Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

24 juin 2022 5 24 /06 /juin /2022 20:22

Chaque année je participe avec un grand plaisir au mois anglais sur les blogs. Cette année, ma participation sera modeste. Ce billet, dans lequel je vais regrouper trois lectures, sera le seul. Après une grosse panne de lecture, je me suis remise à lire mais je n'ai pas retrouvé la motivation de passer des heures, chaque mois, à écrire des chroniques. Pour l'instant, je me contente donc de faire des billets récapitulatifs et cela me convient bien ainsi.

La fabrique des poupées -  Elizabeth Macneal (traduit par  Karine Reignier-Guerre) - lu par Thierry Jansen

 Iris travaille avec sa sœur dans une fabrique de poupées. La jeune femme passe ses journées à décorer des poupées qui seront vendues à des particuliers. Ce n'est que la nuit, en cachette, qu'elle peut s'adonner à sa passion, le dessin. Quand l'occasion lui est donnée de quitter la fabrique, elle n'hésite pas longtemps. Iris est désormais payée pour être le modèle d'un séduisant peintre, qui lui donne des cours de dessin.  Sa vie presque idéale va être bouleversée quand un homme psychologiquement perturbé s'entiche d'elle...

"La fabrique des poupées" est une sorte de thriller d'époque. Nous sommes dans le Londres de Dickens. Le rythme, assez lent, s'accélère à la fin du roman, quand la vie de la jeune femme est clairement menacée. J'ai regretté que l'intrigue soit si prévisible. C'est le genre de romans qui se lit aisément mais qui ne reste pas bien longtemps en mémoire.  De mes trois lectures, c'est le livre que j'ai le moins apprécié, bien que ce soit une écoute plutôt plaisante.

 

Un fils exemplaire - Angela Huth (traduit par Marie-Odile Fortier)

Angela Huth est une romancière qui ne me déçoit jamais. Elle m'embarque dès les premières lignes, quel que soit le thème qu'elle explore. Avec "un fils exemplaire", l'autrice se penche sur les liens "mère-fils", choisissant pour personnage maternel, Belle, une femme qui mise exagérément sur la relation avec son fils. Quand son mari la quitte, Belle trouve avec Tim l'équilibre qui lui convient. Mais comme tous les enfants, Tim grandit et s'éloigne de sa mère peu à peu. Belle essaye de trouver d'autres centres d'intérêt mais y parvient difficilement...

On pourrait à reprocher à Angela Huth de pousser son personnage aux limites de la caricature mais c'est justement ce qui me plait chez cette romancière. J'ai particulièrement aimé un certain retournement de situation, assez jubilatoire. Pas tendre avec son personnage, Angela Huth lui offre toutefois, à la fin du roman, la perspective d'un horizon plus serein. J'ai beaucoup aimé !

 

Le chagrin des vivants - Anna Hope (traduit par Elodie Le Plat).

Lu par Dominique Blanc

Ce livre est le premier roman d'Anna Hope, que je connaissais de nom, sans l'avoir lue jusqu'ici. Nous sommes dans les années 20, en Angleterre. La population, marquée par la guerre, se remet difficilement de ces années noires. Les survivants sont blessés dans leur corps et dans leur âme. Les femmes qui ont perdu un mari ou un fils tentent de se reconstruire.  Nous suivons plusieurs personnages qui ne semblent pas avoir de liens entre eux mais qui sont pourtant unis sans le savoir.

Le chagrin des vivants est un roman d'une grande délicatesse. Anne Hope explore les sentiments de ses personnages avec beaucoup de sensibilité. J'ai beaucoup aimé sa façon de traiter le sujet de l'après-guerre, en choisissant de s'intéresser aux blessures de ceux qui restent. Le titre, que je trouve magnifique, donne le ton du roman. Je tiens toutefois à souligner que ce n'est pas un roman triste mais au contraire porteur d'espoir. Anna Hope montre que le chagrin n'est qu'une étape, que la vie finit par reprendre le dessus.

Dominique Blanc incarne chacun des personnages avec justesse et sensibilité. Sa lecture apporte une réelle valeur ajoutée au texte.

Un très beau roman et une magnifique interprétation.

 

Ce sont trois livres bien différents que je vous ai présentés ! Trois styles, trois époques, trois auteurs. Avez- vous lu un ou plusieurs de ces livres  ?

Challenge "Ecoutons un livre"

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
J'ai le chagrin des vivants dans ma PAL audio ! Donc un jour ! Mais j'audiolis moins qu'avant, tu as pu sans doute t'en rendre compte... je roule moins et surtout, en encore plus en période estivale, mais longues heures de marche sur mon tapis se font maintenant en extérieur, et sans casque !
Répondre
E
le dernier me tente bien, et la voix de Dominique Blanc est un vrai plus pour l'audio!
Répondre
S
@eimelle : je te le conseille !
V
contente que la panne soit derrière toi. Ton engouement pour le Hope me titille... j'ai encore mis les livres audio entre parenthèses, zut alors !
Répondre
S
@Violette : ces temps-ci je lis essentiellement audio.
M
Je n'ai lu que "le chagrin des vivants" mais j'ai déjà noté le premier dans mon carnet. Je note du coup le second qui a l'air intéressant aussi...Merci pour ces idées
Répondre
S
@Manou : et tu as aimé le chagrin des vivants ?
I
Trois lectures, ce n'est déjà pas mal ! Comme Kathel, je n'ai lu que Le chagrin des vivants, que j'ai apprécié, mais je lui ai préféré le très beau "La salle de bal", de cette même autrice..
Répondre
S
@Indanmic : j'ai "la salle de bal" dans ma PAL et je m'en réjouis.