Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 16:45

José Corti - 2008 - 325 pages (collection Merveilleux N° 37)

Ils sont trois à faire vivre cette histoire. Le plus âgé s’appelle Giacomo. C’est un vieux clown blanc qui ne s’est jamais remis de la mort précoce et accidentelle de sa mère. Son cirque, c’est toute sa vie. Mais sans descendance, sa vieillesse lui pèse chaque jour un peu plus. Le môme, c’est un enfant sauvage. Il s’est élevé tout seul dans un terrain vague, sans vraiment souffrir de la situation jusqu’à ce qu’on le découvre. La femme grise est morne et triste, elle n’a jamais été aimée et n’a connu le bonheur que durant quelques heures de sa vie…

 

Ces personnages ont pour point commun d’être plongés dans une solitude qu’ils n’ont pas choisie. Il a manqué à chacun d’eux l'affection ou la présence d’une mère pour s'épanouir. Mais ils possèdent, quelque part en eux, la capacité à aimer et à être heureux. Le hasard leur donnera un premier coup de pouce vers le bonheur, la magie du cirque fera le reste…

 

Le personnage auquel je me suis le plus attachée est le môme. Sa passion pour la peinture est extraordinaire. J’ai pensé à l’enfant bleu d’Henri Bauchau. Comme lui, le môme exprime ses joies et ses peines par le biais du dessin et grâce aux couleurs qu’il utilise en fonction de ses états d’âme.  L’histoire du môme n’est pas vraiment crédible mais peu importe, nous sommes dans le registre du conte.

 

Je trouve à ce roman de grandes qualités, mais je ne peux passer sous silence ses longueurs, notamment dans la dernière partie : trop de redondances et de retours arrière qui donnent au lecteur (à moi du moins) l’impression de tourner un peu en rond. Il n’en reste pas moins que c’est très jolie histoire dont on ressort charmé. Un mot sur l’écriture, poétique et très imagée. On quitte le roman la tête pleine de couleurs et le nez rempli de parfums sucrés...

 

Un premier roman très prometteur.

 

Sur le site de l’éditeur José Corti, Tatiana nous présente son parcours (ici) : elle a fait des études de psychologie, divers stages en psychiatrie et écrit depuis toujours des contes, des nouvelles, des poèmes.

  L'attente du soir a obtenu le Prix Roblès 2009 

  Les avis de Cathulu , Dominique, Anne, Michel, Papillon, Caroline

  Lu pour le 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Arlette 20/06/2009 12:42

Je suis bien tentée par ce titre !

sylire 20/06/2009 22:31


Il devrait te plaire Arlette


Hambre 17/06/2009 19:15

Il ne m'attire mais bon merci quand même pour ton billet ma tit' Sylire !!!

yueyin 16/06/2009 18:04

Je refais le tour des selectionnés du prix Landernau :-), une manière comme une autre de fare son marché :-))

sylire 17/06/2009 22:06


@Yueyin : j'espère que les nos billets auront su te convaincre !


Anne 15/06/2009 17:33

J'ai réfléchi en lisant ce billet sur les 3 personnages. C'est étrange ma préférence n'allait à aucun. Je les ai aimés autant. C'est rare.

sylire 16/06/2009 07:01


@Anne : quand il y a un enfant ma préférence va vers lui bien souvent


lael 15/06/2009 12:16

un roman qui semble très beau

sylire 16/06/2009 06:57


@Lael : oui, c'est un roman a déguster tranquillement, une belle découverte.