Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 23:23
  Gallimard 1998 -  Folio 241 pages

Après avoir beaucoup aimé  Hymne à l'amour et Jeune fille  l'an passé, je me suis plongée avec grand plaisir dans ce roman inspiré une nouvelle fois de l'histoire familiale d'Anne Wiasemsky. Son père, jeune prince russe, a fuit la Russie en 1919 avec ses parents. La famille avait  l'espoir d'y retourner un jour, mais l'exil s'est avéré définitif. C'est l'histoire de cette poignée de gens qu'elle évoque ici.

 

Le roman commence par une lettre d'un inconnu à une femme d'une quarantaine d'années. L'homme souhaite la rencontrer pour lui parler de sa famille russe et en particulier d'un grand-oncle dont le journal a été miraculeusement conservé. Peu encline à s'intéresser a ses racines elle accepte toutefois le rendez-vous et se laisse littéralement embarquée dans l'histoire que lui conte l'homme, au point d'accepter de l'accompagner en Russie sur les traces de ses ancêtres.

 

Par des extraits du journal du grand-oncle, nous découvrons la vie de la prestigieuse famille dans sa propriété de Baïgora. Nous partageons par alternance les pensées de Nathalie, sa jeune femme, attachante et très moderne pour l'époque. Nous découvrons une noblesse russe avide de culture française, qui mène une vie gaie et raffinée tout en sentant la révolte gronder autour d'elle.

 

Captivant d'un point de vue historique, ce livre mêle la petite et la grande histoire. Il en émane une douce nostalgie qui nous fait quitter les personnages à regrets... 

"Il ne reste rien de Baïgora, mais les lieux et les personnes existent tant qu'on pense à eux. Quelque chose de ce qu'ils ont été palpite encore et me les rend mystérieusement proches"

 Un grand merci à
Anne pour cette découverte.
 
Allie a beaucoup aimé elle aussi.

Partager cet article

Repost0

commentaires

p36f0smvdm 02/12/2019 23:45

Bill, fixed that.

anjelica 14/09/2008 18:54

j'ai un autre livre de cette auteure qui m'attend dans ma PAL depuis des années...

arlette 13/09/2008 23:25

Il semble que le charme slave agit sur le  lecteur donc je n'hésiterai pas à me laisser tenter !

sylire 14/09/2008 10:40


@Arlette : c'est le genre de livre qui a toutes les chances de te plaire :-)


Bifidus inactif 13/09/2008 18:45

Oui, je voulais dire le premier que j'ai lu!

Loula 13/09/2008 14:47

Bonjour!Pendant mes vacances, j'ai enfin lu TS de Fabrice Vigne et je l'ai trouvé très bien! J'espère trouver le temps d'en parler prochainement sur mon blog, même si "Les Giètes" reste mon préféré, peut-être parce que le premier?

sylire 13/09/2008 16:54


@Loula : je ne sais pas dire lequel j'ai préféré. Peut-être tout de même "les giètes".. Ts était son premier roman.