Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 00:13

Editions de la Bagnole - récit théatral - 2014 - 96 pages

Une femme est au chevet de sa mère mourante. Cette dernière veut revoir son fils qu'elle n'a pas vu depuis vingt ans mais le fils refuse de se déplacer. La fille n'a pas le courage de dire vérité à sa mère et tente de convaincre son frère avant qu'il ne soit trop tard.

Comment un fils peut-il refuser cette dernière faveur à sa mère et surtout pourquoi ? Nous le découvrons, la gorge serrée, au fur et à mesure que l'histoire nous est contée. En tant que mère, je n'ai pas eu de mal à me glisser dans la peau de cette femme qui ne mérite pas cette dernière épreuve de la vie.

Le récit, très court, se lit d'une traite, ce qui renforce l'émotion ressentie. La délivrance est la troisième partie d'une trilogie. Je ne le savais pas en commençant ma lecture mais cela ne m'a nullement dérangée car l'histoire se tient par elle-même. En commençant ma lecture, j'ai eu peur d'être perturbée par le style mais cela n'a pas été du tout le cas, bien au contraire. La litanie de cette mère m'a atteinte droit au cœur tout comme la douleur de sa fille. Il est question de domination masculine et de violence familiale. Une violence banalisée mais non moins révoltante.

Un extrait, pour vous donner une idée du style :

"Si tu ne viens pas au chevet de maman ce sera comme si elle mourait seule.

Elle ne dira pas je meurs en tenant les mains de mes filles.

Elle dira.

Elle dira je meurs sans mon fils.

Et ce sera comme si nous n’existions pas."

Un très beau texte.

Une lecture commune avec Enna, pour le mois québécois.

Lu dans le cadre de Québec en novembre, organisé par Karine et Yueyin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Géraldine 16/11/2020 12:43

Tu nous donnes bien envie de connaitre les motivations du refus du fils, même si j'imagine que ce n'est pas une lecture vraiment facile.

BlueGrey 16/11/2020 09:52

J'avais beaucoup aimé "La liste" de cette autrice, un texte court, fort, saisissant ! Bien envie de découvrir ce texte là qui semble de la même veine...

gambadou 15/11/2020 22:07

et bien pas très gai tout ça

yueyin 12/11/2020 16:54

j'avais beaucoup aimé La liste de cette autrice, vous me donnez envie d’aller rechercher les trois (j’ai perdu le mien) la liste, c'est comme une poésie déchirante

Enna 12/11/2020 06:51

Encore une fois on est raccord sur une lecture que j'ai trouvé aussi très touchante!