Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 14:37

Le passage - août 2020 - 238 pages

Je connais l'histoire d'Helen Keller depuis fort longtemps. Beaucoup de livres (notamment en jeunesse) lui ont été consacré. Angélique Villeneuve reprend le flambeau, d'une façon originale . Elle fait de Kate, la mère d'Helen, le personnage central de son ouvrage. Quelle bonne idée ! 

Pour ceux qui ne connaîtraient pas Helen Keller (je ne sais pas s'ils sont nombreux), il s'agit d'une auteure, conférencière et militante américaine, née en 1880 et morte en 1968. Helen, devenue sourde et aveugle à l'âge de deux ans, est la première personne handicapée à avoir obtenu un diplôme universitaire. Ce parcours exceptionnel ne s'est pas fait sans difficultés, notamment dans la petite enfance. La prise en charge par une préceptrice d'exception, Ann Sulivan, a littéralement sauvé l'enfant des ténèbres.

Kate Adams Keller

Angélique s'est mise dans la peau de Kate Adams Keller, s'appuyant sur la documentation qu'elle a trouvée. Elle retrace l'existence de cette jeune mère, confrontée au lourd handicap de sa fille, rendue quasi-sauvage par son incapacité à communiquer. Angélique imagine le regard des autres et les difficultés quotidiennes de tout parent confronté au handicap d'un enfant. Mariée à un homme plus âgé qu'elle (il s'agit pour lui d'un remariage), la jeune femme cumule les difficultés et doit se battre pour s'affirmer.

Bien que les deux histoires n'aient rien à voir l'une avec l'autre, je n'ai pas pu m'empêcher de faire le lien entre "la belle lumière" et "la mère d'Eva", lu précédemment. Dans les deux cas, l’héroïne est une femme confrontée à un enfant "hors norme" qui bouscule la famille et remet en question l'équilibre de celle-ci. Etre mère n'est pas un long fleuve tranquille, toutes les mères le savent, mais certaines sont plus malmenées que d'autres. Kate Keller fait partie de cette catégorie.

Helen est née en Alabama dans une famille de planteurs. En toile de fond , nous découvrons le contexte sociétal et racial de l'époque. Au sein de la famille Keller, les domestiques noirs sont bien traités mais ce n'est pas le cas partout. Les tensions raciales sont fréquentes, notamment en ville. 

L'écriture sensuelle et poétique d'Angélique Villeneuve restitue à merveille le climat chaud et moite de ce coin d'Amérique ainsi que sa végétation luxuriante. Nous sommes immergés au cœur de la plantation, en compagnie de la famille Keller. La description de la gestuelle de l'enfant, qui évolue dans le temps, est particulièrement réussie. Nous sommes aux côtés de l'enfant, hypnotisés par sa fascinante évolution. 

Un court extrait pour vous donner une idée du style :

"Comme la petite se rue sur elle, ardente, explosive, elle attrape ses poignets. Une odeur de chien, de lait aigre et de buis bondit autour d'elles, mêlée au monologue infini qui repend, de mimiques et de halètements."

Je suis admirative de la capacité d'Angélique Villeneuve à se renouveler. C'est encore un très beau roman qu'elle nous offre pour cette rentrée.

Une parfaite réussite !

Une lecture commune (en retard pour moi) avec   AntigoneAifelle, Cathulu, Geneviève et Mes échappées livresques

Partager cet article

Repost0

commentaires

Stephie 20/09/2020 08:36

Voilà longtemps que je veux découvrir l'autrice. Pourquoi pas avec ce titre ;)

Daphné 15/09/2020 20:20

Un livre que j'ai très envie de découvrir. Mais il n'est pas à la médiathèque pour le moment...
Daphné

Karine 07/09/2020 15:54

Je n'en lis que du bien et bon, Helen Keller, j'ai tellement lu le livre durant mon enfance. Du coup, je le lirai.

sylire 07/09/2020 21:18

@Karine : ce qui est intéressant (outre le style) c'est l'angle, choisi à savoir le point de vue de la mère. Et quand on connait l'histoire d'Helen Keller, point d'ennui en parcourant le livre.

Géraldine BUSSON 06/09/2020 10:57

C'est je pense le roman que je rencontre le plus sur la blogo en cette période de RL... Je vais donc le noter, car à chaque fois, les avis sont élogieux !

sylire 07/09/2020 21:18

@Géraldine : il a fait l'unanimité parmi les blogueuses.

Ingannmic 31/08/2020 08:20

La lecture d'un roman jeunesse à son sujet, enfant, m'a terriblement marquée, et j'en gardé un souvenir étonnamment net (le passage sur l'illumination qui lui vient quand elle comprend qu'Anne Sullivan lui "tape" des mots dans les mains... qu'est-ce que cette lecture m'a fait pleurer !!). Du coup, je note !

sylire 31/08/2020 20:33

@Ingannmic: je me souviens aussi de cette lecture.
C'est une bonne idée d'avoir choisi un angle différent pour cette histoire.