Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 04:51

   
  Editions Stock 1995 - Le livre de poche 190 pages

Une jeune fille (la narratrice) est enfermée avec quarante autres femmes dans une cave. Aucune ne sait pourquoi elle là, ni depuis quand, ni pour combien de temps. La jeune fille, qui n'a aucun souvenir de sa vie d'avant, se comporte comme un petit animal sauvage jusqu'au jour où elle se met à observer attentivement un jeune garde : "Pendant très longtemps, les journées se sont déroulées de façon extrêmement semblable puis je me suis mise à penser et tout à changé". Elle commence par interroger ses camarades sur les relations hommes-femmes. Une question en entraînant une autre, Théa, la plus instruite de toutes, lui livre peu à peu son savoir. Un jour un événement incroyable se produit, toutes sont libérées pour une raison énigmatique. C'est la liberté tant espérée, mais ce qui les attend dehors est loin d'être idyllique…

 

Voilà un roman original et assez surprenant. Ce n'est pas vraiment de la science fiction, mais un peu tout de même. Par certains côtés cette histoire m'a fait penser à "La route" de Mc Carthy, que j'ai lu récemment. Les deux oeuvres explorent les comportements et sentiments humains face à des situations extrêmes. On ne sait rien sur la cause du malheur de ces femmes en refermant le livre, ce qui est un peu frustrant, mais on vit avec elles une aventure peu banale. Aucune d'elles ne parviendra à trouver le bonheur, la faculté d'adaptation de l'être humain a ses limites... Quant à notre narratrice, elle ne se consolera jamais de ne pas avoir connu les hommes. On la comprend un peu, non ?

 

Merci à Anne de m'avoir fait découvrir cette romancière et psychanaliste belge que j'avais vue plusieurs fois sur les blogs sans que l'occasion ne se présente de la lire.

  L'avis de Hydromielle

Partager cet article

Repost0

commentaires

Astrid 08/10/2008 17:03

Et bien, personnellement, ce n'est pas un livre que j'ai aimé ou plutôt, le genre de livre que j'apprécie. Heureusement pour moi, c'est le premier et le dernier que je lis dans cette catégorie. Je dois tout de même avouer que le début est très captivant, on a envie d'en savoir toujours plus. C'est un réel plaisir de lire mais après, n'en parlons pas =/ Bref, je préfère rester dans mon petit monde "rose" que de penser à ce genre de choses si perturbantes et angoissantes =)

sylire 08/10/2008 20:39


@Astrid : Merci de ta visite et de ton commentaire.
Moi, l'histoire ne m'a pas trop angoissée  mais si c'est le cas pour toi, je comprends que tu ne sois pas partante pour renouveler l'opération.


sylvie 06/09/2008 12:06

Je ne connais pas du tout non plus. Mais tu me tentes. J'ai beaucoup aimé la route... alors, je note!

sylire 06/09/2008 16:44


@Sylvie : tu fais bien !


Brize 04/09/2008 20:34

Un livre lu il y a longtemps et qui m'avait marquée.

sylire 05/09/2008 15:38


Merci pour ta visite Brize !


pom' 12/08/2008 09:30

j'ai adoré ce livre, du coup je note "la route", les avis lu par ci par là sur ce livre m'avait refroidi mais si il est de la même trempe qui celui de Harpman, je n'hésite plus.

sylire 12/08/2008 12:38


@Pom : à mon avis, "la route" est encore percutant...


Georges F. 08/08/2008 11:24

Je ne sais pas si ce livre est au niveau de ce que laisse imaginer le billet, mais je crois que je vais tenter l'expérience. Vous rendez-vous compte de la terrible respponsabilité que vous prenez là, Sylire  ?

sylire 08/08/2008 17:33


@Georges : je n'irai pas jusqu'à proposer de vous rembourser si vous n'aimez pas, tout de même...