Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 17:56

 Les éditions de minuit - 62 pages - 2011

Ce court roman est librement inspiré d’un fait divers qui s’est produit à Lyon en 2009. Un homme a été tabassé à mort par un vigile, parce qu’il avait bu une bière dans un supermarché sans l’avoir payée.  Du fait divers, nous n’en saurons pas beaucoup plus. Le reste est imaginé par Laurent Mauvigner et retranscrit dans une longue phrase ou plutôt un extrait de phrase (ni majuscule de départ, ni point final). On ne sait pas bien qui est le narrateur mais on comprend qu’il s’adresse au frère de la victime. 

 

Laurent Mauvigner tente de reconstituer ce qui s’est passé entre le moment où les vigiles ont intercepté l’homme et le moment où il est mort sous les coups, dans une réserve. C’est un texte percutant et saisissant, qui ne peut laisser indifférent. Qui le serait face à un acte aussi lâche et absurde que celui-ci ?

 

Sur la forme du livre, je suis plus réservée. J’ai ressenti une sorte de malaise durant ma lecture. Cette longue phrase qui n’en finissait pas m’oppressait. C’est l’effet recherché par l’auteur et c’est efficace. Mais à titre personnel, je n’aime pas trop ces exercices de style. Ils me rendent la lecture fastidieuse, m’empêchant de me concentrer comme il le faudrait sur le fond. J’avais déjà eu ce ressenti au début de son précédent roman « des hommes ».  

 

L'avis de Incoldblog

Partager cet article

Repost0

commentaires

j1ikjpw6d9 03/12/2019 23:53

It works in heat: Because parchment can take indirect heat up to 425°F, you can bake cakes or roast meat and vegetables without fear.

Marie 19/05/2011 15:50



Je vais passer mon tour pour ce titre. J'ai envie d'un peu plus de légèreté en ce moment...


 



sylire 21/05/2011 22:18



@Marie : dans ce cas effectivement, mieux vaut lire autre chose !



In Cold Blog 12/05/2011 14:26



Pour ma part, j'ai trouvé que, plus que jamais dans ce texte, la forme et le fond étaient en parfaite synergie, l'un venant décupler l'effet de l'autre, et inversement (notamment cette sensation
d'oppression que tu soulignes). Après, je peux très bien comprendre les réticences exprimées dans les commentaires quant à l'écriture de Mauvignier qui est effectivement bien particulière, mais
il serait injuste, à mon avis, de la réduire à un simple exercice de style.



sylire 21/05/2011 22:18



@Incoldblog : j'ai peiné sur le style, ce qui m'a agacée mais mon billet est un peu injuste, je le l'admets !



Géraldine 10/05/2011 21:54



Je passe, à cause de la forme et non du fond.



Hazel 09/05/2011 21:15



Bonsoir,

   Le Hangar est une communauté littéraire et artistique qui a pour but de réunir des lecteurs, des amateurs d'art, des artistes et des écrivains en herbe à travers les différents
articles où se mêlent critiques littéraires, cinématographiques, musicales mais aussi - et surtout ! - vos créations : poèmes, nouvelles, mais aussi séries de photos, peintures, ou articles où
vous souhaitez partager ce que vous faites.
   Récemment, nous avons mis en place un nouveau concept, le "Mur des Créations" où, tout comme sur un "mur facebook", il vous est possible de publier vos textes en quelques clics !
Enfin, nous organisons des concours artistiques deux fois par an, avec des lots à la clé !
   En somme, Le Hangar est une véritable plateforme de partage et de découvertes dans laquelle nous souhaitons vous compter parmi nous. Venez nous visiter, http://le-hangar.com

Cordialement,

Hazel du Hangar.