Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 00:13

                                                    Editions Dialogues - 2012 - 118 pages    

   

les premières lignes : "Aux petites heures de l'aube, elle pleure en écoutant la respiration régulière de son enfant. Parfois, ses larmes silencieuses musèlent sa douleur et finissent par l'endormir comme une berceuse amère. Elle quitte toujours à regret le refuge illusoire de son sommeil aux mille cloisons mouvantes. Pour affronter le jour et ses contours finis. Le jour où ses yeux restent secs, sa voix ferme, ses gestes sûrs. Le jour pendant lequel elle revêt un habit qui n'est plus le sien, affiche un sourire emprunté au passé et s'interdit tout aveu de faiblesse".

Une femme et sa petite fille sont cloîtrées dans leur maison. Dehors, c’est le chaos. On ne sait pas trop ce qui s’est passé : catastrophe nucléaire ? guerre chimique ? Toujours est-il qu’elles sont assignées à résidence, sans le papa et la grande sœur, tous deux à l'extérieur au moment de la catastrophe. Méthodiquement, la maman organise leur survie, ne négligeant ni l’économie des ressources dont elles disposent ni l’emploi du temps de la petite fille, qu’elle veut le plus « normal » possible.

Cette organisation du quotidien permet de donner un cadre à ces journées angoissantes. L’amour pour son enfant insuffle à la femme la force de ne pas se laisser aller au désespoir. Ses états d’âmes, elle les garde pour la nuit. Quand elle a un moment à elle, la jeune femme consigne ses pensées et ses souvenirs dans un cahier. Elle avait toujours rêvé d’écrire mais n’avait jamais eu le temps de s’y atteler, elle ne laisse pas passer l'occasion. Les moments qu’elle consacre à sa fille sont intenses, l'exploration de son monde intérieur l’est tout autant.

Ce livre m’a fait penser à « la route » de Mac Carthy en mois angoissant peut-être. L'homme et l'enfant de "la route" marchent au milieu de nulle part, confrontés sans cesse au danger tandis que la femme et son enfant sont en relative sécurité tant qu'elles ne quittent pas leur maison. On sent toutefois au fil des pages que l’étau se resserre et que le plus pénible est à venir...

Les phrases sont toutes aussi belles et profondes les unes que les autres. Il est notamment question de l'amour maternel et de la force qu'il donne pour affronter le pire. La jeune femme réfléchit à sa propre vie, aux valeurs qui étaient les siennes avant le chaos. Si elle sort vivante de ce cauchemar, elle ne sera plus la même. Plusieurs blogueuses ont souligné la beauté de l'ouvrage en tant qu'objet. Je le confirme. J'ai beaucoup aimé la pagination aérée qui permet au lecteur de s'accorder des pauses pour une réflexion personnelle qui s'impose, face à un texte aussi fort.

Un très bon premier roman...

Les avis de : Clara, Canel, Manu, Stephie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lilibook 22/03/2012 12:54


Il m'a l'air très bien ce roman, c'est noté !!

Midola 21/03/2012 17:04


Je viens de le terminer et je ne peux m'empêcher de penser qu'il s'agit d'une pâle copie de McCarthy. Mais faut avouer que La Route est l'une de mes lectures les fortes.

sylire 21/03/2012 23:31



@Midola : La route est un cran au dessus c'est incontestable. La route est pour moi un chef d'oeuvre ! Mais je ne vois pas celui-ci comme une copie. Ils sont tout de m^eme
différents.



Karine:) 19/03/2012 02:13


Ca me fait peur, ce genre de thème.  Je sais que je manque des bons romans mais je pense que je ne peux juste pas... je vais angoisser. 

sylire 21/03/2012 23:28



@karine : dans ce cas, ne le lis pas. Il y a tant à lire ! Il ne faut pas se forcer.



Malice 16/03/2012 08:34


Personnellement en commençant ce livre je n'avais pas trop accroché et mis le livre de côté pour plus tard ! Puis en lisant ton billet, le rapprochement avec la "Route", un univers froid et
angoissant cela n'est absolument pas pour moi. Pourtant j'aime cette maison d'édition qui m'a toujours proposés des ouvrages intéressants. Bref, c'est en lisant les commentaires de ton billet que
j'ai remis mon exemplaire à ICB. Alors merci pour ton billet sur ton blog 

sylire 18/03/2012 10:50



@Alice : comme tu as bien fait de donner une seconde chance à ce livre ! Je suis ravie d'avor servi de déclancheur à l'opération . J'attends maintenant son billet !



Géraldine 15/03/2012 21:33


Je vois ce livre sur pas mal de blog mais n'en avais encore lu aucun billet. C'est donc fait, je sais désormais de quoi ce livre parle et je me dis pourquoi pas. Je note donc !

sylire 15/03/2012 21:46



@Géraldine : la couverture attire l'oeil et le contenu ne déçoit pas.