Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 21:54


Rouergue 2009 - 109 pages

Dans ce récit, le narrateur évoque son père, Abd El Kader, né en Algérie en 1917 et aujourd’hui disparu. Avec émotion, le narrateur raconte ce père illettré qui travaillait dur pour nourrir sa famille. « Par le fruit de tes mains nous avons mangé, cheminé vers l’instruction. ». Il raconte avec pudeur la relation qu’il entretenait avec lui, une relation qui se passait de mots. Ce père, privé très jeune de ses parents, ne témoignait son affection que de façon maladroite. Le narrateur aurait aimé dialoguer avec lui, partager sa passion de la lecture, mais un fossé les séparait.

 « Tu regardais les rares livres qui traînaient chez nous, en évitant de les toucher, sans savoir ce qu’ils contenaient, ce qu’ils pouvaient contenir d’émotions et de troubles.

C’est triste une main d’homme qui n’a jamais tenu un livre entre les mains. »

Ce récit ne se résume pas à un très beau portrait de père. Il retrace avec intelligence et de façon captivante l’histoire coloniale et postcoloniale de l’Algérie, du point de vue d’un algérien qui vivait en France avant les « évènements », après avoir combattu sous le drapeau français durant la seconde guerre mondiale. Comme nombreux de ses compatriotes, le père d’Ahmed a collaboré à la reconstruction d’après-guerre, apportant ses mains et sa jeunesse à une France ravie de cette main-d’œuvre peu exigeante et bon marché. Mais dans les années soixante, retournement de situation,  les algériens sont mal vus, soupçonnés d’être des terroristes. Plus tard, c’est la crise économique qu’ils prennent de plein fouet. Confinée dans la cité d’une grande ville après avoir vécu à la campagne, la famille d’Ahmed doit également subir la montée en puissance du fanatisme religieux.

« Avec la religion brandie comme unique étendard, ces pasteurs anachroniques envahissent les cités essayant de rassembler derrière leurs formules simplistes de plus en plus de fidèles... Quand insouciants, sur les pelouses de la cité nous dansions sur le son des guitares électriques, personne n'imaginait qu'un jour nous en arriverions là. A coups de sentences, ces prédicateurs balayent nos certitudes, piétinent nos acquis. Pour eux nulle liberté de penser, nous n'avons pas lu le même livre. »

Les derniers chapitres sont consacrés à la mort du père et à son dernier voyage au pays, où il a voulu sa dernière demeure, loin des siens. S’ouvre pour son fils le temps des souvenirs et des regrets. C’est très fort…

 

nullUn récit sensible et intelligent servi par une très belle plume.

 


nullJ  Yv a beaucoup aimé aussi.

'J'ai lu ce livre dans le cadre du
Prix Inter-Ce. Cela commence fort...


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

saxaoul 16/02/2010 20:41


On retrouve le thème de la relation père-fils et aussi celui du rapport à la lecture dans "Si j'avais des ailes".


sylire 19/02/2010 18:42


@Saxaoul : je vais peut-être le rencontrer pour le prix inter-ce. Je m'en réjouis, c'est certainement quelqu'un de passionnant à écouter !


Emmanuelle Caminade 28/12/2009 17:12



Un livre dont la sincérité et la simplicité m'ont également  touchée et qui dépasse, tu l'as bien souligné,  le simple hommage rendu à un père. (J'en avais rendu compte sur mon blog ).


C'est un beau roman qui tente de retracer l'enfance et la jeunesse d'un père étranger à ses propres enfants . Une sorte de procès posthume à charge, mais surtout à décharge, instituant sans
colère mais avec dignité et tendresse un  dialogue qui jamais ne put avoir lieu ...


Un livre qui s'insère dans l'histoire coloniale et post-coloniale liant la France et l'Algérie et a le mérite de redonner une identité non seulement à un père mais à des générations anonymes
d'"indigènes" miséreux, de soldats sacrifiés et de travailleurs de force exploités...


 







e cm 29.7cm; margin: 2cm }
P { margin-bottom: 0.21cm }
-->

sylire 30/12/2009 22:23



@Emmanuelle : tu as parfaitement résumé tout le bien que je pense de ce livre...



Theoma 23/12/2009 18:54


Je ne peux qu'être sensible à cette histoire et à ton magnifique billet.


Finette 20/12/2009 12:43


Je ne l'ai pas encore lu celui ci mais il me tente beaucoup.
De la sélection, j'en ai lu 3.


Alex-Mot-a-Mots 19/12/2009 15:39


Un arrière fond historique intéressant. Je le note.