Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 23:14
Gallimard - 168 pages
Dans ce roman, Anne Wiasemsky évoque des épisodes de son enfance, bercée par la célèbre chanson d'Edith Piaf l'hymne à l'amour.
Avec nostalgie, la romancière se souvient de son père, mort trop tôt, alors qu'elle était encore adolescente. Elle se souvient de sa maladie, terrible moment pour tous, mais aussi de sa joie de vivre avant qu'il ne tombe gravement malade. C'est avec beaucoup d'émotion qu'elle parle de cet homme, trop peu connu, mais tant aimé.
Elle se souvient de sa mère écoutant en boucle l'hymne à l'amour après un chagrin d'amour qui l'avait brisée. Le couple qu'elle formait avec son père était "libre", chacun vivant ses amours de son côté.
De très belles pages sont également consacrées à Madeleine, la baby-sitter. Elle était jeune, jolie et dévouée. Elle fredonnait souvent l'hymne à l'amour. Anne et son frère l'adoraient. Elle s'occupait d'eux quand leurs parents s'absentaient, trop souvent, pour vivre leur vie d'adulte.
La dernière partie du livre est consacrée à la rencontre avec Maud, la maîtresse de son père. Leur chanson fétiche à tous deux était aussi la chanson de piaf…
 
C'est un livre très personnel. Avec beaucoup d'émotion, Anne Wiasemsky nous fait partager des souvenirs très intimes. Comme beaucoup d'enfants, elle a connu des joies et peines. Et c'est avec beaucoup de talent qu'elle parvient à trouver les mots justes pour parler de cette période de sa vie qui ne date pas d'hier, mais dont le souvenir paraît être resté intact dans sa mémoire. J'ai particulièrement aimé les pages consacrées à son père. Quel bel hommage ! Il n'était pas parfait, certes, mais ses défauts sont évoqués avec tant de tendresse.
 
J'aime beaucoup l'écriture mélancolique de la romancière et il me tarde de continuer à explorer son œuvre.
 
Je remercie Alice de m'avoir si gentiment prêté ce livre, sachant d'avance qu'il me toucherait.
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

nathalie 14/10/2007 09:28

Oui, c'est un livre inoubliable qui laisse une certaine empreinte ... Bon dimanche ! Bises

chiffonnette 10/10/2007 21:11

Zut! Je l'ai laissé échappé aujourd'hui en occasion! Pas de chance! Je le renote!

sylire 10/10/2007 21:18

Oui pas de bol Chifonnette ! Car il semble faire l'unanimité.

tTietie007 10/10/2007 17:06

Cerdan-Piaf, tragique amour !

sylire 10/10/2007 20:38

Oui , magnifique et tragique...
Merci de ta visite tTiete007

nathalie 08/10/2007 15:16

J'ai lu ce livre, il y a plusieurs années déjà mais j'en garde un fameux souvenir ... Ce livre m'a bien plu, en effet ! J'aime aussi beaucoup l'écriture de cette auteure ... Bises

sylire 08/10/2007 18:47

Je pense aussi que c'est un livre que je n'oublierai pas ! Bises Nathalie

Alice 07/10/2007 20:03

Contente qu'il t'ait plus pour moi c'est un livre fort, qui reste  son meilleurs roman je pense, en tout cas le plus déchirant, le plus passionnel, je ne suis pas d'accord avec Aude ce n'est pas doux, mais douloureux, oui comme le dit Gambadou c'est un livre qui touche l'intimité de la personne.Son premier roman Mon beau navire oui n'est pas très réussi c'est un 1er roman. Canine son 2ème en rapport avec la Anne Wiazemsky comédienne n'est pas complètement aboutit 3ème Marimé bien justement elle parle de Malagar qui a été vendu et propriété que l'on peut visiter. Anne Wiazemsky la très mal vécu la vente de cette maison donc elle en a écrit un roman (mini policier, enfin il y a une intrigue) cela se passe en Bretagne justement si mes souvenirs sont bons. C'est un petit roman sympathique. 4ème c'est celui là Hymne à l'amour, le 5ème "Une poignée de gens", elle a voulu exploré la veine russe du côté de son père car elle avait bcp parlé dans ses livres précédent de la famille Mauriac du côté de sa mère.Personnellement il m'en reste aucun souvenir. Et ensuite je n'ai plus eu envie de la lire. Son dernier me tente bien ...

sylire 07/10/2007 21:35

Merci pour toutes ses précisions Malice. C'est vrai qu'il y a de la douleur car elle a souffert de la disparition de ces personnes qu'elle aimait. Dans ma conclusion je parlais d'une écriture douce et nostalgique. J'ai retiré le mot "douce" car en y réféchissant bien, ce n'est peut-être pas le meilleur qualificatif , tu as raison.