Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 14:39
Editions Arléa -  2007
L'histoire :
La petite Marion vit seule avec sa mère dans le Paris de l'après guerre. Le papa est absent, il était allemand… La mère et la fille vivent une relation fusionnelle. Pourtant, peu à peu, leur relation se dégrade. La mère a des sautes d'humeur de plus en plus fréquentes, des comportements de plus en plus extravagants. Le nom d'une maladie est avancée : elle est maniaco-dépressive.
La petite fille, soutenue par ses grands-parents maternels et une tante dévouée, fait face tant bien que mal à la maladie. Les grands-parents adorent leur petite fille mais rejettent leur fille qui a "mal agit" pendant la guerre. Marion grandit, protégeant sa mère comme elle peut des autres et d'elle-même, au point de devenir la plus adulte des deux. Mais à l'adolescence, le fardeau devient de plus en plus difficile à porter, surtout quand l'hospitalisation de force en psychiatrie devient la seule solution…
 
Un extrait :
"Bien sûr qu'il va arriver quelque chose. Tu le sais et elle le sait. Et elle sait que tu le sais. Elle se donne un mal fou pour te cacher qu'elle va mal, que la chose grandit en elle, comme une bête qui serait là, tapie, silencieuse, aux aguets. Car, même si elle se fait pour le moment toute petite, elle est bien là, la folie, cette folie-là : c'est elle qui regarde parfois à travers les yeux de Fanny, elle qui laisse échapper une note discordante dans sa voix."
 
Mon avis : 
C'est un parcours très touchant que celui de cette petite fille, écartelée entre l'amour qu'elle voue à sa mère malade et le besoin vital de se protéger.
La quête des origines est douloureuse pour tout enfant de père inconnu. Dans le cas de Marion, cette quête est d'autant plus compliquée que sa mère lui ment plus ou moins inconsciemment. Il est difficile pour la jeune fille de démêler le vrai du faux.
Dans un tel contexte familial, il lui faut beaucoup de courage et d'intelligence pour arriver à l'âge adulte sans trop de séquelles !
 
Le roman est écrit à la deuxième personne du singulier, comme si la narratrice s'adressait à l'enfant puis à l'adolescente qu'elle était, de façon directe, sans se voiler la face. Cela donne un ton très particulier au livre. Les dernières pages, très belles, sont écrites à la première personne du singulier. Elle est maintenant adulte et le cauchemar est terminé…
 
J'ai lu, l'an passé, le premier roman de Marie Sizun "Le père de la petite". J'ai trouvé beaucoup de points communs entre les deux histoires : Le contexte historique de l'après-guerre, la relation fusionnelle entre une mère et sa fille, un père absent… On pourrait imaginer qu'il s'agit d'une suite, que la romancière n'a pas tout dit la première fois.
 
Une romancière à découvrir !
-
 Elles ont beaucoup aimé, elles aussi :
J'ai lu ce livre dans le cadre du Prix Inter-Ce

Partager cet article

Repost0

commentaires

akialam 03/09/2009 16:12

J'ai beaucoup aimé ce livre, reçu en prix d'un concours. C'est oppressant, et en même temps, j'aime la façon dont la fillette grandit pour prendre la pleine mesure de la maladie de sa mère.

mimi 18/08/2008 09:37

j'ai bcp aimé ce livre , le 1er de la sélection InterCe. Merci pour vos critiques qui permettent de se faire une idée du livre et encourage à lire. Bravo pour ce blog.

sylire 18/08/2008 19:20


@Mimi : c'est mon préféré à moi aussi. Merci pour les compliments qui me font bien plaisir !


sylvie 08/04/2008 13:59

j'ai noté la femme de l'allemand. Joëlle et toi en parlez très bien. C'est agréable aussi de voir des livres présentés dans le cadre du prix cézame et de rencontres avec l'auteur.

sylire 08/04/2008 21:58


@Sylvie : Je suis certaine que ce livre te plaira :)


yves 23/02/2008 20:21

dans ce livre, il me gène un peu, ce qui n'est pas forcément le cas dans d'autres livres. je trouve qu'il appuie trop sur le côté culpabilité, déjà assez présent dans le livre. Ceci étant, je trouve que La femme de l'Allemand est un très bon livre !

yves 19/02/2008 13:43

J'ai moi aussi beaucoup aimé le livre, néanmoins, j'ai une seule réserve : l'emploi de la deuxième personne de singulier. Ce "tu" me gène dans ma lecture et je trouve qu'il souligne beaucoup trop la part de culpabilité qu'éprouve la jeune fille narratrice vis-à-vis de sa maman. Cela reste pourtant l'un des deux meilleurs livres de la sélection à mon sens (j'ai toujours une petite préférence pour Canaille blues)

sylire 19/02/2008 19:09

@Yves : Je n'ai pas été gênée par le "tu" en ce qui me concerne.