Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 00:28

null

Editions Pocket (Presses de la Cité 2007)

"La tresse de Jeanne" est un livre que l'on peut classer dans les romans terroirs (je sais que Nathalie de Broc n'aime pas les étiquettes, j'espère donc qu'elle ne sera pas trop contrariée si elle tombe sur ce billet...). Je l'ai acheté lors du salon du livre de Carhaix, il y a deux ans, souhaitant découvrir la plume de la romancière bretonne. C'était aussi l'opportunité pour moi d'en savoir un peu plus sur la vie des "Johnnies", bien connus dans la région de Roscoff (je n'habite pas très loin).

Les Johnnies sont des roscovites qui ont sillonné la Grande-Bretagne, à partir du 19ème siècle, pour y vendre la production d'oignons de la région (les fameux oignons rosés de Roscoff...).

 

Le personnage central du roman s'apelle Jeanne. Au début du roman, c'est une petite fille. Elle deviendra Johnny, comme son papa, à l'âge de 16 ans. La jeune demoiselle traversera la Manche sur les traces de son père, dont elle ne peut croire la disparition en mer alors qu'elle était enfant. C'est avec l'idée de le retrouver, ou du moins de comprendre ce qui lui est arrivé, qu'elle a fait le choix de s'embarquer. Nous sommes au début du 20ème siècle. 

L'histoire de Jeanne est l'occasion d'en savoir plus sur cet épisode de l'histoire bretonne. J'ai particulièrement apprécié les passages où Jeanne vend ses oignons en Angleterre. A certains moments, j'avais presque l'impression de retrouver l'ambiance des romans de Dickens.

Les Johnnies vivaient outre-manche dans des conditions difficiles. Leur travail, très physique, était épuisant mais motivant car ils étaient bien reçus par les anglais (de façon générale). Les filles qui embarquaient étaient très rares et plutôt cantonnées à des travaux moins difficiles, ce qui n'est pas le cas de Jeanne dans cette histoire.

 Pour partager l'espace de quelques heures la vie des Johnnies et de leurs familles. 

Pour en savoir plus...   

  Fichier:Roscoff-Arrivée des voitures d'oignons.jpg

  region.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lystig 02/01/2013 09:22


un roman attirant... je le note...

Marine 12/12/2012 12:13


Bonjour,


Je suis également une passionnée de lecture. Le livre que je lis en ce moment s'intitule "La cabane aux orties", roman policier sur fond historique. Super bon livre je te le conseille. Je
vous laisse la page facebook de l'écrivain pour des questions éventuelles : Lereffait-écrivain.


Enfin voilà je partage juste mes gouts en terme de lecture =)


Bisous.

canel 08/12/2012 17:04


Nous avons vivisté la 'maison de l'Oignon de Roscoff' il y a 2 ans, la guide était passionnée et très intéressante, on a bcp appris sur les Johnnies. Du coup j'avais offert ce livre à ma maman,
mais je ne l'ai pas encore lu.

sylire 09/12/2012 18:21



@Canel : je n'habite pas loin et pourtant je n'ai pas visité cette maison. Il faudra tout de même que je le fasse !



Violette 05/12/2012 17:45


pas trop tentée, peut-être parce que je n'aime pas vraiment les romans de terroir (là, l'auteur risque de vraiment d'en vouloir^^)

sylire 05/12/2012 22:33



@Violette : je lis très peu de romans terroir, mais là le thème me plaisait et Nathalie de Broc écrit bien. C'est du bon terroir.



Loo 04/12/2012 21:53


Il me paraît bien intéressant et je me laisserai facilement tentée par ce livre.

sylire 05/12/2012 22:30



@Loo : c'est une lecture plaisante.