Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 23:11

Audiolib 2021 (Grasset) - lu par Guila Clara Kessous - 3 h 53

"Très souvent, dans les cas d’abus sexuel ou d’abus de faiblesse, on retrouve un même déni de réalité : le refus de se considérer comme une victime. Et, en effet, comment admettre qu’on a été abusé, quand on ne peut nier avoir été consentant ? "

Vanessa Springora nous raconte la liaison qu'elle a eue, durant toute son adolescence, avec un écrivain de 50 ans qui l'a séduite alors qu'elle n'avait que treize ans. L'auteur, qui jouissait d'une certaine notoriété, était reçu sur les plateaux de télévision pour y présenter ses romans, dont certains faisaient l'apologie de la pédophilie. Dans ces années 70-80, l'opinion publique n'était pas encore sensibilisée aux abus subis par les mineurs. Une telle complaisance des médias vis à vis d'un écrivain serait aujourd'hui inimaginable.

Ce qui est intéressant, dans le récit de Vanessa Springora, c'est "comment" l'emprise s'est mise en place. Elle décrit l'approche du prédateur, qui a agi "au nez et à la barbe" de la mère de l'autrice. La technique de séduction, inscrite dans le temps, avait mis en confiance la jeune fille et sa mère.  Il faut dire que le "terreau" était fertile. La toute jeune fille était délaissée par son père et élevée par une mère qui vivait, à trente ans, la jeunesse qu'elle n'avait pas eue. L'univers dans lequel évoluaient la mère et la fille était un milieu intellectuel qui se voulait libéré et sans tabou.

Vanessa Springora revient sur l'impact très important de cette liaison sur son adolescence mais aussi sur sa vie de femme. Un rapport compliqué avec le corps, la difficulté d'avoir adulte une sexualité épanouie mais aussi l'énorme difficulté à construire sa propre identité, tant l'influence de l'écrivain était prégnante. Il lui a fallu des années pour se décider à mettre cette histoire sur la place publique. Ne cautionnant pas le déballage de la vie privée en littérature, elle a pris le temps de réfléchir à la portée de son projet.  Son approche, factuelle et non-voyeuriste, m'a convaincue, tout comme l'interprétation audio de Guila Clara Kessous, sobre et efficace. Je suis sortie de cette écoute avec l'impression d'avoir progressé dans ma compréhension du phénomène de l'emprise, notamment dans le rapport enfant-adulte.

Un récit autobiographique percutant. 

Ce roman est en lice pour le Prix Audiolib 2021

Challenge écoutons un livre

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

manou 07/04/2021 08:48

Je ne l'ai encore pas lu et franchement je ne sais pas si je le ferai car j'ai déjà, assez lu sur ce sujet et je crois que je sature...c'est une violence tellement forte que je trouve super que les gens puissent en parler car cela peut aider ceux qui ont vécu la même chose à le faire à leur tour...c'est cela que je trouve positif.

sylire 07/04/2021 22:03

@Manou : effectivement, on ne peut pas tout lire tout ce qui sort sur le sujet sous peine de saturation.
Oui, c'est positif que les histoires des unes puissent aider les autres et que les parents soient mis en garde sur les dangers potentiels.

Violette 03/04/2021 21:35

je suis comme Philisine, je bloque parce que ça me bouleverse totalement mais je suis tellement ravie que les langues se délient pour qu'on sorte enfin de ce merdier, si c'est possible...

sylire 04/04/2021 15:33

@Violette : je comprends. Il ne faut pas se forcer si il y a blocage et oui, j'espère que les générations futures n'auront pas à vivre cela.

Philisine Cave 03/04/2021 13:39

Je n'arrive pas à passer le cap. Pourtant ta chronique, celle d'Athalie et d'autres, toutes excellentes, devraient arriver à me convaincre. Mais j'éprouve un blocage.

sylire 03/04/2021 14:53

@Philisine : il est très court, je te le conseille vraiment. Mais je comprends très bien ta réticence.

Luocine 01/04/2021 13:02

Je trouve que la protection de l'adolescence est un sujet compliqué et tres délicat . Quand je pense à ma propre adolescence ou la sexualité était un sujet tabou, ce n'était pas non plus l'idéal et je réclamais la liberté . Je pense que j'ai été protégée des prédateurs mais je n'ai pas aimé les interdits de cette période de ma vie.

sylire 03/04/2021 14:51

@Luocine : on ne voit pas le danger quand on est adolescent, c'est tout le problème.