Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 23:00
Editions de l'Aube (format poche) 206 pages
 
L'histoire :
 
Au début du roman, on fait la connaissance d'Amina, une jeune algérienne qui vit avec ses parents dans un petit village ou le "qu'en dira t'on" régit les vies. Elle décide de s'enfuir pour ne pas se marier avec l'homme que ses parents ont choisi pour elle. Quelques temps après, on la retrouve dans un camp de réfugiés ou sont accueillis les victimes d'un tremblement de terre. Elle prétend avoir tout oublié de son passé et commence une nouvelle vie. Mais un jour une femme arrive au camp. Elle cherche sa fille et la reconnaît sous les traits d'Amina. La jeune fille accepte de suivre l'inconnue jusqu'à sa maison, mais ne reconnaît pas les lieux, pas plus qu'elle n'a reconnu la femme.
 
Mon avis :
 
Régulièrement, tout au long du roman, la jeune fille s'adresse à nous lecteurs. Mais il nous faut attendre la fin du roman pour comprendre qui est cette jeune fille et quel mystère qui se cache derrière ses identités multiples. La construction du roman est complexe. Il faut accepter d'avancer dans le roman sans savoir où on va, comme le fait la jeune fille pour affronter son passé.
Ce livre est l'occasion pour Maissa Bey d'aborder des sujets qui lui tiennent à cœur : la question de la liberté des femmes en Algérie tout d'abord, sujet qui lui est familier puisqu'elle se bat au quotidien contre les mentalités archaïques de son pays. Elle dénonce aussi les autorités qui ferment les yeux quand se construisent des bâtiments incapables de résister aux tremblements de terre. Elle s'indigne face aux comportements fatalistes lorsque des catastrophes naturelles brisent des vies :
 "Une vie, deux vies, dix vies, des centaines de vies, c'est rien pour eux ! Une femme, un enfant, une mère, une épouse, un fils, c'est rien, c'est rien du tout".
 
J'ai trouvé dans ce roman la femme sensible et déterminée que j'ai eu la chance de rencontrer lors de la présentation de son roman "bleu, blanc, vert"  (ICI). Une femme qui se bat pour son pays et qui nous aide à le comprendre.
 
Une romancière algérienne qui mérite d'être lue.

Partager cet article

Repost0

commentaires

arlette 23/02/2009 20:05

J'ai lu ce livre en attendant bleu blanc vert qui a enthousiasmé mon amie Christiane .  J'ai aimé cette écriture comme une révolte de femme . Je l'ai lu d'un trait Bises

nathalie 08/10/2007 15:20

Hum, il doit être bien ce livre, je le note !!!! Bises

antigone 03/10/2007 16:19

C'est noté Sylire. L'histoire m'attire et j'aime les styles un peu compliqués.

sylire 03/10/2007 21:25

Moi aussi Antigone, à telle point que je me demande si je ne suis pas tordue moi même !

Gambadou 02/10/2007 21:53

Le thème a l"air vraiment intéressant mais je ne suis pas sûre que le style d'écriture me plaise...

sylire 02/10/2007 22:15

C'est vrai qu'il est particulier et c'est pour cela que je l'ai souligné. Il faut accepter de ne pas tout comprendre tout de suite.

mammig 02/10/2007 14:46

je note je n'ai lu aucun des livres de cette auteur. J'ai lu hier le café de l'excelsior, j'ai beaucoup aimé. :-)

sylire 02/10/2007 22:14

Je te conseille d'aller si voir à Dialogues si tu le peux. Elle est passionnante à écouter.
Pour le "café de l'excelsior", on en a parlé tout à l'heure -:)