Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 00:56
Laura Willowes

 

Préface de Geneviève Brisac
Editions Joelle Losfeld - 2006 - 212 pages

Voilà une quinzaine de jours que j’ai terminé ce livre et mon billet est resté en souffrance… comme souvent quand je ressors d’une lecture un peu déçue. J’ai beaucoup aimé les deux premières parties mais j’ai décroché à la troisième. Je vais tenter de vous expliquer pourquoi.

Nous sommes en Angleterre au début du siècle, dans une famille bourgeoise. Laura est une jeune femme de vingt-huit ans qui n’a pas voulu se marier. A la mort de son père, que la jeune femme aimait beaucoup, la famille décide qu'elle vivra désormais chez son frère et sa belle sœur à  Londres. Docile, Laura s’exécute sans grand enthousiasme, mais sans le faire savoir. Elle devient la « tante Dolly », gentillette, serviable, un peu excentrique parfois, mais si peu… Vingt ans plus tard, soudainement, elle s’affirme enfin en décidant de quitter le domicile de son frère pour aller vivre de ses maigres rentes à la campagne. La famille s’offusque mais c’est peine perdue, Laura est déterminée.
 

Je me réjouissais de voir Laura voler de ses propres ailes et j’avais hâte de voir ce qu’elle allait faire d’une liberté enfin conquise (à quarante-sept ans, il était temps...)  mais la déception m’a vite gagnée car le livre change de dimension en basculant dans le surnaturel, au pays des sorcières et du diable. Je n’ai pas réussi à faire équipe avec cette nouvelle Laura mi-femme, mi sorcière et j’ai fini ma lecture en diagonale, assez déçue je dois dire. Je m’attendais si peu à ce que l’histoire prenne cette tournure que le charme s’est rompu brutalement,  c'est dommage. Que la sorcellerie mène à l'émancipation me laisse perplexe. La métaphore me dépasse, sans doute...
 
Il me restera toutefois de cette lecture la découverte d’une plume très élégante. Je garderai aussi en mémoire le portrait assez piquant d’une jeune personne qui ne rentre pas dans le cadre étriqué et codifié de la bourgeoise britannique de l’époque.

On imagine assez une Laura ressemblant trait pour trait à sa créatrice (voir photo ci-dessous). 




Laura Willowes est le premier roman de l’écrivain et musicienne anglaise Sylvia Townsend Warner (1893-1978). Il a été publié pour la première fois en 1926.










defi_classique.jpgobjectif_pal


 5/34 ( et 51 ce jour)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Avrillensce 14/07/2013 12:28


Et oui, toutes déçues, ou presque. Pas moi, au contraire !
On y suit le parcours d'une femme, qui en 1925-1926, était tout tracé, bien rectiligne, comme celui de ses belles-soeurs. Quel moyen d'y échapper : attendre l'occasion, la rencontre... Et de
vaincre ses propres démons, pour affronter le réel, et au delà, oui, bien sûr, le surnaturel, mais si peu... Aujord'hui encore combien de femmes doivent se contenter de suivre le chemin tracé
(celles qui suivent le leur sont des exceptions, il me semble). Et de ressentir ce qui la fait femme avant tout : la nature, qui ne juge pas, et tout ce qu'elle y trouve, y compris son parcours
dans un monde féérique, et sa confrontation avec l'autre...


J'ai tout aimé dans ce livre, la délicate articulation d'un monde à l'autre, du sien propre (intime) et de ceux qui l'entourent, jusqu'à la fin, en suspension. Mais quelle clé pouvait-elle
trouver ? bien matérielle ? voire matérialiste ?
Non, elle annonce aux hommes, qui la liront, comment se fait-il qu'ils ne croient pas aux fées, toutes les femmes, si elles le veulent, en sont une. C'est encore une des solutions pour leur
faire face. 


 


 

sylire 16/07/2013 18:12



Merci pour ce long commentaire qui donne un éclairage très intéressant sur le livre. Du coup, j'ai relu mon billet.



cathulu 22/02/2010 07:04


Lu il y a quelques années car chaudment recommandé par geneviève Brisac dans plusiuers interwiews mais pas plus accroché que ça...


sylire 22/02/2010 10:32


@Cathulu : je n'ai pas trouvé de billet chez toi. Tu n'avais pas aimé ce livre pour les mêmes raisons que les miennes ?


Titine 19/02/2010 09:32


C'est roman que j'ai noté depuis un bon long, il faudrait que je me décidé à l'acheter. Cette 3ème partie m'intrigue...


sylire 19/02/2010 19:06


@Titine : il faut donc à tout prix satisfaire ta curiosité !


Karine :) 19/02/2010 03:53


Ah dommage... ça commençait bien!  Je me demande comment ils ont pu inclure un truc de sorcières dans tout ça... me semble que ça fitte pas!


Pluto DINGO 18/02/2010 22:38


Besoin d'un fou rire : http://www.fous-rires.com