Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 23:14


Editions Le passage - 2009 - 316 pages

Un professeur de français, visitant le camp de concentration de Buchenwald avec ses élèves, se trouve face à la photo d’un homme qui ressemble étrangement à son propre père. Le besoin de savoir QUI est cet homme s’impose à lui. Au terme d’une enquête approfondie qui le passionne tout autant qu’elle le bouleverse, il comprend enfin d’où provient la violence qu’il contient avec peine depuis sa plus tendre enfance.

 

Des romans évoquant la shoah, j’en ai lu beaucoup. J'ai pourtant de plus en plus de mal à faire face à l'horreur absolue. Le passage évoquant le camp de concentration de Buchenwald est extrêmement fort. Sa lecture m’a coûté, je dois l’admettre. J’ai toutefois classé le livre dans mes coups de cœur car il forme un tout passionnant. C’est un roman qui mêle la petite et la grande histoire, permettant de rendre moins abstraite cette terrible page de l’histoire. L’enquête familiale, habilement menée, humanise le récit. Il m’aurait été encore plus pénible, sans cela, de lire le passage racontant la descente aux enfers de l’homme de la photo. Passionnante aussi, l’enquête sur les nazis et le parallèle entre violence individuelle et collective.
 

Récemment j’ai eu un autre coup de cœur pour un livre évoquant la shoah : "le remplaçant" d’Agnès Desarthe. J’ai relevé quelques points communs entre les deux livres. Tous deux sont écrits par des membres de la troisième génération, subissant les séquelles de l’histoire familiale de façon insidieuse. Leur comportement, leur caractère, leur façon d’aborder la vie sont conditionnés par un lourd héritage. La page n’est pas tournée, ils ont besoin de trouver des réponses aux questions qu’ils se posent. Dans "L'origine de la violence", un membre de sa famille conseille au narrateur de ne pas remuer le passé pour ne pas s'y perdre, mais on comprend vite que pour lui, la démarche est vitale. 
 

Un roman intelligent et percutant sur le sujet hélas inépuisable de la violence humaine.


   Clarabel ; Papillon et Lily ont beaucoup aimé
   Anne et Yv beaucoup moins.
Lu pour le 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

choupynette 11/05/2010 16:06



me voilà donc renseignée, je note!!



yueyin 16/06/2009 18:07

Comme toi j'ai beaucoup de mal à faire face à l'horreur absolu des camps et même un coup de coeur de ta part ne suffirait peut être pas à me décider... mais on ne sait jamais... le hasard :-)

sylire 17/06/2009 22:07


@yueyin : tu as dû voir plusieurs coups de coeur pour ce livre en faisant ton tour. Cela t'aura peut-etre convaincue ?


Nanne 13/06/2009 20:45

C'est un livre que je lirai sans doute cet été, au repos, mais qui me paraît beaucoup plus dur et âpre que "Si c'est un homme". J'ai lu sur d'autres blogs que "L'origine de la violence" a reçu le prix Orange et c'est une excellente nouvelle ! C'est le genre de livre dont on ne peut pas faire l'impasse si on s'intéresse à cette période, le vécu de ses personnes et l'impact sur les générations suivantes. Ces ouvrages sont indispensables pour tenter d'approcher la réalité d'une monstruosité à visage humain.

sylire 14/06/2009 10:52


@Nanne : c'est un livre qui certainement te passionnera. Il y a effectivement des passages très difficiles à lire mais comme je l'explique dans mon billet, ce n'est pas ainsi du début à la
fin, il a a une histoire d'amour, une histoire familiale aussi en toile de fond.


Lilibook 08/06/2009 16:01

Ce livre doit être très très intéressant malgré la dureté du sujet. C'est vrai que c'est toujours douloureux de se lancer dans la lecture de livres retraçant ces périodes historiques très difficiles mais je trouve qu'après lecture on en ressort autrement, avec quelque chose en plus (je ne sais pas comment m'exprimer mais j'ai toujours envie de fermer le bouquin pour ne pas imaginer ttes les horreurs commises mais j'ai envie aussi de poursuivre la lecture parce que ça s'est passé et que des gens l'ont vécu, c'est un peu une lecture en mémoire de...)

sylire 10/06/2009 21:43


@Lilibook : c'est tout à fait mon ressenti. Je voudrais parfois pouvoir oublier toutes ces horreurs mais je me refuse à faire l'autruche.


Cécile2Quoide9 08/06/2009 08:44

Ce livre avait été offert par Le Passage à un participant au DLE organisé à l'occasion du salon du livre. Je l'ai récupéré lors d'un DLE suivant et je compte bien le lire d'ici peu

sylire 10/06/2009 21:41


@Cécile : j'attends donc ton billet !