Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 23:43

10-18 (Philippe Rey 2011) - traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Pascal Haas - 501 pages

maynard.JPGLa carrière officielle d'écrivain de Joyce Maynard commence en 1972. Elle a 18 ans et vient d'écire un article dans le New York Times, suscitant l'admiration des lecteurs du journal, notamment celle de J.D. Sallinger avec lequel s'instaure une relation épistolaire. Quand ils se rencontrent "pour de vrai", Joyce est séduite par cet homme charismatique, plus âgé qu'elle de 35 ans. Laissant ses études en plan, elle s'installe avec lui. Un an plus tard, l'écrivain la met dehors brutalement, la laissant anéantie... Vingt-cinq ans plus tard, alors que sa propre fille a dix-huit ans, Joyce Maynard éprouve le besoin de revenir sur cette période marquante de sa vie. Dans ce long récit de 500 pages, elle tente de comprendre comment et pourquoi elle est tombée amoureuse de cet homme. Puis, elle revient sur "l'après Sallinger".

Les personnages principaux des romans de Joyce Maynard sont des adolescents ou de jeunes adultes. La romancière est fascinée par cet âge de la vie. Dans ses romans, les personnages reviennent souvent en arrière pour comprendre leur parcours de vie. C'est le cas dans "Et devant moi le monde". Joyce Maynard évoque une mère envahissante et impudique, un père alcoolique. Des parents peu protecteurs mais aimants, qui la stimulent intellectuellement et l'incitent à écrire. Fragile et peu sûre d'elle, Joyce aurait besoin d'être valorisée et encouragée et c'est tout l'inverse qui se produit  quand elle vit avec Sallinger. Après la rupture, une longue reconstruction l'attend, avant de devenir la femme épanouie qu'elle est aujourd'hui.

On peut reprocher à Joyce Maynard de dévoiler une histoire d'ordre privée. Elle écorne l'image de Sallinger, ne cache pas les défauts de ses parents et ne présente pas son ex-mari sous le meilleur angle. Toutefois, je ne suis pas choquée par ces révélations parce qu'elles interviennent longtemps après les faits et qu'elles n'ont pas de caractère revanchard. Joyce Maynard a pris le temps de la réflexion, offrant à ses lecteurs une analyse construite et dépassionnée. L'écrivaine a longtemps été présentée comme la porte-parole de sa génération sur un malentendu. Elle s'est servie d'une partie de sa vie pour écrire des chroniques dans les journaux, passant sous silence les moments difficiles, les erreurs, les égarements, les traumatismes. En révèlant la vérité, elle cesse d'être une icône et permet aux femmes de se reconnaitre en elle, de réfléchir à leur propre parcours de vie. 

J'aime vraiment de plus en cette auteure...

Lu pour la session du 1er septembre du blogoclub, dont le thème est une lecture libre de l'auteur Joyce Maynard. Voici les titres lus par les blogoparticipants :

Les filles de l'ouragan : Izamna - Hélène - Claudialucia - Gambadou

Long week-end : Mimi Pinson - Claire-Jeanne - Denis - Juliette - Titine - Anne - Amandine

Une adolescence américaine : Kathel

L'homme de la montagne : Valérie - Itzamna

Baby Love - Titou

 

Le 1er décembre, le thème du blogoclub sera "l'amour maternel"

 

Aujourd'hui, c'est aussi le premier jour du mois américain, chez Titine...

IMG_0839 (2)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fayssal 18/04/2015 11:05

Vous aimez lire les Romans?
Notre Cadeau pour vous : Plein de Romans GRATUITS sur :
http://telecharger-ebook-gratuit.blogspot.com/p/romans_30.html

Tiphanie 18/09/2014 22:04


Je n'ai pas été très emballée par une adolescence américaine, du coup je ne crois pas que je lirai celui-là, par contre je lirai volontiers ses autres romans. J'ai craqué sur L'homme de la
montagne au Festival America!

sylire 22/09/2014 07:03



@Tiphaine : "une adolescence américaine" est celui par lequel il ne faut pas commencer. Il est plus intéressant de le lire quand on connaît l'histoire de l'auteure.



Itzamna 06/09/2014 22:57


Seconde lecture inspirée par le Blogoclub : l'Homme de la montagne. J'ai préféré Les filles de l'ouragan, mais peut-être était-ce l'attrait de la nouveauté... Celui-ci reste néanmoins un très bon
roman.


 


 

sylire 08/09/2014 20:53



@Itzmna : je te rajoute en lien. Nos ressentis sont proches.



antigone 06/09/2014 15:44


Je suis contente de voir que c'est également un coup de coeur pour toi. J'avais véritablement adoré cette lecture, l'impression de beaucoup apprendre, et à moi non plus les révélations ne m'ont
pas semblé gênantes. ;)

sylire 08/09/2014 20:52



@Antigone : je me suis sentie très proche de Joyce Maynard durant toute cette lecture. Nous avons quelques points communs dans nos passés respectifs.



Titine 02/09/2014 21:38


Cette lecture était une excellente idée, j'ai enfin découvert Joyce Maynard grâce au blogoclub !

sylire 02/09/2014 21:53



J'en suis ravie, Titine !!!