Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 10:36

Calmann Levy - 2020

"Ni mon amante ni mon amie, plutôt ma soeur d'affinités". 

Pour rendre hommage à celle qui, comme lui, aimait la mer et les voiliers, Yann Queffelec se remémore les souvenirs de leurs diverses rencontres. Il évoque également quelques épisodes marquants de la vie (trop courte mais bien remplie) de celle que l'on appelait "la petite fiancée de l'Atlantique".

Leur première rencontre est pour le moins pittoresque. Florence Arthaud, déjà connue du public, fait escale avec Pierre Bachelet (un ami avec lequel elle aimait naviguer) à côté du voilier de Yann Queffélec. L'écrivain, qui regarde peu la télévision, ne reconnait ni l'un, ni l'autre. C'est en découvrant par hasard leur photo dans un journal, qu'il comprend qu'il vient de faire la bringue, pendant une semaine, avec un chanteur et une célèbre navigatrice. Cette anecdote, très bien racontée, m'a beaucoup amusée. 

Avec finesse et bienveillance, l'écrivain nous présente une femme déterminée et courageuse mais vulnérable par certains côtés.  Il n'est pas facile de jouer le rôle de "précurseure" dans un milieu particulièrement machiste. J'ai appris, par exemple, qu'on appelait une navigatrice "un marin fendu" et que certains équipages n'acceptaient pas d'embarquer à bord ce "genre" de marin. Tout au long de sa carrière, Florence a affronté les éléments mais aussi les préjugés. Les sponsors ont trainé les pieds pour l'accompagner et ses collègues navigateurs ont mis de temps à la prendre au sérieux.

"On lui dit « bravo bravo » comme aux petits enfants quand elle monte sur l’estrade en s’excusant d’avoir battu ces messieurs, tous nés d’une femme au demeurant. On s’arrange pour qu’elle n’y monte pas deux fois. C’est la place des mecs, le podium, l’échelon supérieur."

Elle aimait faire la fête plus que de raison et n'hésitait pas à aller là on ne ne l'attendait pas (comme par exemple chanter en duo avec Pierre Bachelet). Elle est morte dans un accident d'hélicoptère après avoir risqué sa vie mille et une fois en mer. C'est une femme qui me fascinait et qui m'aurait certainement intimidée si j'avais eu la chance de la connaître.

Une biographie littéraire de Florence Arthaud à découvrir si vous aimez la mer et les personnages hors normes.

De personne physique elle est devenue personnage, une sphinge de mythologie comme Antigone ou Cordélia, symbole et mystère de la jeunesse au féminin."

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Pas facile ces femmes précurseurs dans un monde d'homme
Répondre
A
J'ai suivi de loin en loin ses exploits. Une femme qui a ouvert la voie.
Répondre
S
@Alex : tout à fait !
V
bon si c'est Queffélec, j'ai bien envie de dire oui.
Répondre
S
@Violette : c'est autant pour Queffelec que pour Arthaud que j'ai lu le livre.
M
J'ai beaucoup lu Yann Queffélec dans le passé et ma foi si je tombe sur ce livre, je le lirai. J'irai voir à la médiathèque. Merci pour ta chronique
Répondre
E
Si je tombe dessus je le lirai certainement.
Répondre
S
@Emma : je suis contente qu'il ait croisé ma route.