Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 20:52

Philippe Rey 2012 - 238 pages - traduit de l'italien par Nathalie Bauer

"C'était peut-être le milieu qui nous avait produits. On avait peut-être ça dans le sang. C'était peut-être les gens qu'on fréquentait, l'ennui, l'absence de buts. Le certitude de ne pas pouvoir évoluer, la prise de conscience de l'inéluctable. Dehors, les années se succédaient, et le monde changeait. Au fond de nous-mêmes, on restait figés.
On n'avait pas de raison de vivre, on n'était pas capables d'en trouver une. On vivait, un point c'est tout."

Nous sommes dans les années 70-80 dans le quartier miséreux d'une ville italienne nommé "La forteresse". S'entassent ici les laissés-pour-compte de la ville qui squattent les logements vides et vivent des minimas sociaux. La famille de Béatrice est un peu moins pauvre que les autres familles. Les deux parents ont un travail. Dans l'immeuble, au dessus de chez eux, vivent un père et ses fils. La mère est décédée, le père est violent. La famille de Béatrice recueille souvent le jeune Alfredo, qui finit par faire partie de la famille. Béatrice et Alfredo sont inséparables tout en se disputant sans arrêt. Au fil du temps leur relation évolue mais aucun d'eux n'est prêt à se l'avouer.  Alfredo passe difficilement le cap de l'adolescence, accablé par un fardeau familial qui devient de plus en plus lourd. Béatrice porte le jeune homme à bout de bras et finit pas se consacrer entièrement à lui, pour le meilleur et pour le pire.

"Le bruit de tes pas" nous place en immersion dans une Italie pauvre des années 70 qui offre peu de perspectives à ses jeunes. J'ai éprouvé beaucoup de sympathie pour la narratrice et j'ai lu son histoire le cœur serré. Nous savons dès le début qu'une tragédie va survenir mais nous n'en connaissons ni la cause ni les circonstances. Un certain suspens nous tient donc en haleine jusqu'à la fin, très émouvante. L'écriture est fluide et la façon de raconter l'histoire, sous la forme une longue confidence, m'a beaucoup plu. Cerise sur le gâteau, l'objet-livre est très agréable à regarder et à parcourir. Vous l'avez compris, tout est réuni pour passer un très bon moment de lecture. J'avais noté ce titre après avoir lu plusieurs avis élogieux sur les blogs et le hasard l'a mis sur mon chemin il y près de deux ans. Je l'ai ouvert à l'occasion du mois italien et je me réjouis de cette bonne pioche. 

Un premier roman très réussi.

Lu dans le cadre du mois Italien chez Martine

Je participe également avec ce titre au challenge objectif Pal d'Antigone

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Géraldine 29/05/2021 10:30

Trop de misère et de pauvreté pour moi, à priori... je passe.

sylire 31/05/2021 13:19

@Géraldine : c'est par ailleurs une belle histoire d'amitié et d'amour...

Anne 24/05/2021 12:13

Je vois que ce livre traîne quelque part dans ma PAL... Ce sera pour l'année prochaine !

sylire 31/05/2021 13:26

@Anne : oui, bonne idée !

manou 23/05/2021 15:35

Je ne connais pas non plus mais tu me tentes beaucoup, je le note donc, en espérant qu'il soit présent à la médiathèque de mon village. Merci pour ton enthousiasme

gambadou 23/05/2021 11:11

Noté !

Sylire 23/05/2021 07:50

@Antigone : j'ai lu ton billet. Contrairement à toi, j'ai ressenti beaucoup d'émotion. Peut-être une question de moment. Parfois cela joue dans une lecture.