Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 05:04

      
Traduit de l'américain - Belfond 2005 - 10-18 406 pages



Dans les années 70 à Kaboul, deux enfants sont liés d'amitié. Amir est le fils d'un riche commerçant,  Hassan son jeune serviteur. Leur amitié est sincère mais chacun garde son rang. Amir fait même du zèle jouant parfois de son statut, mais son camarade ne lui en tient pas rigueur. Un jour, par lâcheté, Amir trahit Hassan. Ce dernier lui pardonne mais leur relation est brisée à jamais. Quand bien des années plus tard l'occasion est donnée  à Amir de se racheter, il n'hésite pas longtemps, rongé depuis lors par la culpabilité. Exilé aux Etats-Unis, il accepte de retourner en Afghanistan et replonge dans son passé.
 Il découvre aussi ce qu'est devenu son pays.

 

L'histoire des deux garçons est très touchante, le livre est prenant et se lit d'une traite. Il est question de trahison, de culpabilité et de rédemption. Le destin de ces deux êtres est à la fois terrible et passionnant, tout comme celui de leur pays. Mais ce qui m'a séduite le plus, c'est le contexte historique et culturel de l'ouvrage qui balaye trente ans de l'histoire de l'Afghanistan. On assiste à la montée en puissance de l'intégrisme qui a précédé la chute de la monarchie. Les années suivantes sont marquées par l'occupation soviétique,  une guerre civile et comme si cela ne suffisait pas, l'instauration du terrible régime des talibans.

Comme Amir, Khaled Hosseini a quitté Kaboul après la chute du régime monarchique. Comme lui il a connu l'exil et le 11 septembre. C'est donc un peu de son histoire qu'il nous livre ici, ainsi que celle d'un pays qui n'a jamais quitté son cœur, celui de son enfance.

Un très beau roman à découvrir si ce n'est déjà fait.

 Le livre a fait l'objet d'une adaptation pour le cinéma. J'attends sa sortie en DVD.
 
 Nombreux sont les blogueurs qui ont lu ce livre et l'ont beaucoup aimé :  
 Florinette Anne  Solen Clochette
 Tamara n'a pas accroché.
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Kty 07/08/2009 23:40

oui, superbe roman.

Nicolas 13/06/2009 19:05

Quel bon roman: bien écrit, un grand coup de théâtre, rend bien compte de la vie en Afghanistant. Excellent!

Armande 29/08/2008 19:25

Je suis actuellement plongée dans la lecture de ce roman, prêté par un ami libraire. Il est difficile de ne pas avoir le coeur "remué" tant l'histoire des deux garçons est chargée en émotions. J'apprécie aussi dans le contexte actuel d'avoir des renseignements précis sur un pays dont on entend beaucoup parler mais qu'on connaît très peu.

sylire 29/08/2008 21:22



Oui, c'est LE livre à lire ces temps-ci pour comprendre un peu mieux les problèmes de ce pays qui fait parler de lui dans l'actualité du moment.



Grominou 22/08/2008 04:43

Pour moi aussi ça avait été un gros coup de coeur il y a trois ou quatre ans (je l'avais lu en VO, avant qu'il ne soit traduit).  Comme toi je l'ai apprécié à deux niveaux, l'histoire touchante des deux garçons et celle du pays, dont je ne connaissais à peu près rien!J'ai bien aimé le film, il m'a semblé fidèle au roman, autant qu'une adaptation peut l'être!

sylire 22/08/2008 18:13


@ Grominou : Nous sommes plusieurs à souligner les deux niveaux de ce livre. C'est ce que j'aime le plus dans les romans.


Jacques 21/08/2008 22:48

Il faut lire aussi - pour rester dans le pays - les hirondelles de Kaboul. Hallucinant par un écrivain super doué

sylire 22/08/2008 18:12


@Jacques :  j'avais lu de Yasmina Khadra "l'attentat". Grand auteur c'est vrai. Il faudra que je lise les hirondelles de Kaboul.