Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 23:26

null

Editions Du Rouergue - 168 pages

Extrait : « Tous les crève-cœur de l’enfance sont des douleurs saignantes qui se referment et laissent des cicatrices. La sagesse n’est rien d’autre qu’un réseau de stigmates ».

Catherine et Angélique sont de retour dans le village qui les accueillait pendant les vacances d’été, quand elles étaient enfants, puis adolescentes.  La maison de leurs grands-parents défunts est en vente et il faut la vider. La nostalgie est au rendez-vous mais pas seulement. La benjamine, Catherine,  a un secret bien caché au fond de sa mémoire, qui ne demande qu’à resurgir. L’idée lui vient de se confier à sa sœur, témoin aveugle de ce qui s’est passé cet été-là sous le regard de tous, mais que nul n'a compris.

La vraie teneur ce secret ne nous est dévoilée que tardivement. Anne Percin prend le temps de planter le décor et de recréer l’ambiance. La distraction favorite des deux sœurs est de côtoyer les jeunes du village et ceux de la colo, à la piscine ou lors de manifestations diverses.  Contrairement à sa sœur ainée, Catherine se semble pas très intéressée par les garçons, du moins jusqu’au jour ou elle aperçoit, lors d’une promenade solitaire dans la campagne, un jeune homme nu, beau comme un dieu.  Une sorte de « Dormeur du val »… Ce qui va se passer ensuite, nul ne peut imaginer, encore moins la jeune fille.

Le récit est mené avec beaucoup d’habilité. La tension monte progressivement et le lecteur se trouve soudain confronté aux sentiments paradoxaux qui s’imposent à la narratrice. C’est un roman dérangeant, qui dégage autant de sensualité que de cruauté. Je suis très admirative de la justesse et de la subtilité avec lesquelles Anne Percin décrit une fois encore les tourments de l'âme humaine et notamment ceux de l’adolescence. J’ai eu du mal à revenir de cette lecture, qui m'a littéralement bouleversée.

Vraiment, vraiment bien...

Anne Percin continue à monter en flèche dans l’estime des blogueurs et c’est amplement mérité.

Les avis de : Incoldblog - Laurence (bibioblog) - Clara 

Une note dissonante chez Val

challenge_1_ 2/7

Partager cet article

Repost0

commentaires

Karine:) 07/10/2011 14:24



Un secret, de la nostalgie... je note immédiatement!



Le Prix Virilo 30/09/2011 18:26



C'est un oui franc et massif de la part du Prix Virilo !


Voir notre chronique ci-dessous :


http://prixvirilo.com/2011/08/14/le-premier-ete-anne-percin/



sylire 30/09/2011 21:17



@Le prix Virolo : merci pour la visite et ravie de voir que nous partageons de m^^eme enthousiasme pour "le premier été".



Géraldine 15/09/2011 21:22



Il serait temps que je fasse connaissance avec l'oeuvre de cette romancière. En tous cas, l'extrait noté dans ton billet me plait beaucoup.



sylire 16/09/2011 20:28



@Géraldine : véro (la pyrénéenne) le met en livre voyageur, si cela t'intéresse.



Alex-Mot-à-Mots 13/09/2011 08:28



Un auteur que j'apprécie, je note ce titre.



sylire 13/09/2011 20:47



@Alex : tu devrais avoir quelques piqures de rappel car c'est un titre que l'on voit beaucoup sur les blogs ces temps-ci.



Noukette 13/09/2011 00:02



J'ai toujours autant envie de lire ce roman ! Intéressant ton billet et tous les commentaires qui en découlent...! ;-)



sylire 13/09/2011 20:44



@Noukette : oui, on peut dire qu'il y a eu un peu d'animation sur mon blog les temps derniers