l'homme est inversé. Dans le roman de Kiviräh, l'homme quitte la forêt pour un monde dit "civilisé" alors dans celui de Jean Hegland, l'homme civilisé retourne dans la forêtDans les deux cas, la forêt est une source de richesse inépuisable.

Un mot sur le lecteur, Emmanuel Dekoninck : For-mi-da-ble ! J'adore sa voix, sa façon de raconter des histoires. Je crois qu'il pourrait m'embarquer dans n'importe quelle récit. Quand je vois son nom associé à une lecture audio que je m'apprête à écouter, je jubile.

Une lecture prenante et souvent jubilatoire. J'ai vraiment beaucoup aimé !

Lu dans le cadre du Prix Audiolib 2020

challenge "Écoutons un livre"

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Antigone 13/06/2020 11:33

Comme quoi les a priori !! Super cette surprise de lecture. <3

sylire 18/06/2020 21:12

@Antigone : oui, et c'est un film qui me reste en tête !

BlueGrey 10/06/2020 09:20

Un roman iconoclaste, un brin absurde, complexe, avec un petit quelque chose de pamphlétaire... j'avais adoré !

sylire 18/06/2020 21:11

@Bluegrey : oui, c'est tout à fait cela !

luocine 05/06/2020 11:10

J'avais noté ce roman il y a bien longtemps et finalement je ne l'ai jamais lu! que de sollicitations dans la blogosphère!

sylire 05/06/2020 13:16

@Luocine : oui, beaucoup de sollicitions et après, souvent, c'est le hasard qui fait que l'on rencontre ou pas les titres sur notre chemin.

Enna 04/06/2020 11:17

très bonne surprise pour moi aussi!!

sylire 05/06/2020 13:15

@Enna : oui, effectivement !

Alex-Mot-à-Mots 04/06/2020 10:29

On sent que tu as tout aimé dans cette écoute.

sylire 05/06/2020 13:15

@Alex : oui, je suis très enthousiaste !