Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 00:09
                             
C'est grâce aux avis élogieux du club des bloggueuses : Cuné   Lisa   Camille   Frisette  Chimère que j'ai eu envie de lire cet excellent roman. 
Quelques mots sur l’auteur :
Jeffrey Eugénides est connu principalement pour son premier roman « Virgin Suicide », porté à l’écran par Sofia COPPOLA. Middlesex est son second roman, écrit neuf ans après le premier, et pour lequel il a obtenu le prix Pulizer en 2003.
L’histoire :
Le narrateur, hermaphrodite, nous raconte son histoire. Une histoire peu banale dans le sens où elle démarre par un inceste. Ses grands-parents étaient frère et sœur. Ils sont nés dans un petit village de Grèce qu’ils ont été contraints de fuir, tout juste adultes, en raison de l’invasion turque de 1922. A l’adolescence, une certaine attirance les pousse l’un vers l’autre. Cet amour se concrétise sur le bateau les menant vers leur nouvelle vie aux Etats Unis. Ils choisissent alors de se marier. L’histoire ne s’arrête pas là, puisque le fils né de leur union se marie par la suite avec une cousine. Deux générations plus tard, la conséquence de cette consanguinité se manifeste sous la forme d’une anomalie chromosomique dont notre narrateur est la victime.
Mon avis :
D’un point de vue historique, ce livre est absolument passionnant : l’effroyable incendie de Smyrne en 1922, les débuts de l’industrie de l’automobile à Détroit, la grande dépression, la prohibition, les émeutes raciales des années 60… On vit ces évènements aux côtés de la famille Stéphanides et au rythme de leur vie quotidienne.
Le dernier tiers du livre est consacré aux problèmes d’identité sexuelle de la jeune Calliope puis du jeune Cal quand, à l’adolescence, notre narrateur découvre qu’il est « plutôt » un garçon. Sans aucune vulgarité, sur un sujet plutôt scabreux, Eugénides évoque de façon très précise les aspects médicaux et psychologiques de l’hermaphrodisme.
On ne s’apitoie pas sur le sort de ce personnage qui ne se laisse jamais aller et aborde ses problèmes avec une grande lucidité mais également beaucoup de distance et d’humour. Sa capacité d’adaptation est impressionnante. Elle est égale à celle des  parents et grands-parents, confrontés eux-mêmes dans leur vie à des difficultés d’intégration.
Les nombreuses références mythologiques donnent à l’histoire une dimension supplémentaire.
Ce n’est pas facile, en quelques lignes, de donner l’essentiel d’un livre de 680 pages aussi riche que celui-ci. J’espère toutefois vous avoir donné envie de le rajouter à votre LAL.
.
Un excellent roman.

Partager cet article

Repost0

commentaires

beatrix delarue 11/02/2007 14:29

Je tacherai aussi de le lire, tout le monde à l'air très emballé ..c'est un sujet difficile mais interessant.

sylire 11/02/2007 15:27

Oui sincèrement il en vaut la peine Béatrix ! Je pense que cela pourrait te plaire.

Caroline 10/02/2007 11:30

Un roman qui semble extraordinaire au vu des nombreuses critiques élogieuses. Ta critique me conforte dans l'envie de le lire.

sylire 10/02/2007 18:29

Caroline : Le mot extraordinaire convient parfaitement car ce livre sort vraiment de l'ordinaire. Il faut oser écrire un roman avec comme personnage principal un hermaphrodite et bien du talent pour parvenir à en faire un chef-d'oeuvre.

jos du livrophile 10/02/2007 10:19

C'est clair que le sujet peut rebuter, c'est sûr que ce n'est pas un roman conformiste, mais quelle leçon d'écriture! Un pavé qui se lit d'une traite, une aventure humaine extraordinaire. Merci Monsieur Eugénides !

sylire 10/02/2007 10:24

jos tu as parfaitement résumé l'esprit du livre !

yueyin 09/02/2007 09:27

objectif atteint Sylire... J'avais déjà lu quelques bonnes critiques mais ta présentation achève de me convaincre.. en plus pour des raisons personnelles, les détails que tu donnes sur le cadre et l'origine me touchent beaucoup... merci !

sylire 09/02/2007 13:29

Je pense que tu ne seras pas déçue  Yueyin !

Bellesahi 08/02/2007 21:54

Je l'ai lu il y a quelques temps sur les conseils de mon libraire préféré et j'ai beaucoup aimé ce livre.

sylire 09/02/2007 13:28

Merci d'être passée par ici Bellesahi. Je prendre le temps de découvrir ton blog