Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 17:24

 

null

 

Buchet Chastel - Mai 2009 - 464 pages

 

Ce roman que l’on peut qualifier d’historique nous ramène au 17ème siècle, d’abord en Afrique puis au Brésil. Certains personnages sont imaginaires, d’autres ont existé. C’est le cas de Zumbi, qui donne son nom au roman  (Zumbi Dos Palmares fut le chef d’un groupe d’esclaves insurgés qui créa le royaume autonome des Palmares vers 1670.)

 

Au tout début de l’histoire, Semba, le  héros du roman, est fait prisonnier par un négrier portugais installé au Brésil. Au terme d’un trajet en bateau absolument terrifiant il arrive à Rio, où l’attend sa vie d’esclave (est-ce une vie ?). Commence alors un véritable enfer pour Semba et ses compagnons d’infortune : battus, humiliés, travaillant sans relâche à des travaux exténuants, ils sont moins bien considérés que les animaux par l'aristocratie bresilienne. Le jeune Semba ne rêve que de liberté. Au péril de sa vie, il s’échappe pour tenter de rejoindre la forêt de la Barriga où se cache le royaume créé par le célèbre Zumbi…

 

Jean-Paul Delfino ne nous épargne rien du traitement réservé aux esclaves. Certains passages m’ont terriblement coûté, la cruauté humaine ne cessera jamais de m’horrifier. Mais il ne faudrait pas que cela vous dissuade de découvrir ce livre, qui se lit comme un roman d’aventure (on y parle d’amour et d'amitié, aussi). On tremble avec Samba, on souffre avec lui. On partage sa révolte et son euphorie quand il parvient s’enfuir pour rejoindre le royaume créé par Zumbi. Je n’avais jamais entendu parler de cette expérience communautaire vécue par ces esclaves insurgés. Cela m’a beaucoup intéressée.

 

C'est la quatrième fiction que Jean-Paul Delfino consacre au Brésil et je ne serais pas surprise qu’il y en ait une cinquième, la fin de Zumbi le laisse entrevoir. Je n’ai pas lu les deux premiers opus mais j’avais lu et beaucoup apprécié le troisième : « Samba triste ». Il me reste à lire « Dans l’ombre du Condor » et « Corcovado »...

 

A l’heure de la rentrée littéraire, il serait dommage d’oublier les livres parus au cours du 1er semestre 2009 et qui risquent de voir leur vie écourtée si personne n’en parle. Celui-ci en fait partie

L'avis de DDA de biblioblog, qui partage mon avis sur la qualité de ce roman

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Agathe 24/09/2009 18:28


Bonjour,
s'il s'agit de 4 livres relatant l'histoire, la compléxité et la beauté du Brésil, Zumbi est différent des 3 premiers. On retrouve avec plaisir l'écriture subtile et envoutante de Delfino , mais
les personnages ont changé...
Il peut donc parfaitement être lu en premier.
Au contraire, pour apprécier toutes les sensations partagées dans les trois premiers tomes, mieux vaut les lires dans l'ordre...
Des petites merveilles pour tous les amateurs de voyages, d'Histoire et de passions...
Agathe
Bonne lecture :-)


sylire 24/09/2009 18:58



Merci pour cet éclairage intéressant, Agathe !



Gangoueus 11/09/2009 23:10

Merci pour cette découverte! Je viens de lire un roman assez proche écrit par un auteur togolais Kangni Alem. Je note la référence, ce serait intéressant de noter les différences au niveau du traitement...

sylire 12/09/2009 12:51


@Gangoueus : merci pour ta visite. Je suis allée voir ton blog que je ne connaissais pas et j'ai vu que tu t'intéressais à l'Afrique. J'ai lu ton billet sur l'Africain. Belle
lecture.


Marie 31/08/2009 23:43

Une lecture qui me parait bien intéressante, surtout du point de vue historique. Mais j'attendrai une période plus propice pour découvrir un roman qui me paraît vraiment dur et pessimiste...

sylire 03/09/2009 17:37


@Marie : il n'est pas pessimiste du tout même si son sujet est difficile. Il y a beaucoup d'espoir, l'espoir d'une vie meilleure, d'un monde plus juste.


chiffonnette 31/08/2009 09:03

Il me fait assez envie celui-ci! Mais je vais me livrer d'abord à quelques lectures plus légères! La livraison rentrée littéraire a été assez... dure!

sylire 03/09/2009 17:38


@Chiffonnette : si tu as soif de légereté il vaut mieux attendre un peu effectivement.


Stephie 29/08/2009 20:10

Voilà un livre qui me plaira sans aucun doute, je le note et le fluote d'entrée.

sylire 29/08/2009 23:33



@Stephie : il en vaut la peine.