Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 23:00
 
Editions Maurice Nadeau
 
 
 
Ce livre fait partie de la sélection du
 Sylvie Aymard est née en 1954 à Paris. Elle vit aujourd'hui en Bourgogne. "Courir dans les bois sans désemparer" est son premier roman. 
*
L'histoire :
Seule, dans une maison perdue au milieu d'une sapinière abandonnée, une femme écrit, marche dans les bois, songe à mourir. Elle revit son histoire.
Dans les années cinquante, elle grandit dans un milieu ouvrier. Elle n'est pas vraiment malheureuse mais ne trouve pas sa place. Le modèle familial qu'elle a sous les yeux ne lui convient pas. Elle rêve d'une autre vie.
"Le handicap pour les enfants c'est qu'au début ils n'ont qu'un modèle : leurs parents. Ce fut une chance pour moi. Je partis le plus vite possible voir ailleurs".
Mais l'apprentissage d'un autre milieu social que le sien, ne se fait pas du jour au lendemain. Simple dactylographe, sans le bac, elle se sent mal à l'aise dans les milieux intellectuels, de gauche comme de droite. Elle n'a ni les manières, ni la culture pour s'intégrer :

"Ils parlèrent de Maïakovski, ça leur prenait d'un seul coup. Tout le monde y allait de son savoir. Je ne connaissais pas la poésie soviétique. On me demanda mon avis sur le suicide. Que dire de nouveau sur un sujet inconnu ? Je caressai le chien. J'aplatis ses oreilles avec vigueur. Atteinte, aveuglée, affaiblie, je me levai de table pour aller respirer sur le minuscule balcon donnant sur les étoiles.

Je fis la vache qui regarde les trains, sans volonté, avec une bouse étoilée collée au derrière. Je ne me souciai pas de mon image. Tous me voyaient de dos avec la trace de la culotte sous le pantalon."

Un jour pourtant, une rencontre la révèle à elle-même. Il s'appelle Nathan et elle tombe follement amoureuse de cet homme qui la regarde autrement. Quelques années de bonheur lui sont alors offertes. Elle s'épanouit, passe son bac pour se décomplexer… La vie lui sourit.
Malheureusement, la chance tourne et son amour lui est volé, la laissant seule et désespérée :

"j'étais seule. Sans liberté, sans projet. Tant d'années avant de rencontrer l'amour et quelques instants pour qu'il meure comme un chien qu'on écrase".

*

 

 

Mon avis :
Ce récit semi-autobiographique m'a émue, mais aussi amusée. Le ton est tragique quand la jeune femme parle de son amour perdu, mais léger et drôle quand elle évoque la dactylo complexée ou la rencontre avec le  milieu hippie. L'humour est grinçant.
La lente construction de cette femme, puis sa reconstruction après l'épreuve qui l'a anéantie, m'ont touchée. Tout le monde n'a pas la chance de naître dans le milieu social qui lui correspond. En sortir et trouver le bonheur n'est pas si simple. Et quand on y parvient, rien n'est gagné pour autant, la vie joue parfois de mauvais tours.
Heureusement, l'être humain possède des ressources qu'il ne soupçonne pas lui-même et qui lui permettent de continuer son chemin...
*
 L'avis moins enthousiaste de JOËLLE
*
Un premier roman à tenter, si vous aimez les récits intimistes.
*

Partager cet article

Repost0

commentaires

Delphine 07/05/2007 23:30

Ce livre fait également partie de la sélection du Prix des lecteurs angevins. J'adore le titre mais le résumé ne me tente pas même si tu parles très bien de ce livre. Pourtant, j'aime les romans intimistes...

sylire 08/05/2007 11:34

Delphine : Je suis allée voir la sélection pour ce prix. C'est la sélection du prix inter-ce, donc la même que le prix auquel je participe. Il y a plusieurs prix pour une même sélection. Participes- tu au prix en tant que lectrice ?

Anne-Sophie 24/04/2007 22:51

J'avais très envie de le lire depuis son passage chez Ferney et finalement, je suis passée à autre chose... Sais-tu qu'elle a déjà obtenu un prix cette année?J'ai fait un commentaire sur la Lettre à MAurice Nadeau de Fillaire, l'éditeur de Sylvie Aymard. Si le coeur t'en dis...

sylire 24/04/2007 23:27

Oui elle a obtenu le prix des espaces librairies LECLERC.
Je  lirai ton l'article Anne-Sophie !

yueyin 23/04/2007 23:27

tu en parles bien de ce roman mais il a l'air triste, à garder pour un moment où ça va à peu près :-)

sylire 24/04/2007 12:37

Yue Yin : Certains passages sont tristes, d'autres non et la fin est optimiste. Je pense donc qu'on peut le lire à tout moment.

Joelle 23/04/2007 21:46

Je ne peux pas trop te dire ce que les gens de mon club lecture en pensent car nous avons décidé au tout début de ne pas parler des romans du prix CEZAM tant que la majorité des personnes ne les auraient pas lu. Donc je ne sais pas du tout ce que ceux qui l'ont lu en ont pensé !

Florinette 23/04/2007 18:23

Je ne sais pas... j'hésite...mais j'ai quand même peur d'être trop déçue, non c'est décidé, je passe mon tour ! ;-)Bonne soirée Sylire !

sylire 23/04/2007 20:05

Je ne peux pas conseiller ce livre les yeux fermés vu le ressenti de Joelle et de certaines personnes de mon comité de lecture, mais moi j'ai aimé. Bonne soirée Florinette !