Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Prochaines sessions :

1er juin : lecture commune de "Un jour" - David Nicholls

Pour contacter le blogoclub : lecturecommune@yahoo.f

Pour en savoir plus sur le blogoclub :

http://www.sylire.com/article-26682108.html

 

21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 07:40

Le poisson pourrit par la tête, Michel Goussu

220 pages - le castor Astral - 2015

Le narrateur est un cadre bancaire d'une trentaine d'années qui vient de réintégrer "Futura", société qu'il avait quittée un an plus tôt pour un projet qui finalement n'a pas abouti. Divorcé, un enfant, c'est sans passion qu'il est revenu à la case départ ou presque. Il occupe désormais un poste de "gestion de projet" dans les assurances-vie.

 

Les premiers mois sont laborieux, il est en période d'essai et se donne à fond. Sa supérieure directe, Blondine, n'a pas la carrure pour le poste et se contente, lorsqu'elle est face à un de ses équipiers, de balancer des petites phrases toutes faites (toujours les mêmes) du style "il y a un trou dans la raquette" ou "il va monter en compétence".  Retrouver ces expressions dans ce livre m'a amusée car elles sont utilisées quotidiennement dans mon entreprise, notamment par les directeurs (mon précédent directeur détenait la palme dans ce domaine !).

"A la première réunion Blondine me dit : "c'est bien, tu as pris le taureau par les cornes. Pas de trou dans la raquette, on est en ordre de marche". Puis elle m'avait demandé s'il était utile de déranger tous ces opérationnels. Opérationnel, en langage "corportate", ça veut dire larbin."

 

Si, au début, le narrateur tient la cadence, il finit par se fatiguer. Il boit de trop, fume beaucoup et n'a personne pour lui remonter le moral quand il rentre chez lui le soir. Et ce n'est pas sa chef Blondine qui va l'aider, elle fait même l'inverse. Un matin, il ne peut plus se lever, il est en situation de Burn-out.

"Ce n'est pas la quantité de travail qui fait craquer. Ce n'est pas la difficulté technique ou conceptuelle de ce qu'on doit faire. Ce n'est même pas la pression ou les délais... C'est de voir chaque jour que ceux à qui on doit se soumettre sont si médiocres".

 

Plus ou moins remis de son burn-out, le narrateur rencontre d'autres problèmes : Un chef qui s'attribue son travail, des procédures ubuesques auxquelles il doit se soumettre, des risques inconsidérés pris par sa société, le manque de considération vis à vis des opérationnels...  Déprimé, au bout du rouleau, il n'a plus qu'une solution : trouver une porte de sortie.

 

Tout cela n'est pas très gai mais j'ai toutefois éclaté de rire plusieurs fois. Le narrateur fait preuve d'autodérision et décrit avec beaucoup d'humour certaines situations vécues en entreprise. Par exemple le "cache-cache créneau" : exercice qui consiste à trouver un créneau pour réunir des personnes aux emplois du temps très chargés.

 

J'ai sans doute abordé ce livre avec un regard un peu différent du lecteur lambda du fait de mon métier. Je suis en effet chargée des Ressources Humaines dans une PME. Les "Burn-out" y sont heureusement peu fréquents. Les personnes qui parviennent à cette situation d'épuisement professionnel sont bien souvent des salariés perfectionnistes, responsables et consciencieux qui œuvrent pour l'entreprise sans se protéger. Si le burn-out survient, c'est en général parce que la hiérarchie est défaillante, comme l'illustre parfaitement bien ce roman.

 

Voilà un très bon premier roman sur les conséquences désastreuses d'un management irresponsable et inefficace.  Je conseille !

 

 Lu dans le cadre d'un partenariat avec "Le Castor Astral".

Partager cet article

Repost 0
Published by sylire
commenter cet article

commentaires

mgoussu 24/02/2015 19:41

Merci de votre lecture attentive. Content que vous ayez perçu l'humour dans le ton. Et désolé que la couverture puisse déranger, j'en suis le seul responsable car l'illustrateur, l'excellent Marc Taraskoff, a vraiment répondu à ma demande d'une couverture ambiguë, à l'image de l'ambiance drôle-amère que j'ai essayé de produire. Encore merci de votre travail critique intéressant.

mgoussu 16/03/2015 20:08

@sylire. C'est moi qui vous remercie. Les auteurs ont besoin des blogueurs (je suis les deux) car la presse peine un peu sur les petites maisons d'édition. On ne peut leur jeter la pierre, car il y a tant de publications. Mais que des blogs indés puissent prendre le temps de lire des petits auteurs, c'est une respiration.

sylire 26/02/2015 22:08

@Michel Goussu : merci d'avoir pris le temps d'écrire un commentaire et bon courage pour la suite (professionnelle et littéraire).

Gwenaelle 23/02/2015 14:05

Je pense que ça pourrait me plaire. Ce genre de sujet ne me laisse jamais indifférente...

sylire 23/02/2015 19:14

@Gwenaelle : effectivement, ce livre pourrait te plaire. Et l'humour qui s'en dégage permet au livre de ne pas être plombant.

megan 23/02/2015 06:12

Ce livre me semble interessant. J'aime bien les romans du type plus serieux comme celui-ci. A lire!

Gros bisous, Megan
Http://theprivatemode.com

sylire 23/02/2015 19:09

@Megan : il n'y a pas beaucoup de romans qui parlent bien du monde du travail. Et pourtant c'est un thème qui touche la plupart d'entre nous.

canel 22/02/2015 14:18

Gloups, cette couv... :-((

sylire 22/02/2015 21:24

Oui, un peu spéciale mais elle correspond bien au titre !

papillon 21/02/2015 08:37

Le thème m'intéresse beaucoup, beaucoup, moi qui suis un peu fatiguée du monde de l'entreprise...

sylire 21/02/2015 08:53

Tu travailles en entreprise, Papillon ?